©2014 VICE Media LLC

    The VICE Channels

      Les gens sont nuls en suicide

      February 20, 2013

      Salut, bande de tarés, moi c'est le docteur Mona Moore. Évidemment ce n'est pas mon vrai nom, mais je suis un vrai médecin. Non, ne me plaignez pas parce que j'aurai toujours un job, un appartement dix fois plus grand que le vôtre et le droit de vous dire quoi faire sous prétexte que j'ai la science infuse. Bonne lecture !

      Les gens sont nuls quand il s'agit de se tuer eux-mêmes. On pourrait penser qu'une fois que quelqu'un est vraiment résolu à en finir avec la vie, tout devient plus facile, mais la plupart des gens échouent lamentablement. Plus précisément, dans le monde, 20 millions des gens ratent leur suicide chaque année. Ça représente beaucoup de temps gâché dans les hôpitaux. C'est sûrement pour cette raison que l'accueil qu'on vous y réservera ne sera pas des plus chaleureux si vous avez avalé une boîte de Mercalm et une bouteille de Smirnoff Ice après que votre petit copain vous ait larguée.

      Ils commencent à arriver vers minuit – les suicidés et les ivrognes. 80 % des gens optent pour une overdose à la façon d'une rockstar allongée par terre dans son vomi, des cachets éparpillés sur le sol autour. Mais tout ce qu'ils obtiennent, c'est le foie de Keith Richards sans le fun et les excès qui s'y rattachent. 

      Les gamins ont tendance à préférer l'aspirine et le paracétamol. Les crises de mi-parcours affichent une prédilection pour les antidépresseurs, et les vieux déprimés aiment à s'enfiler des somnifères pour tomber dans un sommeil sans fin. Mais ils font tous la même erreur : ils n'en prennent jamais assez. Pensez-y : vous avez sûrement déjà passé un week-end à vous faire trait sur trait de kétamine, et pourtant ni vous, ni aucun de vos amis n'êtes morts ; pour réussir à vous débarrasser de votre bonne vieille carcasse, il ne faut pas y aller avec le dos de la cuiller. Le truc, c'est que c'est encore pire si vous en prenez une dose à peine insuffisante. Votre foie vous lâche, vous devenez jaune, votre corps devient une gigantesque poche de sang et vous passez ensuite votre vie à attendre une transplantation qui n'arrivera peut-être jamais. Croyez-moi, vous n'aurez même plus la force de songer au suicide.

      Les films à l'eau de rose sont coupables, quant à eux, de propager le légende qui voudrait que se couper les veines est une méthode efficace pour crever : même si vous réalisez une entaille assez profonde et que vous chopez directement l'artère, vous vider de votre sang prend tellement de temps que généralement, vous flippez avant d'émettre votre dernier souffle. Même si esthétiquement, c'est assez réussi, je vous l'accorde.

      En règle générale, rater sa mort est pire que de rater sa vie. Si vous vous tirez une balle dans la tête et que l'angle est mauvais, vous finirez débile et défiguré. Sautez d'une hauteur insuffisante, et vous serez paralysé à vie. Buvez une gorgée en moins d'eau de Javel, et vous pourrez sentir votre langue, votre œsophage et votre estomac se dissoudre. Lentement.

      Y'a aussi le contingent des appels à l'aide. Le problème avec eux, c'est qu'on n'a pas de place. Y'a un nombre limité de lits en psychiatrie urgentiste – en gros, elles sont aussi inaccessibles que, je sais pas moi, Ryan Gosling. Je me souviens d'un dépressif tout maigre d'une trentaine d'années qu'on avait amené aux urgences après qu'il avait appelé la police en menaçant de se pendre. Le médecin lui avait dit : « Eh bien, et je suis désolé de vous le dire, mais si vous comptiez vraiment vous tuer, vous n'auriez pas appelé la police d'abord. » C'était peut-être un peu abrupt mais d'une logique imparable. Malheureusement, il est revenu un peu plus tard cette nuit-là. Il s'était accroché une corde autour du cou, était monté sur le toit d'un immeuble, s'était rapproché du bord et là, il avait appelé la police. Il a été admis à contrecœur.

      Certaines tentatives sont juste complètement débiles. Une fois, une femme d'âge mûr est arrivée aux urgences : elle était en train d'étouffer, mais elle refusait de laisser les docteurs lui ouvrir la bouche. Ils l'ont immobilisée, l'ont forcée à desserrer les lèvres et ont récupéré à la pince à épiler un string en dentelle rose coincé au fond de sa gorge (bon, il faut quand même lui attribuer quelques mérites pour l'originalité de l'exécution). Prendre trop de vitamines, essayer de se maintenir soi-même la tête sous l'eau, prendre assez de Spasfon Lyoc pour avoir la bouche pâteuse à vie, même combat. Tous les patients qui y survivent (soit, tous les patients qui font ce genre de trucs) disent la même chose : « Je me sens vraiment stupide. » Oui, vous pouvez. Les gens ratent leur suicide pour une seule et même raison : ils n'ont pas vraiment envie de mourir.

      Oh, et à propos : je ne suis pas en train de vous inciter à optimiser vos stratégies de suicide. Juste, la prochaine fois que vous vous sentez déprimé, allez au cinéma ? Tout le monde aime mater des films. Quoi que vous fassiez, ne vous ratez pas, vous risqueriez de le regretter toute votre vie.

      Précédemment :

      ARRÊTEZ DE VOUS CHIER DESSUS, MERDE

      COMMENT PICOLER JUSQU'À EN SAIGNER DE L'ANUS

      CE QUE JE CONNAIS DE LA MORT

      -

      Thèmes: suicide, salut bande de tarés, ici le docteur Mona Moore

      Commentaires