La parade du 9 mai ou le grand lavage de cerveau des jeunes russes

En 2019, la photographe Laure Boyer immortalisait la dernière cérémonie avant la pandémie et dénonçait déjà son instrumentalisation par le Kremlin.

Le 9 mai 2022, comme chaque année depuis la chute de l’URSS, une grande revue militaire est attendue sur la place Rouge à Moscou pour commémorer ce « Jour de la Victoire » contre l’Allemagne nazie. La parade essaime dans tout le pays, jusqu’aux communautés russes à l’étranger, et les civils sont invités à défiler par milliers dans les rues, brandissant le portrait de ceux qui ont donné leur sang et/ou leur vie durant la Grande Guerre patriotique.

Publicité

Ces processions, qui se déroulent avec la bénédiction du Kremlin, sont symboliquement réunies sous le nom de « Régiment immortel », un synonyme de fierté et d’unité nationale. Alors que l’invasion du voisin ukrainien est entrée dans son troisième mois et que les images des répétitions engorgent les chaînes de télé, le monde s’interroge : quelle signification revêt ce 9 mai 2022 et quid du discours que doit prononcer Vladimir Poutine à cette occasion ?

Les observateurs ont longtemps prêté au président russe l’intention d’annoncer lors de cette démonstration de force la fin des « opérations spéciales » en Ukraine – tautologie des célébrations de 2014 durant lesquelles Poutine avait fêté l’annexion de la Crimée. Aujourd’hui, tous craignent plutôt une escalade des menaces nucléaires à l’encontre de l’Occident. Tandis que, là-bas, les rodomontades médiatiques laissent entendre la submersion du Royaume-Uni sous un tsunami radioactif, ici, BFM énumère avec une précision morbide les différents systèmes balistiques prévus lors de la parade.

La photographe Laure Boyer s’était rendue en 2019 à Moscou pour immortaliser le dernier défilé du 9 mai avant la pandémie. En s’intéressant surtout à la place des plus jeunes au sein du « Régiment immortel », elle dénonçait déjà l’emprise du pouvoir sur la cérémonie : « la tradition familiale s’est transformée en une gigantesque fête nationaliste et les enfants de tous âges y sont étonnamment nombreux. Affublés très souvent d’uniformes et de casquettes militaires, ils marchent et imitent leurs parents, au rythme des chants ».

Une analyse que partage Galia Ackerman dans son ouvrage, Le Régiment immortel (2019 aux éditions Premier Parallèle). L’historienne considère que cette « fabrique de héros » est un outil supplémentaire pour le régime de Poutine : « La conscience nationale ainsi sacralisée, il n'est pas difficile de convaincre le peuple que tous les agissements du Kremlin sont légitimes. »

Laure Boyer est sur Instagram

VICE France est sur TikTok, Twitter, Insta, Facebook et Flipboard
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

Ukraine, Russie, Vladimir Poutine, 9 Mai, guerre en Ukraine

Dans
le même genre
Les roues de l’espoir : le skate pour échapper à la réalité de la guerre
On a demandé aux abstentionnistes de 2017 s’ils le sont toujours
Les influenceurs n'ont vraiment rien capté au ramadan
Ces Français désespérés par l’absence de l’écologie dans l'élection
Une journée en compagnie d’un militant d’Eric Zemmour
« Edim doma ! », quand le Kremlin voulait concurrencer McDo
J'ai suivi à la lettre les conseils d’une app d’astrologie pendant 7 jours
On a voulu manger comme Louis XIV au château de Vaux-le-Vicomte