Manipuler son cerveau pour coucher sans s'attacher

Les scientifiques ont isolé les hormones et les structures cérébrales qui pourraient être responsables de l'attachement romantique afin de savoir s'il est possible de les manipuler.

Aug 13 2020, 7:10am

Vanessa* a renoncé au sexe sans lendemain après un incident survenu lors de l'enterrement de vie de jeune fille d'une amie. Elle avait organisé un date Tinder à 2 heures du matin « en buvant à travers une paille en forme de pénis », pour finalement rencontrer le mec qu'elle qualifie de « OK ». « En fait, je le détestais, lui et tout ce qu'il représentait », dit-elle. Pourtant, il a fini par la séduire. « Chaque fibre de mon être criait : ne le laisse jamais partir. C'était un coup de tête. »

Publicité

C'est une situation trop familière pour beaucoup de gens : vous décidez de faire l'amour avec une personne dont vous n’aimez pas la personnalité, que vous n'avez aucun intérêt à fréquenter, pour vous retrouver bizarrement attaché à elle le matin venu.

« Je veux toujours sortir avec les gens avec qui je couche, dit Lucy, 25 ans, même si je les déteste. »

L'attachement romantique fonctionne de manière mystérieuse ; on pense qu'il est le résultat d'un cocktail complexe d'hormones, de processus neurobiologiques et de conditionnement social. Bien que de nombreux aspects de la cognition humaine restent une énigme totale, les scientifiques ont isolé quelques hormones et structures cérébrales qui pourraient être responsables de ces textos insensés que vous avez envoyés l'autre soir.

Une grande partie de ce que nous avons appris sur l'amour est attribuable aux campagnols des prairies. Ces rongeurs sont très appréciés des scientifiques qui tentent d'élucider les mystères de l'amour humain : contrairement à 97 % des mammifères, ils sont monogames et les couples de campagnols forment des liens extrêmement forts entre eux. S'ils ont le choix, les animaux, qui viennent des forêts d'Europe et d'Asie, choisissent de ne fréquenter que leur partenaire, de se toiletter mutuellement et, finalement, de faire leur nid ensemble. Lors d'études, les chercheurs ont isolé deux hormones responsables de ces liens durables : l'ocytocine et la vasopressine, toutes deux libérées lors des rapports sexuels des campagnols des prairies.

Publicité

Des tests montrent que lorsque les campagnols mâles reçoivent une dose de vasopressine – ou les femelles d'ocytocine – les animaux se lient à vue avec le partenaire potentiel le plus proche, avant même que l'accouplement ne se produise. Pour les campagnols des prairies mâles et femelles, les chercheurs ont donc conclu que la vasopressine et l'ocytocine sont les ingrédients magiques de la monogamie à vie, unissant les deux petits rongeurs jusqu'à ce que la mort les sépare.

« Les campagnols mâles produisent de la vasopressine », explique Larry Young, chercheur de l'université Emory dont les travaux sont spécialisés dans le comportement social des campagnols des prairies. « Le système vasopressine stimule le comportement territorial. Il s'agit plutôt d'un lien possessif. » Des études ont montré que lorsque les campagnols des prairies mâles reçoivent une injection d'un produit chimique qui empêche la libération de vasopressine, ils ne parviennent pas à se lier avec leurs compagnes.

Les campagnols femelles, quant à elles, dépendent davantage de l'ocytocine (bien que les mâles libèrent également cette hormone). Produite dans l'hypothalamus, l'ocytocine est profondément liée à toute une série de comportements sociaux, notamment le lien maternel, la formation de l'attachement, ainsi que la lecture et la reconnaissance des indices sociaux. Chez les campagnols femelles, l'ocytocine se combine avec la dopamine pour créer un fort sentiment d'attachement.

Publicité

« Il y a un cocktail de produits chimiques dans le cerveau des campagnols, dont l'un est l'ocytocine, explique Young. Il fait en sorte que le cerveau absorbe les signaux sociaux du partenaire sexuel, comme son visage, son odeur, sa voix. » Lorsque les campagnols s'accouplent, une partie de leur cerveau appelée le noyau accumbens établit une connexion entre les signaux sociaux que l'ocytocine leur fait observer et le sentiment de plaisir provoqué par un déversement massif de dopamine (l'hormone du plaisir) dans leur cerveau.

Comme la dopamine et l'ocytocine sont liées dans les cerveaux des campagnols des prairies après le sexe, l'attachement se développe. « C'est de là que vient le lien, explique Young. Il se produit également dans la partie du cerveau qui est impliquée dans la dépendance. »

Des campagnols des prairies. Image via Wikipedia.

Le cerveau humain contient lui aussi des récepteurs d'ocytocine et de vasopressine. Et, comme les campagnols des prairies, les humains libèrent des quantités massives d'ocytocine pendant les rapports sexuels. Le Dr Young explique que la stimulation des seins et du col de l'utérus pendant les rapports sexuels est connue pour libérer de grandes quantités d'ocytocine dans le cerveau féminin, ce qui est aggravé par un autre rejet d'ocytocine après l'orgasme. Les recherches du Dr Helen Fisher de l'université de l'Indiana ont montré que, lorsque vous scannez le cerveau des personnes amoureuses, elles montrent une activité dans les parties qui produisent et distribuent la dopamine, les mêmes régions qui deviennent actives lorsque vous prenez de la cocaïne.

Young avance que l'attachement romantique est un raccourci évolutif destiné à nous encourager à créer des liens de couple et à garantir ainsi à notre progéniture les meilleures chances de survie possibles. « Le développement de la progéniture humaine prend tellement de temps que la mère allaite le bébé pendant des années. Historiquement, il était bénéfique pour les partenaires sexuels de développer un lien afin qu'ils puissent travailler ensemble pour élever une progéniture saine », conclut-il.

Publicité

Mais ce lien peut-il être empêché ? L'ocytocine et la vasopressine étant censées créer des liens post-sexuels gênants, est-il possible de manipuler ces hormones afin d'éviter de finir en crise de larmes, complètement bourré, après votre dernier coup d'un soir ? Le Dr Young dit que c'est possible.

Selon lui, la première étape pour contrôler les hormones de l'amour est d'éviter le contact visuel – on sait qu'un contact visuel prolongé augmente la libération d'ocytocine dans le cerveau. « Lorsque vous avez des relations sexuelles avec quelqu'un, explique Young, vous établissez une connexion intime avec son visage et ses yeux en particulier. Cela va dans votre cerveau, et c'est intrinsèquement gratifiant. L'amour et l'attachement sont très proches de la dépendance. Ils ont beaucoup de points communs. Donc si vous pouvez détourner cette information en n'ayant pas ce contact visuel, cela vous aidera. »

En ce qui concerne la dépendance, il peut être utile d'avoir des relations sexuelles sous l'emprise de la drogue si vous cherchez à éviter un lien affectif. « La cocaïne et la méthamphétamine augmentent la sécrétion de dopamine, et c'est la dopamine qui est à l'origine de la création de liens de couple. Si vous augmentez cette dopamine de manière exogène avant un moment intime, alors elle n'aura pas le même impact plus tard, explique Young. La spécificité du sexe et le différentiel causé par la libération de dopamine ne seront pas aussi élevés. »

Petite mise en garde : si la drogue peut être utiles pour cultiver l'insensibilité intentionnelle, l'alcool peut avoir l'effet inverse sur les femmes. « Lorsque les campagnols mâles boivent de l'alcool, ils deviennent libertins et cela les empêche de se lier », explique Young, citant une étude qu'il mène actuellement et qui consiste à donner de l'alcool à des campagnols mâles et à les laisser s'accoupler avec une femelle. « Normalement, si le campagnol mâle s'est accouplé avec une femelle, le lendemain, lorsque nous le mettons dans une cage à trois chambres contenant trois campagnols femelles, il choisit de rester avec celle avec laquelle il s'est accouplé auparavant. Mais si le campagnol mâle était ivre au moment de l'accouplement, il choisira de la délaisser. « Il préférera les nouvelles femelles. »

Publicité

Malheureusement, il n'en va pas de même pour les campagnols femelles. « Lorsque les femelles boivent de l'alcool, cela augmente la probabilité qu'elles se lient prématurément. »

Une autre façon d'empêcher l'association intime entre votre plan cul et l'activité accrue dans le centre de récompense de votre cerveau est de concentrer consciemment vos pensées sur une autre personne pendant le sexe. « Vous forcez votre cerveau à associer le plaisir que vous ressentez à une autre personne, explique Young. Il peut s'agir d'une star de cinéma ou de quelqu'un que vous ne verrez jamais vraiment. En faisant cela, vous détournez l'attention du cerveau sur quelqu'un qui n'est pas là. » Cela empêche le cerveau de se lier avec la personne avec laquelle vous avez réellement des rapports sexuels : vous n'absorbez pas les signaux visuels qui sont essentiels à la libération d'ocytocine.

Young suggère également d'éviter les jeux de tétons. Bon, d'accord, il n'a pas vraiment dit ça – je paraphrase. Voici ce qu'il a vraiment dit : « Les humains sont la seule espèce où les hommes ont adopté la stratégie de la stimulation des seins pendant les rapports sexuels pour stimuler la libération d'ocytocine. La poitrine est devenue chez l'humain un point d'attraction sexuelle et de préliminaires. C'est un moyen d'activer le système d'ocytocine, en amenant le cerveau de la femme à s'attacher au partenaire sexuel. » (Les femmes sont conditionnées pour libérer de l'ocytocine en réponse à la stimulation du mamelon ; c'est ainsi que nous nourrissons nos bébés).

Si vous avez suivi tous ces conseils et que vous êtes encore inexplicablement dévouée à l'homme mystérieux qui se trouve à côté de vous, ne vous inquiétez pas. La sexologue Nan Wise vous rappelle que nous ne sommes, selon les termes du Bloodhound Gang, rien d'autre que des mammifères.

« Ces sentiments envers une personne sont une réaction naturelle de mammifère. C'est comme une drogue, ce sentiment amoureux. Mais vous pouvez apprendre à le gérer, dit Wise. Ne le considérez pas comme terriblement important. Les sentiments ne viennent pas de cette personne avec qui vous venez de coucher, mais plutôt de votre réaction à la stimulation. »

Contrairement aux campagnols des prairies, (la plupart) des humains ont la conscience de soi et la capacité intellectuelle de comprendre que ce qu'ils ressentent n'est pas nécessairement réel. Savoir que votre cerveau a été inondé d'un puissant cocktail chimique qui finira par se dissiper peut vous aider à moduler vos émotions post-coïtales. Reconnaissez que vous êtes simplement en proie à une fugace romance chimique, et rendez leur liberté à vos organes génitaux.

*Le nom a été modifié.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:

amour, relations, hormones, oxytocine, attachement

Dans
le même genre
Quelles drogues vont survivre au réchauffement climatique ?
Robots sexuels et porno en VR : le sexe du futur s’annonce sauvage
Pendant deux ans, j’ai enchainé les cures de désintoxication
Tout ce que vous avez raté dans le grand mezze de la bouffe en février 2022
30 choses à faire pour entrer sereinement dans la trentaine
Une nuit dans une « love room » française
Le guide MUNCHIES des cadeaux les plus pourris de ce Noël 2021
Avec le scientifique qui a découvert que la weed pouvait prévenir le Covid