Ce que l’on sait de Daech-K, le groupe derrière l’attentat terroriste de Kaboul

Ce groupe rival des talibans veut imposer une interprétation encore plus extrême de la charia.

03 September 2021, 7:40am

Le double attentat suicide qui a provoqué la mort d’au moins 180 civils afghans et 13 soldats américains aux abords de l’aéroport de Kaboul le jeudi 26 août visait autant les talibans que les forces étrangères. 

Le groupe djihadiste dissident qui a revendiqué l'attaque se fait appeler « l'État islamique au Khorassan » (ISKP). Le Khorassan est le nom utilisé dans le Coran pour désigner une région historique englobant des parties de l'Afghanistan, de l'Iran, du Pakistan et du Turkménistan. Le groupe est désigné au niveau international sous le nom de Daech-Khorassan ou Daech-K.

Publicité

Daech-K a été fondé par des talibans pakistanais insatisfaits, grâce à de l'argent envoyé par l’organisation État islamique (EI) après que celle-ci a pris le contrôle d'une grande partie de l'Irak et de la Syrie en 2015. En 2013, l’EI avait déclaré la guerre aux combattants d’Al-Qaïda en Irak et en Syrie. Les talibans ont maintenu une relation officielle avec Al-Qaïda et se sont mis à dos Daech-K.

La semaine dernière, les talibans ont pris le contrôle de la principale prison gouvernementale de Kaboul. La première chose qu’ils ont faite a été de libérer leurs propres prisonniers et d’exécuter un haut dirigeant de Daech-K qui y était détenu pour souligner leur rivalité. 

Initialement, la nature de la relation entre Daech et Daech-K n’est pas claire. « Au début, on se demandait si un groupe n’avait pas tout simplement vu les nouvelles en provenance d'Irak et adopté le nom de Daech, peut-être comme un moyen de collecter des fonds ou d'attirer des recrues grâce au succès de la prise de Mossoul », explique un consultant occidental en sécurité qui se trouvait en Afghanistan lorsque Daech-K a émergé et qui a récemment fui Kaboul lorsque les talibans ont progressé.

Selon un rapport de 2018 du Center for Strategic and International Studies, la stratégie de Daech-K comprend des « objectifs locaux et mondiaux » qui incluent la défaite des États-Unis et d'Israël. Le groupe ne se limite pas à un pays particulier. « À l'instar des principaux dirigeants de l'État islamique en Irak et en Syrie, Daech-K cherche à établir un califat en Asie centrale et du Sud, régi par la charia, qui s'étendra au fur et à mesure que les musulmans de la région et du monde entier le rejoindront », indique le rapport. 

Sur la base de cette vision commune, les liens du groupe avec le Daech originel sont rapidement devenus évidents. « Ils ont reçu un certain soutien financier de l’organisation principale, ce qui leur a permis de recruter ce que nous avons estimé à environ 3-4 000 combattants en 2016 », explique le consultant. Le Center for Strategic and International Studies affirme qu'en 2018, Daech avait investi « jusqu'à plusieurs centaines de milliers de dollars » dans sa province du Khorassan.

Et leur portée est vaste : entre 2015 et 2016, Daech-K a commencé à prendre des districts dans les provinces de Kounar et Nangarhar, dans l'est de l'Afghanistan, à la fois des mains du gouvernement afghan et de celles des talibans.

Publicité

Selon Daech-K, les talibans n’ont pas une interprétation suffisamment extrême de la charia et doivent prêter allégeance au califat proclamé par l’EI en Irak en 2014. 

« Il ne s'agit pas d'islam, mais d'argent et de pouvoir, explique Abdullah, ancien membre à la fois d'une unité talibane et de l'armée nationale afghane. Les différences, selon lui, ne sont pas vraiment liées à la religion. « Si vous voulez prendre l'argent d'un musulman, vous dites de lui qu'il est un mauvais musulman. Daech se fiche de savoir comment les talibans prient, ils veulent juste gouverner eux-mêmes l'Afghanistan. »

En 2016, Daech-K attaquait ouvertement l'armée nationale afghane, les États-Unis et même les talibans dans les provinces orientales densément boisées de Kounar et de Nangarhar, obligeant les talibans à organiser une série d'offensives qui ont été ironiquement soutenues par la puissance aérienne américaine et l'artillerie du gouvernement afghan contre leurs alliés d'autrefois.

Dans les régions de Kounar et de Nangarhar, les talibans ont effectivement servi de force terrestre contre Daech-K. Les commandants talibans faisaient une demande de frappes aériennes auprès des agents du gouvernement afghan, qui transmettaient la demande aux Américains. 

« Cela a bien fonctionné et a cassé leur emprise sur une grande partie de l'Est, explique le consultant occidental en sécurité. Mais ils peuvent toujours faire des attentats suicides, et celui perpétré contre l'aéroport de Kaboul était bien connu à l'avance. » L'attaque du 26 août est survenue quelques heures seulement après que les États-Unis et leurs alliés ont mis en garde contre une attaque imminente. 

Le degré de capacité du groupe, au-delà des attentats suicides occasionnels, reste incertain. « Je soupçonne les talibans de pouvoir traquer ces types assez facilement, même sans l'aide de personne, poursuit le consultant en sécurité. Il est difficile d'arriver à quelque chose en étant le groupe que tout le monde déteste. Et alors que les talibans ont jusqu'à présent tendu la main aux chiites et aux autres minorités, Daech-K a choisi de les attaquer. C'est le modèle Daech : déclencher une guerre civile. »

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur
 Instagram et Facebook.

Tagged:

Kaboul, terrorisme, Etat Islamique, guerre, al qaida, talibans, Daech-K

Dans
le même genre
Comment les réseaux sociaux ont aidé les « talibans 2.0 » à conquérir l’Afghanistan
En Afghanistan, le marché lucratif des armes américaines abandonnées
Cinq jours dans l’Afghanistan contrôlé par les talibans
D’où vient l’argent des talibans ?
Dans l’Afghanistan des Talibans
À Kaboul, les femmes se cachent par peur des talibans
Les images surréalistes de l’Afghanistan après un mois sous le régime taliban
L'UE a renvoyé 70 000 réfugiés en Afghanistan entre 2008 et 2020