Des nouvelles d'un peu partout

2012 c'est des conneries ; c'est en 2020 qu'on sera vraiment dans la merde

Par Jamie Clifton


Illustration de Daniel David Freeman

 

Peter Turchin est un scientifique russo-américain spécialisé dans la biologie des populations. Il formule des théories à partir de l’accumulation de nombreuses preuves scientifiques. Ses théories prédisent le futur, à la recherche de « processus variant temporellement et de mécanismes causaux » à travers l’histoire. Il appelle son champ d’études la « cliodynamique », d’après Clio, la muse de l’Histoire dans la Grèce antique, et son dernier article, publié dans la revue scientifique Nature, a récemment fait parler de lui.

Les travaux de Peter indiquent que les pics de violence aux États-Unis se produisent par cycles de cinquante ans, ce qui indiquerait que le prochain tomberait droit sur la gueule de l’humanité en 2020. Un peu comme ces conneries sur la pseudo-apocalypse maya de 2012, sauf que les théories de Peter sont le résultat d’un long travail effectué par un scientifique respecté plutôt que celui d’une bande de mecs d’Amérique centrale à qui les hippies parlent quand ils se droguent. Nous avons discuté avec Peter pour essayer de comprendre ce qui transformera les États-Unis en véritable Enfer sur Terre d’ici huit ans.

VICE: Pouvez-vous m’expliquer votre théorie de la cliodynamique en des termes simples ?
Peter Turchin: Bien sûr. Une étude historique montre que la société passe par des cycles de violence sur le long terme : pendant un siècle, une montée de la violence, puis une période de violence pure qui dure dix ou quinze ans. Puis, le peuple en a assez et la génération suivante revient à une période de paix. Ce sont les petits-enfants de cette génération – qui n’ont pas connu la violence – qui auront tendance à poser problème à nouveau. Ma théorie suggère que le prochain pic de violence touchera les États-Unis en 2020.

À quoi le terme « violence » renvoie-t-il dans votre théorie ?
J’ai inclus trois formes de violence différentes dans ma théorie. Premièrement, la violence « groupe contre groupe » qui, dans l’Amérique moderne, correspondrait à des émeutes. Puis, la violence « groupe contre individu » qu’on pourrait assimiler à une forme de lynchage. Enfin, « individu contre groupe », c’est-à-dire les tueries de masse. Ces derniers temps, nous avons assisté à une flambée de ces dernières – quand une personne attente à la vie d’un groupe entier, un acte qui s’apparenterait à du terrorisme mais qui n’est pas recensé comme tel car il s’agit de violence entre Américains.

Comme la tuerie de The Dark Knight ?
Exactement. Les massacres de Columbine, de Virginia Tech, et l’attentat de Timothy McVeigh seraient de meilleurs exemples, car les tueries de masse sont habituelle- ment dirigées contre des institutions au sens large, comme le système éducatif ou le gouvernement. Ces incidents ont été multipliés par 20 sur toute la dernière génération.

Selon vous, qu’est-ce qui causerait ces vagues de violence ?
Historiquement, les troubles ont toujours été causés par les gens qui possèdent le pouvoir et ceux qui en veulent toujours plus. Il y a bien trop d’hommes politiques qui essaient d’obtenir toujours plus de pouvoir, et c’est comme ça que les révolutions éclatent : quand les membres de l’élite tentent de renverser l’ordre politique pour leur intérêt personnel.

Commenter