Pourquoi (et comment) vous volez dans les magasins

On a parlé à trois spécialistes du vol à l’étalage.

En Belgique, 13,1 % de la population se trouve dans une situation de risque de pauvreté monétaire - ça désigne les ménages « dont le revenu total disponible est inférieur au seuil de pauvreté », soit 1 287 euros par mois pour une personne isolée. À Bruxelles, ce chiffre atteint 24,9%, soit presque une personne sur quatre, le taux le plus haut de Belgique. Parmi les groupes les plus touchés au sein de la population, on retrouve notamment les personnes au chômage et les 18-24 ans. 

Publicité

Niveau conso, les prix dans les supermarchés ne cessent d'augmenter. Pendant ce temps, le secteur cherche à stigmatiser les gens qui volent en avançant le chiffre de 3 millions d'euros de marchandises volées chaque jour, soit environ un milliard d'euros par an. À titre de comparaison, la fraude fiscale génère un manque à gagner d'à peu près 30 milliards d'euros à l'Etat belge chaque année, soit trente fois plus, et ne provoque pas vraiment de réaction concrète.

Récemment, le ministre de la justice, Vincent Van Quickenborne a mis en place un système de transactions immédiates en cas de flagrant délit de vol à l'étalage. Ainsi, toute personne prise la main dans le sac pourra se voir proposer une amende de 350 euros maximum à régler sur place afin d'éviter de passer devant un tribunal. Pas sûr que ça règle le problème des gens qui galèrent mais c'est probablement pas le but non plus.

Entre précarité grandissante et injonction à l’hyperconsommation, le vol à l'étalage semble parfois la solution de facilité. J’ai parlé à trois personnes qui connaissent bien cette situation. 

Rob (34 ans)

VICE : Ça t’évoque quoi, le vol à l’étalage ?
Rob :
On vit dans une société qui est basée sur le vol. Les entreprises arnaquent les client·es, les patron·nes et les actionnaires fraudent l’impôt, les politicien·nes sont corrompu·es, volent de l’argent public… Et nous les travailleur·ses pauvres, on devrait être honnête ? Personnellement je ne volerais pas si les salaires étaient dignes de ce nom et les aides sociales suffisantes. Je vole par nécessité. Je n’en suis pas fier, mais c’est nécessaire pour moi. Ceci dit, je ne vole pas les petits commerces, uniquement les grosses enseignes capitalistes qui brassent des milliards sur notre dos.

Tu voles quel genre de trucs en général ?
Je vole des quantités assez impressionnantes de nourriture et d'objets de première nécessité. Je m’améliore avec le temps et je fais très attention car j’ai besoin de pouvoir continuer à le faire.

Des problèmes à signaler ?
Mon pire souvenir c’est les quelques fois où je me suis fait griller et où j’ai mis mal à l’aise une vendeuse ou un vendeur du magasin. Ça m’ennuie de les faire stresser, je suis pas un mauvais gars, je suis juste dans le besoin. Je sais que ces vendeur·ses sont des travailleur·ses aussi précaires que moi, je ne veux pas les ennuyer ni leur causer de soucis. Le vol à l’étalage est le produit de la misère sociale. Au final c’est stressant comme pratique, même avec l’habitude. Et le stress c’est bon pour personne.

T’as des tuyaux ?
J’encourage pas cette pratique mais je la critique pas non plus. Toujours acheter un truc quand on vole ; sortir du magasin sans article c’est méga flagrant. Repérer les angles morts des caméras du magasin. Porter une veste avec de grandes poches - si vous saviez tout ce que j’ai déjà mis dans mes poches… Ne pas rester trop longtemps dans le magasin. Au pire tu repères un peu les lieux à l’avance, ça te fera gagner du temps sur ce que t’as décidé de prendre plus tard. Conseil ultime : ayez toujours de quoi payer l’objet du vol sur vous, ça vous évitera pas mal d’ennuis.

Gabi (25 ans)

VICE : Qu’est-ce que tu penses du vol ?
Gabi :
Pour moi, le vol c’est un bon moyen de faire ce que l’on appelle de l’auto-réduction. Quand je fais des courses à 40 balles et que je sais que le supermarché va se faire une marge de 20 euros, franchement, voler 10 ou 15 euros, je trouve pas ça abusé. Après, le vol c’était selon moi un truc qui se pratiquait vraiment que dans des grandes enseignes, simplement parce que j’avais pas envie de voler le petit épicier du coin qui galère déjà à finir son mois.

T’as arrêté de voler en fait ?
Je volais surtout dans les supermarchés pour faire mes courses, etc. J’ai fait ça pendant trois ans et demi à peu près, en quantités parfois assez conséquentes. Mais maintenant je ne vole plus trop parce que j’ai plus de moyens. Et le fait de m’être fait choper il y a pas longtemps dans le supermarché d'à-côté m’a calmée.

Publicité

T’as gardé en tête certaines techniques ?
La technique c’est la façon d’être, tout simplement. Dire bonjour en rentrant, faire en sorte que les caissier·es t’apprécient, tout simplement. C’est clair que si on t’a dans le pif, on va faire attention à toi. Il ne faut jamais voler dans les supermarchés où il y a un vigile parce que c’est son travail de faire attention et en plus, c’est pas cool parce que s’il y a trop de vols le mec peut se faire virer. Ne jamais voler dans le rayon alcool : dans un grand supermarché, il y a un mec qui surveille le rayon alcool parce que c’est ce qui coûte le plus cher en général. Donc franchement, vole tout le reste et paie ton pack de bière.

Et alors, mon astuce pour faire ça discrètement, c'est un sac en bandoulière avec une poche un peu planquée collée contre moi. J’y mettais surtout des petits objets qui coûtent cher, genre fromage râpé, steaks hachés, jambon, ce genre de trucs qui ont un petit volume. Je faisais même acte de sur-bonne foi en arrivant en caisse : je montrais le fond de mon sac pour faire genre je suis trop quelqu’un d’honnête. Et ça marchait plutôt bien.

Selva (37 ans)

VICE : Qu’est-ce que tu penses du vol ?
Selva :
Je trouve ça défendable éthiquement. Les produits de base sont trop chers et on nous fait miroiter les produits « de luxe » comme étant indispensables. On est poussé à la consommation et on ne nous en donne pas les moyens.

T’as déjà volé des produits de luxe ?
Des pompes un peu luxueuses aux Galeries Lafayette.

Publicité

Tu voles souvent ?
J'ai beaucoup volé par le passé. Officiellement, je vis en dessous du seuil de pauvreté, mais concrètement j'ai de quoi manger à ma faim et payer les factures sans pleurer. C'est donc pas une nécessité absolue pour moi de voler.

OK je vois. Donc t’as arrêté ?
J’ai arrêté un peu avant d'avoir un bébé, je suis handi, précaire et mère célib d'un bébé racisé, j'estime que voler nous ferait prendre trop de risques. Déjà, les gens comme nous subissent beaucoup de soupçons de la part des services sociaux et des professionnel·les de santé ; on est stigmatisé et je veux pas prendre le risque d'attirer encore plus l'attention. J'ai jamais pris de plaisir à voler, c'était une grande source de stress. En plus de ça, je veux donner le bon exemple à mon fils. S’il me voit voler, il voudra faire pareil et ce sera plus risqué pour lui, les conséquences ne seront pas les mêmes que pour moi qui suis blanche.

Ça s’est toujours bien passé pour toi ?
J’ai aucune discrétion, je pense que mon handicap m'en empêche. Je suis dyspraxique, j'ai une attitude bizarre, on me remarque partout où je passe. Du coup, à chaque fois que j'ai essayé de voler discrètement je me suis fait prendre lamentablement. Donc mon truc c'est de ne rien cacher, je prends l'item et je me balade ouvertement avec dans le magasin, je le cache pas dans mon sac, rien. Je passe devant les potentiels vigiles en les saluant. C'est comme ça que je suis sorti avec des meubles, des gros trucs. Bon, le privilège blanc joue beaucoup je pense. C'est pour ça que j'ai jamais fait l'apologie du vol, voler quand on est racisé·e, c'est pas les mêmes difficultés, et pas les mêmes conséquences non plus.

C’est quoi le dernier truc que t’as volé ?
Il me semble que c'était de la bouffe pendant le premier confinement, il y a 2 ans. Des baby artichauts, une pointe de brie, des galettes bretonnes. Non ! C'était un gros pack de vitamines de grossesse à la pharmacie. Ça coûte tellement cher, genre 45 euros, et c'est important pour le fœtus.

T’utilises encore ce que t’as volé dans le passé ?
Avec une amie, on avait volé une liseuse. On l'a fait ensemble parce que j'avais pas sa technique. C'était un superbe cadeau, en période de Noël. J’adore lire et maintenant je peux pirater abondamment des bouquins qui coûtent une blinde. Je ne suis plus en contact avec cette meuf mais je garde ce beau souvenir d'elle, c'est quand même cool.

VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.
VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:

vol, Belgique, argent

Dans
le même genre
Les coulisses du Horst Festival à travers le regard des bénévoles
Quelques trucs à savoir avant de tout plaquer pour aller vivre en Flandre
Les meilleurs endroits pour faire votre demande en mariage à DOUR
À Liège, la salle de consommation à moindre risque racontée de l'intérieur
Et si on trouvait de vraies solutions aux problèmes de drogues en soirée ?
Les plus beaux coquillages du monde se trouvent dans la salle de sport d'Edegem
DOUR 2022 en quelques photos
S’injecter du yaourt dans le vagin n’est (toujours) pas l’idée du siècle