J'ai mangé le placenta de mon bébé

Consommer un organe tout droit sorti de ses entrailles

Par Anissa Radina

Lasse de manger des pâtes à tous les repas et à toutes les sauces – par toutes les sauces entendez au beurre ou à l’huile –, j’ai écumé les blogs culinaires de la Toile jusqu'à tomber sur des trucs vraiment douteux, comme des makis au foie gras de Cyril Lignac ou des smoothies au placenta. Dans un premier temps, j’ai cru à un fruit tellement exotique que je ne le connaissais pas. Mais en fait, par placenta, il fallait comprendre placenta : l’organe qui nourrit le fœtus en eau, en dioxygène et en nutriments pendant la grossesse, et accessoirement la preuve non-vivante que la beauté ne vient pas de l’intérieur car sur l’échelle de la laideur, ça se situerait entre l’ex de votre mec et un rognon.

Après une rapide recherche Google, il apparaît que dévorer son placenta est une pratique courante en Chine, et de plus en plus en vogue aux États-Unis et dans des pays de hippies comme l'Allemagne. Cet organe aux allures de caillot de sang géant peut se déguster cru, cuit ou frit, mais peut aussi se consommer sous forme de gélules déshydratées, ce qui me semble être une solution plus raisonnable.

Curieuse de savoir si cette pratique gastronomique avait gagné nos contrées, je me suis inscrite sur tous les sites français réservés aux femmes enceintes pour trouver une communauté de dévoreuses de placenta. Après avoir essuyé un bon nombre de refus, je suis tombée sur Marie, une jeune maman qui était OK pour une interview. Je l’ai donc appelée pour me renseigner sur ce que ça faisait de bouffer un truc qui a mariné dans son propre utérus pendant neuf mois.


Marie a préféré garder l’anonymat.

VICE : Bonjour, je suis contente que vous ayez accepté de me répondre. J’ai essuyé pas mal de refus.
Marie : 
J'ai hésité tout de même. C’est intime.

Comment on se dit : « Tiens, je vais manger mon placenta ? »
En assistant aux accouchements de mes chattes. Je les voyais manger le leur et je me disais : pourquoi pas moi ? Tous les mammifères, y compris les herbivores, mangent leur placenta. Pour moi, il devait y avoir une raison à ça. J'ai fait de recherches sur Internet, j’ai découvert que je n’étais pas la seule tarée à y avoir pensé.

Vous avez parlé de votre projet à quelqu’un ?
Mon mari ne voulait pas en entendre parler. Il me disait que c’était dégueu, et qu’il ne me regarderait plus du même œil si je le faisais. J’en ai parlé à ma sage-femme, timidement, et elle s'est emballée. Elle m'a vanté ses vertus – c’est un truc bourré d’hormones et de vitamines, bref, exactement ce qu'il faut après un accouchement.

Et ça a eu l'effet escompté ?
Mon accouchement a duré 29 heures. Le petit est né à 5 heures du matin, et à midi, j’étais debout.

Wow. 29 heures. Et comment ça s’est passé, concrètement ?
Une fois le bébé expulsé, c’était l’euphorie. La sage-femme m’a demandé si je comptais toujours en manger un morceau. Je lui ai dit que mon mari y était réticent. Elle a rigolé, l’a sermonné, en a coupé un bout et me l'a donné.

C’est une pratique légale ?
Pourquoi ça ne le serait pas ? Je ne crois pas qu'il existe une loi contre, en tout cas. Pourquoi on empêcherait quelqu’un de manger son placenta ?

Ouais, ça se tient. Et d’un point de vue culinaire, c’est bon ?
Ouais, plutôt. Ça fond en bouche.

Vous ne l’avez pas cuisiné ? J'ai lu des recettes de smoothie au placenta.
Non, et je pense que ma carapace culturelle, qui s’était fendillée sous le coup de vingt-neuf heures de grognements, de cris et de douleur, aurait eu le temps de se reformer si j'avais pris le temps de le cuisiner.

Vous avez fait quoi du reste ? Vous l'avez déshydraté pour en faire des gélules ? Vous l'avez enterré dans votre jardin ?
Je suppose que j'aurais pu l'enterrer sous un arbre, pas tant pour le côté symbolique mais pour faire un bon compost. Mais il a été jeté à la poubelle.

Oh. Et aujourd’hui, vous êtes à l’aise avec ça ?
Au début, je le gardais pour moi. L’accouchement à domicile était déjà suffisamment hors-normes. Et puis, avec le temps qui passe, je suis de plus en plus à l’aise avec la chose. Comme s’il y avait prescription.

 

Plus d'heureux événements : 

JE VEUX ACCOUCHER D'UN REQUIN

LA MEILLEURE CHOSE A FAIRE QUAND TOUS VOS AMIS FONT DES BÉBÉS  C'est de s'introduire en douce dans leur chambre pour les prendre en photo 

UN POLICHINELLE DANS LE TIROIR – Jemima Kirke, l'actrice de « Girls », nous a exposé son ventre rond et ses problèmes d'adulte

Commenter