Une brève histoire des cambriolages de stars

Avec l'essor des réseaux sociaux, leur mode de vie luxueux est inévitablement étalé et les voleurs sont plus tentés que jamais.

Apr 12 2021, 6:55am

En mars 1963, un journal de Ft. Lauderdale, en Floride, a rapporté une série de cambriolages dans la ville de New York. En l'espace de quelques mois, plusieurs célébrités, dont le comédien Jerry Lewis et les acteurs Joan Fontaine et James Mason, ont été dépouillées de dizaines de milliers de dollars en bijoux. Ce n'était pas la première fois que l'élite d'Hollywood était prise pour cible. En 1919, la star du cinéma muet Bert Lytell s'est fait voler 875 dollars en liquide et 150 dollars en marchandises ; en 1931, des cambrioleurs ont pénétré chez l'actrice Mae Murray et volé l'équivalent de 10 000 dollars en tapis et en fourrures.

Publicité

Les célébrités, de par leur exposition et leur visibilité, sont naturellement vulnérables à ces attaques. Avec l'essor des réseaux sociaux, leur mode de vie à base d'argent, de vêtements haute couture, de voitures de sport, de montres de luxe et de bijoux est inévitablement étalé et les voleurs sont plus tentés que jamais.

Tout le monde ou presque connaît la légende du « Bling Ring », ce gang d'adolescents qui, au début des années 2000, a volé un total estimé à environ 3 millions de dollars en biens personnels à des célébrités comme Paris Hilton, Lindsay Lohan, Rachel Bilson, Megan Fox et Orlando Bloom. En 2016, c'est Kim Kardashian qui a été victime d'un vol à main armée dans sa chambre d'hôtel de la Madeleine pendant la Fashion Week de Paris. Les voleurs ont planifié leur coup en se basant sur son activité sur les réseaux sociaux, en particulier les posts où on la voyait exhiber ses bijoux coûteux. Ils n'y sont pas allés de main morte : Kim a été attachée, mise dans une baignoire et tenue en joue pendant que les voleurs, déguisés en policiers, dérobaient des bijoux d'une valeur de 10 millions de dollars, dont sa bague de fiançailles de 20 carats que lui avait offerte son mari de l'époque, Kanye West, et qu'elle arborait fièrement sur son compte Instagram quelques jours plus tôt.

Depuis, le nombre de vols n'a cessé d'augmenter. À partir de 2017, Rihanna, Christina Millian, le joueur des Dodgers Yasiel Puig et le joueur des Rams Robert Woods auraient été pris pour cible par un groupe de 13 adultes et adolescents qui sélectionnaient leurs victimes via les réseaux sociaux. Ce nouveau gang a empoché bien plus que les 3 millions de dollars du Bling Ring. Ils ont volé des bijoux d'une valeur de 2 millions de dollars à Alanis Morissette, des bijoux et des sacs à main d'une valeur d'un million de dollars à Kyle Richards de l'émission The Real Housewives of Beverly Hills, ainsi que des biens personnels d'une valeur de 200 000 dollars et une partie de la célèbre collection de montres de John Mayer. Le domicile de Dr Dre a fait l'objet d'une tentative cambriolage en janvier de cette année, alors qu'il était hospitalisé pour un anévrisme cérébral. Beaucoup de ces crimes ont été exécutés en quelques minutes. Selon la police de Los Angeles, les membres du gang ont eu recours au « flocking », une pratique qui consiste à arpenter les quartiers riches en portant des vêtements de luxe et en conduisant des voitures de sport pour se fondre dans la masse et trouver les prochaines victimes.

Publicité

Tous ces malheurs n'ont suscité pratiquement aucune sympathie de la part du public. Lorsque Kim Kardashian a été cambriolée, elle a été accusée d'avoir tout manigancé. Des costumes d'Halloween ont même été créés pour se moquer de l'incident. Les aventures du « Bling Ring » ont été adaptées en film par Sofia Coppola, avec Emma Watson dans le rôle de la braqueuse et star de téléréalité Alexis Neiers. Paris Hilton, l'une des principales victimes du gang, a même participé au film et prêté sa maison à la production, car celle-ci, personnalisée à l'outrance, était difficile à recréer.

Des années plus tard, Paris Hilton continue d'apprendre de nouvelles choses sur les incidents qui ont eu lieu en 2008. « Je ne savais pas qu'ils avaient essayé de prendre mon chien. Je ne savais pas qu'ils vendaient mes affaires sur Venice Boardwalk », a-t-elle déclaré au Los Angeles Times en 2013. Elle ne savait pas non plus que les voleurs s'étaient introduits chez elle à six reprises, ce qui n’est pas étonnant dans la mesure où elle laissait souvent un double sous le paillasson. Autre cible du Bling Ring, Orlando Bloom avait lui aussi la mauvaise habitude de laisser traîner ses clés dans des endroits facilement accessibles.

Une maison, qui que soit son propriétaire, n'est jamais qu'une boîte avec des entrées, des portes et des fenêtres qui peuvent être forcées. Les célébrités devraient disposer de systèmes de sécurité avancés pour empêcher les cambrioleurs d'entrer. Mais bien souvent, elles installent de tels systèmes une fois que le crime a déjà été commis. Kim Kardashian a compris la leçon et embauché des agents de sécurité qui sont présents 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et qui contrôlent même les membres les plus proches de sa famille comme s'ils étaient sur le point d'entrer à la Maison Blanche. Mais ériger une forteresse n'est ni pratique ni souhaitable, pas même pour les stars.

Kim Kardashian n'est pas la seule à avoir réagi. Après son cambriolage, Kyle Richards a raconté au magazine People qu'elle avait été choquée parce qu'elle avait « des clôtures très hautes et un système de sécurité de pointe », en plus de sa gouvernante qui dormait sur place ce jour-là. De toute évidence, sa maison n'était pas aussi sécurisée qu'elle le pensait. Le système d'alarme n'était pas activé car il manquait un élément à l'installation. Elle s'est depuis équipée d'alarmes qui fonctionnent toute la journée, de caméras de surveillance, de cinq chiens et de deux vigiles armés.

Parce que les célébrités sont si faciles à repérer et à suivre, beaucoup vont jusqu'à l'extrême pour préserver leur vie privée. Ellen DeGeneres et sa femme Portia de Rossi ont également embauché des agents de sécurité armés après avoir été cambriolées. En juillet dernier, TMZ a rapporté que le couple avait « fait appel à une nouvelle société de sécurité, installé des capteurs laser et des caméras autour de toute la propriété et engagé des patrouilleurs armés ». Après que sa maison a été ciblée en 2018, LeBron James a engagé au moins dix agents de sécurité armés pour surveiller sa résidence en permanence.

En octobre 2020, Larsa Pippen, ex-femme de Scottie Pippen et amie des sœurs Kardashian, a fait l'objet d'un étrange cambriolage. Poursuivie par un stalker à Los Angeles, elle est partie se réfugier à Miami pour quelques jours. Pendant ce temps, des cambrioleurs ont déjoué son système de sécurité élaboré en coupant l'électricité dans tout le quartier et se sont emparés de divers objets personnels de valeur. Depuis, elle garde un fusil de chasse à chaque étage de sa maison pour assurer la sécurité de sa famille. Et, jusqu'à présent, tout va bien.

Le harcèlement est un autre phénomène qui touche la communauté des célébrités. Bien souvent, le stalker-cambrioleur recherche plus que des biens matériels : il recherche une expérience. Paris Hilton a déclaré que l'aspect le plus « bizarre » de toute cette épreuve était le besoin apparent du Bling Ring de vivre sa célébrité par procuration. « On les obsédait tellement qu'ils voulaient voler nos vies. C'est un monde effrayant dans lequel nous vivons maintenant. » Une situation similaire s'est produite en 2017. Une femme s'est introduite dans la maison de Drake à Hidden Hills pour porter ses sweats à capuche et siffler ses bouteilles. C'est tout.

Tout cela suscite des niveaux variables de préoccupation de la part du public ; si certains ressentent de l''indifférence lorsque les biens matériels d'une célébrité sont volés, le lien émotionnel est plus fort lorsque la menace pèse sur la personne elle-même. Prenons l'exemple de Kim Kardashian : lorsqu'elle a été attaquée, les gens ont d'abord pensé qu'elle l'avait bien cherché. Mais la perspective a changé lorsqu'elle a expliqué à quel point l'expérience avait été traumatisante pour elle dans l'émission Keeping Up With the Kardashians. Non seulement ses affaires avaient été volées, mais elle a eu l'impression que c'était sa personne qui avait été violée.

Pour éviter ces cambriolages, les célébrités devraient commencer par cesser de publier leurs allées et venues sur les réseaux sociaux, mais cela ne sera malheureusement jamais suffisant. Il existe, bien sûr, des options plus radicales, comme les drones de sécurité, qui n'ont pas besoin d'être pilotés. Pour 10 000 dollars, vous les installez à différents points d'accès, un peu comme des détecteurs de mouvement, dans toute la propriété. C'est une solution extrême, mais si les célébrités veulent la sécurité, l'extrême est le moins qu'elles puissent faire.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

Hollywood, Kim Kardashian, vol

Dans
le même genre
La soif des JO pour les nouveaux sports nuit aux sous-cultures dont ils sont issus
Comment une guerre aux confins de l’Europe est devenue le terrain d’entraînement de l’extrême droite
Peut-on vraiment parler de « mauvaises bières » ?
Le designer belge préféré de vos rappeurs préférés vit la grande vie à LA
À Marseille, ils plongent pour ne pas couler
Ce que ça fait de devenir milliardaire à seulement 23 ans
Le « sport qui rassemble » est un mythe
20 ans après, « Xena, la guerrière » est toujours aussi populaire