©2014 VICE Media LLC

    The VICE Channels

      Est-ce que le pervers qui harcèle mon colocataire pourrait arrêter de nous expédier des animaux crevés, s’il vous plaît ?

      February 13, 2013

      Par Julian Morgans

      Mon coloc Matt est harcelé par quelqu’un. Personne ne l’a jamais vu, mais il (ou elle) laisse des cadeaux flippants devant notre porte d’entrée, c’est comme ça qu’on le sait. Matt ne sait pas pourquoi quelqu’un lui en veut. OK, il aime bien baiser des nanas pour ne jamais les revoir après, et il a brisé deux, trois cœurs, mais il ne s’en cache pas. D’ailleurs, il poste des photos de chiots sur Facebook, ce qui pourrait le rendre beaucoup trop chiant pour avoir un pervers collé aux basques. Il a aussi un boulot sérieux, genre il teste la qualité des sols, et ça a le mérite de le tenir éloigné des déviants et des dépravés. Matt est plutôt du genre chouette type, et quelqu’un le déteste. Genre, le déteste vraiment, et c’est la vie animale qui en pâtit.

      Tout a commencé il y a un mois. Matt est rentré à la maison après une longue journée à tester la qualité des sols. Sur la porte d’entrée, il a trouvé un post-it qui disait : « Cher Matt, merci. » Le problème, c’est qu’il ne savait pas qui ou pourquoi on le remerciait. On a trouvé ça bizarre, puis on a commencé à parler d’autre chose et on a complètement oublié ce petit bout de papier jaune.

      Une semaine après ça, Matt rentrait d’un pub quand il a trouvé un paquet emballé dans du papier floral sur les marches de notre porche. Dessus, une carte disait que c’était pour Matt X (je vous file pas son nom de famille, manquerait plus que d’autres petits malins dans votre genre s’amusent à lui envoyer des trucs). Matt a ouvert la carte et à l’intérieur, en caractères verts, quelqu’un avait écrit : « Cher Matt, je m’excuse d’avoir raté Noël, j’espère qu’il n’est pas trop tard. Avec beaucoup d’amour, Julia. » L’écriture était jolie, mais pas vraiment féminine. Plus celle d’un type qui s’est beaucoup appliqué. Matt s’est accroupi pour ouvrir le paquet précautionneusement. À l’intérieur de la boîte à chaussures, il y avait un oiseau mort, fraîchement mort. Matt a foutu le tout à la poubelle et est allé dormir.

      Quand il m’a raconté ça, le lendemain, j’ai cru que jamais je ne pourrais arrêter de rire. Je savais que c’était un peu limite, mais je trouvais ça assez excitant, en fait. Je suis allé prendre le paquet en photo, puis on s’est assis dans la cuisine pour examiner toutes les hypothèses. Matt ne connaissait aucune Julia qu’il aurait jetée comme une vieille chaussette. On s’est dit qu’il s’agissait peut-être d’une fille qu’il avait rencontrée en boîte. Ils avaient bu quelques verres ensemble, mais elle avait un copain, donc le truc était voué à l’échec de toute façon. Ou peut-être que c’était son petit copain. Ou une autre fille qu’il avait rencontrée en boîte, ramenée chez lui, puis il s’était endormi avant d’avoir fait quoi que ce soit. Mais faut vraiment avoir des problèmes d’image de soi pour envoyer des pigeons crevés à un type trop bourré pour piner. Ou sinon, c’était un de nos amis.

      Après ça, y’a rien eu pendant un bout de temps. Et la semaine dernière, j’étais allongé sur mon lit et je faisais ce truc qui consiste à se concentrer sur une seule pale d’un ventilateur quand Matt a glissé la tête dans ma chambre. « Y’en a un autre », il a dit. Je me suis levé et j’ai regardé par la fenêtre de ma chambre. J’ai vu un paquet devant l’entrée, comme la fois précédente. Voilà ce qu’il y avait écrit sur la carte. Et cette fois-ci, je n’avais pas envie de rire. La carte était ornée de deux oiseaux, ce qui voulait dire que Julia, qui qu’elle soit, avait vraiment besoin de faire quelque chose de sa vie. J’ai ouvert la boîte, et à l’intérieur reposait un rat mort. J’ai réalisé que je me tenais devant chez moi en caleçon et qu’un sociopathe était probablement en train de me regarder, donc je suis prudemment rentré à l’intérieur. Je me suis rhabillé et je suis ressorti pour prendre un million de photos. Matt a appelé la police. La police a dit que la personne qui faisait ça n’était probablement pas consciente des ennuis qu’elle allait s’attirer. Matt était d’accord. Il a dit que s’il le/la retrouvait, il le tabasserait jusqu’à ce que son corps ne soit plus qu’un immense hématome. Si vous êtes la personne qui harcèle Matt, je vous prie de relire ces deux dernières phrases.

      Ça fait une semaine que Matt n’a pas reçu de cadeau. Il ne voulait pas que j’écrive ce post parce qu’il avait peur que ça motive son fan club dérangé. Il m’a même demandé si ce n’était pas moi qui faisais tout ça. Oui, il en est à ce point-là. Si vous êtes la personne qui harcèle Matt, j’espère que vous vous trouverez vite un autre passe-temps.

      Plus de jeu du chat et de la souris : 

      SHOT BY KERN – PARIS (vidéo)

      VICE FASHION – JOGGER STALKER

      -

      Thèmes: faune, monde animal, oiseaux morts, rats morts

      Commentaires