Ai Weiwei sur les masques, les Ouïghours et la démocratie

L'artiste le plus célèbre de Chine s’exprime sur les violations des droits de l'homme dans le Xinjiang et sur les tentatives de l'État de dissimuler le coronavirus.

Aug 5 2020, 7:03am

Qu'est-ce qui rend Ai Weiwei si dangereux pour le parti communiste au pouvoir en Chine ? L’artiste né à Pékin est un symbole de la lutte pour les droits de l'homme dans son pays. Arrêté, emprisonné, torturé et harcelé par les autorités pendant des années, ce n'est ni un secret ni une surprise qu'Ai Weiwei s'oppose au gouvernement chinois, en particulier à son « traitement oppressif » à l'égard des voix dissidentes, des mouvements démocratiques et des groupes minoritaires.

Publicité

Bien qu'il ait vécu en exil et soit toujours censuré sur l'Internet chinois (son nom est un terme de recherche interdit sur Sina Weibo), Ai Weiwei continue d'exercer un contrôle sur Xi Jinping et son parti par le biais de son travail. Cela comprend des films à venir sur le mouvement de protestation à Hong Kong et la pandémie de Covid-19 à Wuhan, ainsi que « MASK », un projet artistique lancé au printemps pour répondre à la crise humanitaire provoquée par la maladie. Il a méticuleusement créé 10 000 masques avec l'aide de son équipe, chacun portant l'empreinte de certaines de ses œuvres d'art les plus emblématiques : un doigt d’honneur provocateur, des graines de tournesol et des caméras de surveillance, un clin d'œil au temps passé en détention et en assignation à résidence dans son pays natal.

Nous avons demandé à Ai Weiwei ce qu'il pensait du rôle de la Chine dans la crise sanitaire actuelle, des violations présumées des droits de l'homme dans le Xinjiang et de la nouvelle loi controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong.

VICE : Quel est le message qui se cache derrière votre dernier travail « MASK » et comment est-il lié à la pandémie de coronavirus ?
Ai Weiwei : Toute crise est un appel à l'action pour les artistes et mon message est simple : un artiste peut toujours s'impliquer. La plupart préfèrent attendre que les choses s’arrangent avec le temps, mais on peut choisir de s'engager, de se faire entendre et de tendre la main. C'est le moment idéal pour tester la pertinence de son art et de le relier à la lutte humaine.

« En tant que grande puissance économique mondiale, la Chine devrait comprendre que sans transparence et sans confiance sociale, le pouvoir devient insignifiant »

Que pensez-vous des masques ?
Pendant cette crise pandémique, il y a des milliers de raisons de porter un masque. Un masque protège à la fois soi-même, ses proches et la société en général. Mais, fondamentalement, le port du masque devrait être un choix individuel et non une obligation imposée par le gouvernement.

Et qu'en est-il des politiciens qui choisissent de ne pas en porter ?
Certains politiciens portent des masques, d'autres non. Nous ne pouvons pas les séparer du peuple. Le port du masque, ou son refus, est donc devenu un message politique, qui nous en dit long sur le point de vue des politiciens sur la pandémie et leur ancrage dans la réalité.

Que pensez-vous de la façon dont le gouvernement chinois a géré l'épidémie qui a éclaté à Wuhan ?
La Chine a clairement mal géré les informations médicales et a intentionnellement essayé de bloquer la vérité aux premiers stades de l'épidémie de coronavirus. Cette période cruciale a permis au virus de se propager dans le monde entier, c’est un fait. Ce qui n'a pas été établi comme un fait, c’est que nous ne savons pas encore comment le coronavirus est apparu. Est-ce qu'il vient de la nature ? Ou est-il d'origine humaine ? De plus, combien de personnes ont été infectées en Chine et quel est le véritable bilan ? En tant que grande puissance économique mondiale, la Chine devrait comprendre que sans transparence et sans confiance sociale, le pouvoir devient insignifiant. Un État puissant sans ces valeurs ne peut que constituer un danger pour le développement humain.

« Les dirigeants occidentaux doivent vraiment comprendre le danger potentiel que représentera la Chine si elle devient l'État le plus puissant »

Qu'avez-vous à dire sur la position mondiale de la Chine et ses différends diplomatiques ? Le monde commence-t-il enfin à se réveiller ?
La pandémie de Covid-19 a remis en question la croyance trompeuse et de longue date en Occident selon laquelle la Chine deviendrait un État plus libéral après être devenue riche. La Chine a maintenant atteint le statut économique le plus élevé possible, mais elle est encore en développement. À ce rythme de développement rapide, elle dépassera bientôt les États-Unis et deviendra la plus grande superpuissance économique du monde. Avec cette perspective stratégique, les États-Unis et l'Occident doivent repenser les défauts du capitalisme classique et de la mondialisation en concurrence avec le capitalisme d'État chinois.

La Chine est clairement confrontée à des obstacles importants, comme en témoignent les récents différends avec les États-Unis et l'Occident. Les affaires ne se déroulent pas comme d'habitude. Malgré cela, je doute que la Chine s'inquiète ou change son comportement. C'est ce qui se passe depuis 70 ans. Seul l'Occident s'est adouci. La Chine restera probablement la même. Cela ne veut pas dire que l'Occident n'a pas d'influence sur la Chine, mais les dirigeants occidentaux doivent vraiment comprendre le danger potentiel que représentera la Chine si elle devient l'État le plus puissant, au lieu de continuer à rechercher des gains politiques à court terme pour leurs propres programmes et pour faire des profits.

Une enquête récente du New York Times a révélé que des entreprises exploitaient la main-d'œuvre ouïghoure par le biais de programmes gouvernementaux pour produire des masques et satisfaire la demande mondiale. Qu'en pensez-vous ?
L'exploitation des minorités et des prisonniers est une pratique de longue date en Chine, un État sans système judiciaire indépendant ni presse indépendante pour rendre compte de la situation. Les prisonniers en Chine, en particulier dans le Xinjiang, ont toujours été utilisés pour le travail forcé et soumis à des conditions de détention inhumaines. Le travail des enfants est également très répandu.

La plupart des grandes entreprises mondiales actives en Chine ont une certaine présence de production au Xinjiang, comme Volkswagen. La plupart des entreprises de mode travaillant en Chine ont le Xinjiang dans leur chaîne d'approvisionnement. Les droits des Ouïghours sont depuis longtemps bafoués, mais la situation n'a fait que s'aggraver au cours de la dernière décennie. D'importantes populations de Ouïghours ont été envoyées dans des camps de rééducation, principalement pour y subir un lavage de cerveau, mais aussi comme source de travail forcé. Outre le régime chinois, l'Occident est le principal bénéficiaire de cette pratique.

Que pensez-vous de la loi sur la sécurité nationale et de l'avenir de Hong Kong ?
La situation à Hong Kong reflète la lutte classique qui consiste à essayer de défendre la liberté et la démocratie tout en vivant sous un État autoritaire. Elle montre à quel point cette lutte peut être impossible et désespérée. La loi chinoise dite de sécurité nationale est un texte législatif qui passe les différentes idées sous silence et pénalise les actions de ceux qui défendent les droits de l'homme et la liberté d'expression. C'est la raison pour laquelle le peuple de Hong Kong a lutté avec tant de force contre le régime autoritaire. Au cours de cette lutte, la Chine n'a pas cédé d'un pouce, choisissant plutôt de réprimer et de punir avec force les personnes qui tentaient de protéger leurs droits essentiels. En conséquence, Hong Kong deviendra une ville continentale comme les autres, sans aucune garantie pour les droits de l'homme ou la liberté d'expression.

Qu'en est-il du mouvement démocratique en cours, en particulier des jeunes manifestants et de leur lutte contre le pouvoir à Pékin ?
Il est rare de voir une démonstration de pouvoir aussi significative que celle à laquelle nous avons assisté lors des manifestations étudiantes de Hong Kong. Ils se battent pour l'idéologie. Ils se battent pour la démocratie. Et ils se battent pour la liberté face à l'État le plus intouchable. Sans la jeune génération, il ne peut y avoir de lutte significative contre l'ancien système.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:

Art, Ai Weiwei, politique, économie, Coronavirus, ouïghours, COVID-19

Dans
le même genre
La France et la Grande-Bretagne se livrent à un concours de bites sur la Manche
Des photojournalistes racontent l’horreur du Covid en Inde
Comment le débat autour du vaccin pourrit nos relations
La Belgique a déboulonné des statues de Léopold II. Et maintenant ?
En Inde, la crise sanitaire fait des ravages sur la santé mentale
On a (vraiment) lu le rapport de la CIA sur l'état du monde en 2040
Huit mois après l'explosion de Beyrouth, le Liban est toujours un désert toxique
La Corée du Sud en proie au « terrorisme du sperme »