10 questions que vous avez toujours voulu poser à une championne d’échecs

Le monde des échecs est-il vraiment sexiste ? Pourquoi les Russes sont-ils si bons ?

04 dicembre 2020, 8:09am

Pour beaucoup de gens, les échecs représentent un passe-temps. Pour d’autres, il s’agit d’une discipline sérieuse, qui a soudainement trouvé des millions de nouveaux adeptes grâce à la série Le jeu de la dame sur Netflix

Elena Sedina est une joueuse d'échecs italienne d'origine ukrainienne au curriculum vitae impressionnant. Elle est maître international féminin et grand maître international féminin. En 2019, elle a remporté le championnat féminin italien et le championnat féminin suisse. Je l’ai rencontrée pour lui poser quelques questions. 

Publicité

VICE : Faut-il commencer à jouer aux échecs jeune pour être vraiment doué ?
Elena : À sept ans, j'ai commencé à aller au club d'échecs de Kiev, d’où je suis originaire, avec ma sœur, qui avait cinq ans. À l’époque, c'est mon père qui nous a encouragées. Il jouait en compétition nationale. Pendant quelques années, j'ai suivi des cours avec une quarantaine d'autres enfants trois fois par semaine et je participais à des matchs le dimanche. Puis, à neuf ans, j'ai commencé à gagner davantage de tournois. Un entraîneur m'a remarquée et m'a orientée vers le milieu professionnel. Tous les joueurs de haut niveau que je connais ont commencé à jouer tôt. Par exemple, Magnus Carlsen, l'actuel champion du monde, a commencé à l'âge de huit ans, mais il pense que c’est déjà assez tard. 

À quelle fréquence vous entrainez-vous ?
Quand j'étais jeune, j'ai beaucoup étudié. J’y passais de très longues journées de travail. Les échecs sont un sport individuel et il faut s'entraîner beaucoup pour mémoriser les tactiques et les coups. Aujourd'hui, j'ai moins de temps car j'enseigne aussi les échecs, mais je joue en ligne avec mes partenaires d’entraînements. Je m'entraîne également avec l'équipe nationale italienne.

Que pensez-vous de la représentation des échecs au cinéma et à la télévision ?
On m’a dit beaucoup de bien du Jeu de la dame, mais j’avoue que je n’ai pas encore vu la série. Dans l’imaginaire collectif, les amateurs d’échecs sont bizarres, voire fous. Mais les problèmes de santé mentale et les échecs ne vont pas nécessairement de pair. En général, les joueurs d'échecs sont des gens normaux qui ont beaucoup de passion.

Publicité

Pourtant, on entend souvent parler de la « psychologie échiquéenne ». Qu'est-ce que cela signifie exactement ?
Les tournois d'échecs durent longtemps, entre une semaine et dix jours, il y a donc beaucoup de tension qu'il faut savoir gérer. Il n'est pas facile de contrôler ses nerfs. À la Coupe du monde d’échecs 2008, lors des éliminatoires, j'ai perdu le premier des deux matchs contre le meilleur joueur du monde de l'époque. Ça m’a déstabilisée, mais j'ai finalement remporté le deuxième grâce à un conseil que m’a donné mon mari : « Pense comme un lutteur de sumo. » Aux échecs, vous devez vous concentrer sur vos coups, pas sur vos émotions.

À quoi sert la pendule avec les deux horloges ?
À s'assurer que la partie ne dure pas plusieurs jours. Aujourd'hui, dans les tournois officiels, les Jeux olympiques et les compétitions européennes, les matchs durent en moyenne quatre heures.

Comment savoir quel coup jouer ?
Prenons les premiers coups – vous pouvez trouver toutes les informations dont vous avez besoin en ligne, y compris des bases de données complètes, et avec un peu de pratique, vous pouvez les mémoriser tous. Ces mouvements sont toujours intéressants, mais aussi reconnaissables. Aujourd'hui, dans les parties « standard » (celles qui durent 15 minutes ou plus), certains des meilleurs joueurs, peut-être même plus que par le passé, font des mouvements « improvisés ». Par exemple, au troisième coup, ils déplacent le pion latéralement, ce qui est assez inhabituel. En ce qui concerne les pièces, il suffit de défendre le roi, le reste peut être sacrifié. Même la dame, la pièce la plus forte, peut être sacrifiée, mais jamais au début d'une partie.

Publicité

Pourquoi les Russes sont-ils si bons aux échecs ?
Premièrement, parce qu'en Russie, les échecs sont toujours le troisième sport le plus populaire, après le football et le hockey sur glace. Je viens d'une école soviétique, où les échecs faisaient partie intégrante de la culture et où les joueurs d'échecs étaient très appréciés. Je me souviens qu'à l'époque de ces parties interminables entre Karpov et Kasparov, j'entendais souvent les gens en parler dans les transports en commun. Puis il y avait l'aspect politique : nous [les Soviétiques] devions être meilleurs que les Américains.

Combien les joueurs d'échecs gagnent-ils ?
J'ai lu récemment que Magnus Carlsen gagnait plus d’un million d’euros par an, mais ces chiffres concernent le petit cercle des quinze meilleurs joueurs. Ensuite, les salaires sont plus bas et dépendent du niveau. Quant aux prix des championnats nationaux, cela dépend du pays. L'année dernière, en Italie, le premier prix du champion italien était de 5 000 euros, alors que pour le championnat féminin, il était de 1 500 euros. Pour faire une comparaison, les championnats américains viennent de se terminer et le joueur le moins bien classé gagne le même montant que le vainqueur des championnats italiens. Indépendamment des revenus, l'inégalité entre les sexes existe également aux États-Unis : le premier champion masculin gagne 33 000 euros, tandis que la championne féminine gagne 20 000 euros.

Le monde des échecs est donc sexiste ?
Malheureusement, les femmes sont minoritaires : nous représentons moins de dix pour cent de tous les joueurs. Quand je suis arrivé en Italie, j'étais dans le top cinq, mais je n'ai jamais été sélectionnée pour l'équipe nationale [qui est mixte], seulement pour l'équipe nationale féminine. Il est difficile de surmonter les stéréotypes.

Vous avez également un doctorat sur les méthodes d'entraînement aux échecs. Quels conseils donneriez-vous aux débutants qui veulent s’investir davantage ?
Vous pouvez commencer par vous inscrire à des cours et participer à des tournois d'échecs en ligne sur des sites comme Chess.com ou Chess24.com, par exemple.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

sexisme, grand maître, le jeu de la dame

Dans
le même genre
L’Amarartis, ou comment boire comme l'aristocratie romaine
Avec la prof de Harvard qui donne cours à des sportifs célèbres
Le foot est devenu chiant, c'est comme ça
À la fin du confinement, l'étrange retour à la vie
Avec ceux qui ont construit un club dans leur maison
Du ring à la scène : la double vie de Diego Garijo
Comment les cartes Pokémon deviennent le nouveau bitcoin
Pourquoi les antidépresseurs provoquent des rêves vraiment chelous