©2014 VICE Media LLC

    The VICE Channels

      Le problème du tatouage Drake

      December 14, 2011

      Par Kara-Lis Coverdale

       

      Vous savez que votre tatouage est réussi quand les gens à qui vous le montrez se divisent en deux catégories : ceux qui donnent l’impression qu’ils vont vomir de dégout et ceux qui pensent que c’est un faux. Si, comme moi, vous êtes un gros nerd du rap, vous êtes certainement déjà tombé sur la photo du tatouage frontal « DRAKE » qui a fait le tour d’internet la semaine dernière. L’idée que quelqu’un d’aussi clairement atteint soit autorisé à s’infliger ce genre de choses peut sembler inhumain. Mais pour moi, c’est simplement une autre étape inévitable vers un monde pour l'instant inimaginable où Tony Parker sera considéré comme un membre à part entière du « milieu du rap ». Alors, putain, qu’est-ce que ça peut bien nous foutre qu’une meuf en survêt des banlieues fasse ce genre de connerie ? Il était grand temps que quelqu’un se fasse tatouer le nom d’un rappeur de Toronto (peu importe lequel) sur la gueule.

      Pourtant, malgré l’enthousiasme que l’expression quasi religieuse de cette nana sur la photo a pu me procurer, je n’ai pas pu m’empêcher de me poser certaines questions : premièrement, est-ce que sa vie est foutue ? Qui a fait ça ? Était-elle complètement défoncée, un soir, et s’est dit que ça serait marrant ? Ou est-ce qu’elle s’est toujours sentie très inspirée par la voix douce et tendre de Drake ? Et, surtout, où sont ses sourcils sérieux ?

      Je voulais des réponses. Alors, j’ai retrouvé Kevin Campbell – tatoueur du salon Will Rise à Los Angeles, qui s’est occupé de donner un nouveau look à cette jeune fille un peu perturbée.

      VICE : Yo Kevin, c’est toi qui a pris la photo ?

      Kevin :Non, c’est mon boss, Norm. C’est chiant, sur la photo, on dirait que le tatouage est tout pourri et tordu alors qu’en fait il est plutôt bien fait, super droit, comme une flèche. Les autres photos, celles qui ont été prises avant, pendant et après, ont été faites par un collègue – à vrai dire, elles sont bien meilleures. Mais quand Norm a pris cette photo, désormais célèbre, un des sourcils de la fille était un peu tendu, du coup le « A » de « DRAKE » ne ressemble à rien. Je tiens à préciser que ses sourcils étaient déjà tondus quand elle est entrée dans notre salon. Son crane aussi était rasé.

      Comment as-tu réagi quand elle t’a dit ce qu’elle voulait ?

      Le plus drôle, c’est que je ne savais pas du tout qui était ce Drake. Je pensais que c’était le nom de son gang ou une connerie du genre, mais certainement pas celui d’une espèce de tafiole du R&B.

      Est-ce qu’elle a parlé de ce qu’il signifiait pour elle ? Avait-elle prévu de faire ce tatouage depuis longtemps ? Ou bien est-ce qu’elle était plus, « vas-y, mets moi ça sur le front et on en parle plus » ?

      Elle était hyper enthousiaste. Elle avait choisi une police toute pétée qu’elle avait pris soin d'uploader sur son iPhone et elle était catégorique sur le fait de le vouloir sur son front. Elle n’a rien dit sur la signification que cela avait pour elle. Des mecs du salon lui ont demandé et elle s’est contentée de glousser. Quand j’ai imprimé le premier pochoir, elle a voulu que je le refasse en plus grand, pour que ça aille d’une tempe à l’autre. Je pensais qu’elle s’était rasé les sourcils pour la procédure donc quand j’ai appliqué le pochoir pour la première fois, je l’ai fait par dessus ses sourcils inexistants. Mais elle me l’a fait agrandir encore un peu plus et remonter au dessus des sourcils, plus vers les cheveux. Sinon ouais, elle avait l’air d’avoir prévu le truc depuis un bail. Enfin, je ne sais pas si on peut vraiment « réfléchir » sérieusement à un tatouage aussi con, sur son front qui plus est.

      Han. Tu t’es senti mal de l’avoir fait après coup ?

      J’ai une politique assez simple avec les gens qui veulent quelque chose de complètement aberrant qui pourrait potentiellement gâcher leur vie : je leur demande trois fois s‘ils croient vraiment que c’est une bonne idée, je leur explique les conséquences potentielles que peut avoir un tatouage facial et après ça, à eux de prendre la (mauvaise) décision. Les gens ont le tatouage qu’ils méritent. Le salon où je travaillais avant d’arriver à Will Rise se trouvait en plein milieu du quartier Harbor City Crip, alors j’ai pas mal l’habitude des gens qui veulent se faire tatouer des conneries de gang sur la tronche.

      J'imagine, en effet.

      C’est pour ça que j’ai cru que c’était aussi le cas de cette nana. Mais je trouve ça un peu triste que cette conne se soit fait tatouer le nom de la plus grosse pipe de l'histoire du hip-hop sur le front. Enfin, je ne pense pas que mon avis lui soit d’un grand intérêt, mais je n’ai pas beaucoup dormi après cet événement. Je me disais que je n’avais pas forcément envie d’être connu comme le connard qui a tatoué « DRAKE » sur le front d’une junkie. Aucun de mes autres tatouages faciaux n’avait eu ce genre de publicité, aussi j'ai été un peu surpris que celui-là ait autant de succès. Je ne sais toujours pas si je dois vous envoyer toutes les photos qu’on a prises ce jour là. Je n’ai pas tellement envie que ça fasse une mauvaise réputation au salon, mais bon, c’est comme ça. Au final, elle m’a payé pour que je lui fasse. C’est elle qui s’est fait ça toute seule.

      Donc pour toi, ton job consiste à offrir aux gens ce qu’ils te demandent ?

      On essaye d’aider les clients à rendre leur idée de tatouage réalisable et esthétique alors que le concept qu’ils ont en tête n’est pas toujours facile à transposer. On se retrouve souvent dans ce genre de cas, par exemple quand quelqu’un nous demande de faire une rose avec une vingtaine de noms et de dates cachés dans les pétales ou une connerie dans ce style. Là c’était un motif très simple : un lettrage. J’aurais pu essayer de la convaincre de choisir une police plus jolie, ou (évidemment) un autre emplacement. Mais elle avait déjà tout prévu.

      Oui, impossible de faire marche arrière avec ce genre de personnes.

      Bien sûr, j’aurais pu refuser de le faire. Je me fais déjà insulter par d’autres tatoueurs pour cette histoire. Mais je vois ça comme ça : cette petite était résolue à faire ce tatouage sur son front, elle aurait continué à frapper aux portes de différents salons jusqu’à ce que quelqu’un accepte de lui faire. Pour moi, se faire un portrait couleur du Joker de Batman est une idée à la con. Mais qui suis-je pour juger ?

      Admettons qu'un gars du MS13 se pointe et me demande de lui foutre ça sur le menton ou sur le front ou peu importe, qui je suis pour décréter que c’est bien ou mal ? Si je tatoue « BK » sur un Crip ou « Drake » sur une fan de R&B, qu’est-ce que ça change ? Ce n'est pas à moi de juger de ce qui se fait ou non.

      Es-tu surpris de voir la vitesse à laquelle cette photo s’est répandue ?

      Honnêtement, je ne pensais pas que cette histoire ferait autant parler d’elle. Je n’arrive toujours pas à savoir si c’est une bonne chose que mon nom soit associé à cette connerie plus qu’il ne l’est déjà. Étant donné que je ne me suis pas encore vraiment fait de nom pour quoique ce soit, je ne suis pas sûr de vouloir que ce tatouage représente l’ensemble de mon travail. Ce n’est pas quelque chose que je raconterais, tu vois. En fait, j’ai fait des tatouages faciaux bien plus flippants récemment. Mais j’ai bien fait gaffe à ce que ça ne se retrouve pas sur le net. On voit tellement de gosses avec des tatouages ridicules sur la gueule dans les rues de Los Angeles. Du coup, je n’ai pas trop réfléchis avant de faire celui-ci. Et puis, le coup des sourcils rasés signifie généralement qu’on vient d’intégrer un gang ou un truc du genre. Donc je me suis dit : c’est simplement une meuf un peu tarée qui veut prouver qu’elle est à fond dans le délire.

      À mon avis, le monde entier part en couille ; c’est de pire en pire. Tant qu’à faire, autant se laisser aller, retenir son souffle et prier pour qu’il y ait une grande flaque de diarrhée bien moelleuse pour amortir ma chute une fois qu’on sera vraiment dans la merde.

      Je me demande ce qui lui est passé par la tête quand elle a pris cette décision.

      Mec, j’aimerais bien pouvoir te mettre en contact avec elle. Je suis sur qu’il y a une histoire assez dingue derrière tout ça. Malheureusement, elle n’a pas laissé de numéro, juste son nom. Mais elle est censée revenir pour que je finisse le tatouage une fois qu’il aura cicatrisé (elle avait seulement assez d’argent pour la bordure, là) et je pourrai lui demander à ce moment-là. Elle avait l’air assez défoncée quand elle est arrivée. Ceci dit, je crois qu’elle était redescendue quand j’ai fini son tatouage parce que son attitude avait changé du tout au tout.

       

      KARA-LIS COVERDALE

      Commentaires