Le sexe en festival : conseils pour prendre votre pied

Pour la plupart d’entre nous, baiser sous tente lors d’un festival est un rite de passage. Laissez-nous vous donner quelques astuces glanées au fil de nos expériences.

04 May 2022, 7:47am

Il est tout à fait normal que Coachella soit le premier festival à faire son retour dans un monde post-COVID. Car observé depuis l’autre côté de l’Atlantique, Coachella a toujours semblé être une version totalement aseptisée du concept même de festival : personne ne met le feu aux tentes. Personne ne plonge le bras dans une toilette de chantier pleine de merde pour récupérer son téléphone. Personne ne baise sous tente avec un inconnu crado au doux son des jets de pisse étrangers qui balisent la toile. (À vous amis américains : j’aimerais qu’on me prouve que j’ai tort — faites de votre mieux, Coachellers du week-end 2.)

Publicité

Pour la plupart des Européens, baiser sous tente lors d’un festival est un rite de passage. Dans mon cas cependant, l’événement le plus notable en matière de sexe en festival ne m’implique même pas. Imaginez plutôt : votre tente s’effondre pendant que vous êtes en pleine descente, sous les assauts d’une pluie torrentielle le dernier jour d’un festoche dans le Yorkshire. Vous sautez dans la tente la plus proche — la Quechua 2 Seconds de votre pote — pour vous rendormir. Vous vous réveillez et votre amie est partie, mais une autre pote est là, chevauchant un homme dont elle est en train de prendre la virginité.

Sachant qu’il s’agit d’un moment très important dans la vie du jeune homme, vous décidez de faire semblant de dormir et de les laisser vaquer à leurs gesticulations. À la fin de la partie, votre merveilleuse amie demande à son nouveau fiancé de vous pousser du matelas pneumatique parce que vous êtes endormie et que donc vous ne sentirez rien. Vous criez « HORS DE QUESTION ». Dans la tente, tout le monde hurle. Voici comment il ne faudrait jamais baiser en festival, soit l’opposé de la raison pour laquelle j’écris cette liste. Sautons donc directement aux meilleurs moyens d’avoir des relations sexuelles en festival et, plus important encore, comment vraiment prendre son pied lorsque ça se produit.

Faites-le ASAP

« Plus tôt vous vous y mettrez, mieux ce sera pour toutes les personnes concernées », encourage Dom, une serial-baiseuse de 28 ans qui a perdu sa virginité au Reading fest. « Vous êtes encore plus ou moins propre, votre tente n’a pas été ravagée par la boue et l’alcool, et vous avez encore l’énergie nécessaire pour fournir les efforts demandés. »

Ces sages paroles ne pourraient être plus véridiques. Pourquoi faire l’amour avec un corps qui a macéré dans la sueur pendant trois jours alors que vous pourriez tout aussi bien choisir de vous retrouver la tête entre les cuisses fraîches de quelqu’un qui vient tout juste de débarquer ? Sans oublier cette autre fille qui m’a confié avoir contracté une cystite suite à une baise au festival de Glastonbury. Elle a dû passer la majeure partie du festival enfermée dans les toilettes. Cet impératif de baiser le plus tôt possible s’accompagne donc d’un bonus santé supplémentaire, celui de ne pas avoir l’impression de pisser des lames de rasoir pendant un week-end entier. Une infection urinaire peut être provoquée par des bactéries qui pénètrent dans l’urètre et, pour simplifier, le fait de frotter vos parties intimes non lavées contre celles, non lavées, d’un inconnu peut vite remplir vos voies urinaires de bactéries toxiques.

Apportez votre propre tente

Si une autre personne que vous a le droit d’entrer dans votre tente à n’importe quel moment — juste à temps pour vous voir chevaucher un festivalier inconnu — ce n’est probablement pas le meilleur endroit pour baiser. Dans un festival, de tous les endroits envisageables pour la baise, la tente est la seule option réellement viable. Croyez-en mon expérience très spécifique en la matière, se faire bouffer le minou dans une toilette de chantier est vraiment ultra-dégoûtant, peu importe le nombre de pilules que vous vous êtes envoyées.

En amenant votre propre tente, vous vous assurerez non seulement un peu d’intimité lorsque vous vous débarbouillerez les fesses et que vous tenterez de dormir quelques heures, mais vous disposerez également d’un espace tout personnel pour coucher avec votre nouveau coup de corps. Parmi les conseils supplémentaires des campeurs contactés, citons « n’utilisez pas de lampe de poche, car tout le monde verra ce que vous faites » et « évitez le matelas gonflable, ça fait foirer la rythmique. Ou pire, il pourrait vous exploser à la gueule ». Aussi bonne que soit la baise, pioncer sur un sol dur et humide pour les trois dernières nuits n’en vaut pas la peine.

Faites une croix sur le sexe oral

Si vous préférez le goût d’une bite suintante et malodorante à une bite relativement clean, alors faites comme bon vous semble. Mais pour des raisons d’hygiène générale, ce point ne pourrait être plus important. Comme nous l’ont maintes fois répété nos mamans : lâchez ça tout de suite, vous ne savez pas où ça a traîné.

Faites-le quand l’artiste qui passe est bien

Au cours de mes recherches pour cet article, un ami m’a dit qu’il avait manqué Dolly Parton à Glastonbury pour pouvoir s’envoyer en l’air. Ce niveau d’engagement envers la baise vaut l’affront fait à Dolly — bien qu’apparemment, les files d’attente pour la voir étaient abominables — et c’est le genre d’engagement dont nous devons tous faire preuve pour prendre notre pied sous une tente.

En sacrifiant le fait de voir un artiste ou un groupe majeur (ou potentiellement, quelqu’un que vous pensez être surcoté et qui donc attirera les foules), vous pouvez presque vous assurer un camping beaucoup plus vide que d’habitude. Comprenez : vous disposerez de toute l’intimité nécessaire. Peut-être aussi de la chance d’avoir une bande son hyper classe pour ambiancer vos exercices physiques. Si vous choisissez bien votre moment, il y a même moyen d’aligner les acclamations de la foule en délire avec votre petite mort. Yes !

Restez courtois

Si les festivals peuvent vous transformer en une version sauvage de vous-même (celle qui pisse debout dans un gobelet pour ne pas perdre sa place dans la foule), cela ne signifie pas qu’il vous faut soudainement abandonner tout sens moral. Quand vous draguez et baisez en festival, les mêmes règles s’appliquent que partout ailleurs. Si votre partenaire potentiel est trop torché ou défoncé pour vous donner son consentement éclairé — ce qui est plus que probable à 3 heures du mat sous le chapiteau drum’n’bass — laissez-le là. Allez plutôt vous accorder une branlette de festival (c’est qui nous amène sur un tout autre article, j’entends bien).

Préparez-vous

À côté de la nécessité de posséder votre propre tente, il existe d’autres mesures de précaution à prendre au cas où vous auriez le mojo. La principale étant d’apporter des lingettes. Et pas seulement un paquet. Une quantité bien plus grande que celle dont un être humain pourrait avoir besoin en temps normal. Videz une étagère chez Action et emportez-les toutes avec vous.

Les autres éléments essentiels sont les capotes, le désinfectant pour les mains, un oreiller, un spray pour l’haleine, des mouchoirs en papier — tout ce qui pourra vous donner l’illusion que vous êtes en train d’avoir une relation sexuelle normale et non une baise moyenne dans un camping de festival sinistre.

Pour beaucoup d’entre nous, que nous soyons en couple ou célibataire, baiser à un festival est inévitable. C’est également un petit bonus amusant à un long week-end déjà uniquement consacré au plaisir. Même si vous en ressortirez avec l’impression d’être un immonde déchet en racontant l’événement à vos potes, l’ajout d’une dimension sexuelle aux festivités est une victoire pour tout le monde. Maintenant que vous êtes parfaitement préparé, foncez et donnez le maximum, le mardi matin, ses responsabilités et ses messages Slack peuvent bien attendre encore un peu.

VICE France est sur TikTok, Twitter, Insta, Facebook et Flipboard
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

Festivals, Coachella, Glastonbury

Dans
le même genre
Le pire truc qu'on vous ait dit au pieu
La Shigellose, une IST encore trop méconnue dans le milieu gay
Photos et récits du monde secret des strip clubs
Une nuit dans une « love room » française
L’heure est venue d’aller voir des films de boule (inclusifs) au cinéma
Le plus vieux quartier rouge de Singapour rend son dernier souffle
Je n’ai presque plus de rapports sexuels avec ma copine. C’est grave ?
Bienvenue aux soirées fétichistes interdites aux hommes