20 ans après, « Xena, la guerrière » est toujours aussi populaire

Il y a tellement de raisons qui font d’elle l'un des personnages les plus emblématiques des années 90.

18 Οκτώβριος 2021, 6:54am

Xena, la guerrière occupe une place privilégiée dans le cœur des millennials. Le succès de cette série américaine tournée en Nouvelle-Zélande et diffusée en France à partir de 1996 est dû en grande partie à la performance de Lucy Lawless dans le rôle d’une ex-cheffe de guerre maniant l'épée dans ses jupettes en cuir. 

Publicité

Après avoir fait son apparition sur les écrans en tant que vilaine occasionnelle dans la série américaine Hercule, Xena s'est imposée comme l'un des personnages les plus emblématiques de la télévision de la fin des années 1990. Ce qui est légèrement ironique quand on sait que Lawless était en fait le sixième choix du producteur pour le rôle. 

Vingt ans après la diffusion du dernier épisode, on peut dire que le personnage est toujours aussi iconique. La popularité de la série n'est pas seulement due au look de Lawless, mais aussi à son intrigue intemporelle. Xena est une meurtrière belliqueuse du village d'Amphipolis, rongée par la culpabilité de ses actes, qui espère se racheter pour son passé en réparant tous ses torts sanglants. Cette représentation d'un personnage féminin dynamique, compétent et fort était et reste une source d'inspiration. D’autant plus que Xena était entourée de personnages féminins tout aussi forts, notamment son acolyte Gabrielle, une jeune femme à qui elle a sauvé la vie, et la reine Ephiny, une guerrière amazone.

Rob Tapert, scénariste, réalisateur et producteur de la série, s'est dit choqué par le succès de Xena, la guerrière. « Notre objectif initial était de créer une série qui pourrait concurrencer Alerte à Malibu pour la deuxième place dans les audiences, a-t-il déclaré au Daily Universe en 1997. Mais j’étais loin de me douter que nous finirions par surpasser Star Trek. »

Publicité

Xena n'a pas été qu'un simple succès d'audience, elle a aussi donné naissance à l'un des plus gros fantasmes des années 90. L'ambiguïté sexuelle évidente entre Gabrielle et Xena a constitué un terrain fertile pour les scénaristes de la série. Dans un épisode mémorable, Gabrielle échange un baiser passionné avec Arès, le dieu de la guerre, qui est en fait possédé par Xena. Il y a aussi la scène préférée des fans où les deux héroïnes partagent un bain ensemble.

Lucy Lawless elle-même a déclaré qu'elle jouait une Xena lesbienne. Ce qui pourrait expliquer en partie pourquoi le programme a été un succès auprès de la communauté LGBTQ+. Toute homosexualité implicite dans Xena, la guerrière a été rendu explicite dans le spin-off officiel de la bande dessinée, où l’on voit les deux femmes s'embrasser. Un reboot télévisé évoqué en 2016, qui ne s'est jamais concrétisé, devait présenter Xena et Gabrielle comme un couple ouvertement lesbien.

Même si elle est loin d'être aussi grivoise que Game of Thrones, la série a poussé le fantasme à ses limites. Des scènes considérées comme un peu trop crues pour la télévision à l'époque ont dû être coupées, y compris une scène qui montrait une césarienne grossièrement pratiquée sur une femme enceinte d’un bébé centaure. Le studio de production l’a supprimée de peur de choquer les annonceurs sensibles, comme l'a rappelé Tapert à Entertainment Weekly en 2016. 

Publicité

Comme le centaure que l'on n'a malheureusement jamais vu à l'écran, Xena elle-même est prise entre deux mondes. La nature de son être ne nous est jamais précisée par les scénaristes. Est-elle simplement une mortelle hyper forte, ou est-elle plus proche d'Hercule, une sorte demi-déesse ? Nous savons qu'elle possède parfois des pouvoirs équivalents à ceux d'un super-héros, mais on ne la voit jamais en train de réaliser des exploits qui feraient rougir Batman. Nous savons aussi qu'elle pourrait n'être qu'une mortelle exceptionnellement bien entraînée et armée. Nous savons également que, de temps à autre, elle est capable de toutes sortes d'activités paranormales, mais la plupart du temps, on nous fait comprendre qu’elle a utilisé les pouvoirs de quelqu'un d'autre, sans jamais en revendiquer la propriété directe. 

Spoiler alert : à la fin de la série, Xena se fait couper la tête après avoir libéré les 40 000 âmes piégées dans le corps d'un cruel seigneur japonais du nom de Yodoshi. Il faut du courage pour tuer son personnage principal et Tapert et son équipe en avaient manifestement. Xena, le corps criblé de flèches, se bat jusqu'à ce qu'elle soit décapitée.

Mais ce n'est pas tout à fait la fin pour notre héroïne. Elle revient brièvement sous la forme d'un fantôme pour consoler Gabrielle. Avant de disparaître, pour de bon cette fois, elle promet de rester toujours à ses côtés. Peut-être que ce genre de mièvrerie ne passerait pas bien en 2021, mais nous sommes en 2001 à l’époque.

Comme les mails, les informations en continu et la sensation omniprésente que nous sommes au bord d'une catastrophe écologique irréversible, Xena fait partie intégrante de l'esprit des millennials depuis plus d'un quart de siècle. Contrairement au reste, qu'elle y reste longtemps.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

LGBT+, Serie, années 1990, Xena

Dans
le même genre
13 des photos les plus surréalistes de 2021
13 des photos les plus surréalistes de 2021
Des dealeurs nous racontent leurs pires regrets
La secte de « Wild Wild Country » a-t-elle introduit la MDMA à Ibiza ?
Pourquoi je déteste fêter mon anniversaire ?
Pourquoi je déteste fêter mon anniversaire ?
Photos et récits du monde secret des strip clubs
Amour, plans culs et ruptures en photo