©2014 VICE Media LLC

    The VICE Channels

      La ville du sexe la plus fétide du monde est en train de mourir

      February 15, 2012

      Par Alex Hoban

      Voici la petite histoire d'un homme qui a décidé d'exploiter le rapport étrange du Japon avec le sexe en construisant une ville entière dédiée à la possibilité de voir un sein. Il s'agit aussi d'un endroit qui baigne dans une puanteur constante, comme si un vieux dégueulasse pétait en permanence. Si vous n'êtes pas hyper excité après ce que vous venez de lire, sachez que je m'apprête également à parler de l'économie japonaise en perdition et à vous montrer des photos de l'hôtel à l'abandon sur lequel je suis tombé. Si vous lisez ça dans le bus, je vous conseille d'attendre d'être à un endroit un peu plus « privé » avant de continuer.

      Voici Beppu, une ville de l'île de Kyushu, au sud du Japon. Comme vous le voyez, c'est une belle journée à Beppu, on ne voit pas un nuage à l'horizon. En revanche, on voit bien les ouvertures des conduits d'égouts à chaque pâté de maison, responsables quotidiens de la puanteur de cette ville. Ces fumées sont les pets de soufre du Mont Aso (ou plutôt, Mont Asshole, huh), un volcan du coin.

      Ceci est la statue de Kumahachi Aburaya, l’« oncle brillant » de Beppu, pédophile notoire qui a fait de cette ville le Blackpool japonais déprimant qu’elle est aujourd’hui. Ce type était spéculateur dans le commerce du riz et a fait fortune à Osaka à la fin du XIXème siècle. Ensuite, il a placé un mauvais pari et perdu la totalité de sa fortune.

      Déprimé, il est parti en direction de l’Amérique au tout début du XXème siècle et a été témoin de la naissance de villes comme Santa Monica, alors en plein essor. Il a vu les publicitaires et promoteurs immobiliers s’accaparer des portions de terrains inoccupées et vendre une vision utopique du futur à des familles et de jeunes couples américains. Au fur et à mesure que les maisons se construisaient et que les gens y emménageaient, Kumahachi a vu les promoteurs s’enrichir scandaleusement.

      Étant donné que Los Angeles est construit sur une faille tectonique et pourrait être détruite à tout instant, Aburaya s’est probablement dit qu’il ne serait pas trop difficile de convaincre les gens de s’installer à la place dans un endroit qui pue.

      Bien sûr, ce qui est génial avec ces gaz venus tout droit des intestins de la Terre, c'est que vous pouvez vous asseoir dessus et vous sentir bien au chaud. Les Japonais adorent ça et les spas de sources chaudes ont fleuri partout dans le pays. Des émissions de télé ont même été créées spécialement pour couvrir cette activité. On peut y voir des gens beaux assis dans l’eau et qui ne font rien de leurs journées à part avoir l’air sexy. C'est pour cela que Beppu, avec ses sources chaudes et ses visiteurs en quête de plaisir, est l’exutoire idéal pour tous les Japonais en quête d'autre chose que de journées au bureau de 17 heures.

      Quand l’Oncle brillant a construit son premier hôtel spa à Beppu, il savait bien que les gens qui rêvaient de ça...

      ...et de ça...

      ...arriveraient bien à ignorer l’odeur de ça :

      C’était le début du boom hôtelier de Beppu. Pendant un bon moment, c’était la belle époque et les mecs de ce genre-là s’éclataient bien :

      Mais bon, c’était il y a longtemps, donc quand on est arrivés sur place, la plupart de ces mecs avaient déjà éjaculé dans les piscines et repris le train en direction de la réalité urbaine et frigide de Tokyo. Je ne vais pas rester assis là et prétendre que Beppu est aujourd’hui une décharge post-apocalyptique, parce que ce n’est pas le cas – vous pouvez toujours trouver tout un tas de piscines spa hyper laides et y réaliser la plupart de vos fantasmes pervers, si c’est ce que vous vouliez savoir. (Ma petite-amie s’est même faite poursuivre par un Japonais munie d'une solide érection quand la serviette qui recouvrait ses seins est malencontreusement tombée après un bain de boue.) Mais aujourd'hui, de grands pans de la ville sont bel et bien abandonnés et en ruine, comme cet hôtel, en plein cœur de la ville.

      Elle, c’est Christina, elle est toute petite. Je l’ai persuadée de venir visiter Beppu avec moi. Quand on est arrivés, je lui ai avoué qu’on s’apprêtait à passer le week-end là. Elle n’était pas hyper enthousiaste.

      Les portes d’entrée étaient fermées à clé et entièrement recouvertes par une espèce de plante grimpante. Après avoir sauté par dessus une barrière pour pénétrer de l’autre côté du bâtiment, on a fini par trouver une fenêtre ouverte par laquelle on a pu s’introduire.

      Voilà à quoi ressemblait la réception. J’ai toujours trouvé assez perturbant de voir des pancartes et feuilles de papier par terre dans les bâtiments abandonnés. C’est comme si tout le monde s’était levé d’un coup et s’était barré sans se donner la peine de ranger derrière eux. Je suppose que quand vous vivez dans un lieu qui sent la merde, vous vous transformez vous-même en un gros porc.

      En montant à l’étage, le bordel et l’odeur empiraient, comme si l'on grimpait la Tour de Babel et qu'on atteignait l’altitude parfaite pour se prendre les pets de Dieu en pleine face.

      Pour autant, ce chat n’en avait rien à foutre.

      Les portes des chambres n'étant pas verrouillées, on a jeté un coup d’œil à l'intérieur.

      Et, étonnamment, on a trouvé des tas de conneries éparpillées un peu partout.

      Ah, si seulement ces murs pouvaient parler !

      Dans la chambre d’à côté, on a trouvé ce mannequin violé, allongé par terre au milieu des détritus. Sa tête avait été arrachée et son vagin lacéré. :(

      Christina a tenté de ré humaniser le mannequin avec de vieilles cassettes de karaoké trouvées dans l’hôtel. Comme dans Blade Runner, mais avec plus de bottes Ugg.

      On est ensuite descendus pour regagner le spa.

      C’était moins sexy que le reste de l’hôtel. On aurait dit un genre d’enclos pour animaux. Et les animaux en captivité, c'est moyen sexy.

      Les feuilles mortes et les piscines vides non plus ne sont pas sexy parce qu’elles font penser aux personnes âgées. Et les personnes âgées, c'est moyen sexy.

      Le paradis de la boue

      Cette source chaude est connectée directement à une source géothermale unique en son genre. Elle vous procurera une sensation inoubliable, comme si vous entriez directement en enfer.

      « La Terre a donné aux sources chaudes une telle viscosité qu’elles semblent presque vivantes. La boue colle à ma peau, telle des relents de bestialité primitive. »

      Kozaburo Arashiyama dans son bouquin « Hotspring Travelogue »

      Ça en revanche, c’est hyper sexy. Avoir des relents de bestialité primitive a l'air d'être un truc assez fun même si je pourrais probablement obtenir le même résultat en me pissant dessus.

      Ouais, on pourrait croire que c’est sexy, mais quand l’odeur de ce truc vous rentre dans la bouche, le nez et tout autre orifice de votre visage, votre érection disparaît instantanément. 

      Au final, on a eu du mal à vivre pleinement notre sexualité à Beppy. Aburaya n’aura jamais vécu le déclin de sa ville. Mais s’il était en vie aujourd’hui et qu’il se retrouvait fauché pour la première fois : aurait-il visité l’Amérique et construit une cité du sexe sur des terres fétides ? Ou serait-il tout simplement resté chez lui avec une vieille chaussette devant une fenêtre de « navigation privée » Google Chrome pour seule compagnie ?

       

      @alex_hoban

      Commentaires