Des nouvelles de la scène skate en Zambie et au Mozambique

« On sent qu’un truc est sur le point de se produire. »

26 januari 2022, 11:21am

Ces trois dernières années, le photographe Jonas Camps (29 ans) a participé à la construction de skateparks en Zambie et au Mozambique avec des bénévoles de Skateworld Better et Wonders around the world.

Publicité

Il y a plus ou moins cinq ans, à l’époque où il vivait à Lisbonne, son coloc Martin avait comme ambition d’un jour lancer un projet de skate en Afrique. « Je lui ai dit que si ça se faisait, j’irais avec lui », explique Jonas. Depuis, Martin a cofondé Skate World Better, une asbl qui vise à renforcer les communautés à travers la construction de skateparks.

« Du coup, on est vraiment partis en voyage, poursuit Jonas. Le premier projet c’était au Mozambique en 2019, et puis l’année d’après on a fait la Zambie. C’était le plan. Au Mozambique, on a construit deux skateparks avec un petit local sur le côté. Mais en Zambie, je voulais faire les choses différemment. Je voulais prendre mon temps pour faire des photos et apprendre à mieux connaître les gens. »

Après avoir atterri à Lusaka, la capitale de la Zambie, l'équipe avait encore un voyage de 600 km à faire. « On s’était pas vu·es depuis deux ans, alors tout le monde était vraiment impatient de faire ce voyage, explique Jonas. Quand on est finalement arrivé·es à Mongu, il faisait nuit noire, mais on y était. Dix jours plus tard, l'autre partie de l'équipe est arrivée, et à ce moment-là, tous les préparatifs du chantier devaient être terminés pour qu’on puisse commencer à construire. »

La communauté de Mongu, où Jonas et les autres volontaires ont séjourné, est établie au sommet d'une montagne. « Le skatepark est aussi au sommet, remet Jonas. Alors à chaque fois qu’on descendait en skate à vingt voire trente personnes pour aller au magasin ou en ville, les gens nous regardaient bizarrement. Mais après quelques semaines, tout le monde savait ce qu’on faisait ici. » Avec une vingtaine de travailleur·ses du coin, Jonas et les autres bénévoles ont ainsi construit un skate park de 700 m² : « Tout le monde était méga enthousiaste. Le jour de l'ouverture, plus de 1 200 personnes étaient là, c’était vraiment fou. »

Jonas explique aussi que la scène skate en Zambie est déjà plus développée qu'au Mozambique. Et c'est en grande partie grâce à Johnny Kalenga, un homme dont la vie sera très probablement adaptée un jour en documentaire. 

Johnny a grandi dans l'ouest de la Zambie. Pendant sa jeunesse, dans sa région natale, il n'y avait pas ou peu de routes pavées, de parcs ou de sentiers. Le skate, et tout ce qui s'apparente aux sports de glisse, était tout sauf un passe-temps évident à pratiquer. « J'avais jamais fait de skate avant, mais j’ai directement su que c'était ma passion », explique-t-il dans un Ted Talk. 

Les parents de Johnny n’étaient pas du genre enthousiaste quant à ses projets d'avenir, d'autant plus qu'il a dû être hospitalisé pendant plusieurs mois suite à un grave accident de voiture. Mais dès qu'il a été autorisé à retourner à l'école, il a commencé à mettre des thunes de côté : « Quand j'ai enfin eu assez d'argent pour acheter un skateboard, je n'ai plus rien fait d'autre. J’en faisais vraiment tous les jours, dans le but de m'améliorer. »


Des enfants de Mongu ont progressivement vu Johnny faire du skate dans les rues et ont commencé à lui demander s'il pouvait leur apprendre aussi. Sans vraiment s'en rendre compte, Johnny est devenu prof de skate. Il a fini par partager sa culture de la glisse et sa planche avec quasi tous les enfants du village. « Quand on est arrivé·es, Johnny avait déjà bâti une communauté de plus de 400 enfants », raconte Jonas.

Mais plus il y avait d'enfants, plus l’attente se faisait longue niveau matériel. Le groupe a donc commencé à fabriquer ses propres planches à partir d'étagères, de bouteilles, de roues de malles, etc. « J'ai commencé à prendre des photos pour moi, raconte Johnny dans ce même Ted Talk, mais un jour je me suis réveillé et je me suis dit que le monde devait voir ça. » Il a donc créé une page Facebook qui a rapidement été relayée par des personnes dans le monde entier. Grâce à ça, les enfants ont commencé à recevoir des chargements remplis de sneakers, de nouvelles planches et autres équipements.

« Depuis le mois de mai, le skatepark de Mongu est enfin prêt, conclut Jonas. Tu peux sentir que cette scène est en plein essor ici. Au Mozambique, en Zambie ou encore au Ghana, les personnes impliquées dans le skate sont en contact permanent les unes avec les autres. On sent partout qu’un truc est sur le point de se produire. »

Publicité

Suivez Jonas Camps sur Instagram

Découvrez d'autres photographes belges mis·es à l'honneur sur VICE en cliquant ici. Vous êtes vous-même photographe et vous avez une série percutante ? Envoyez-nous un mail à beinfo@vice.com.

VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.
VICE France est aussi sur TwitterInstagramFacebook et sur Flipboard.

Tagged:

skateboard, Skate, Zambie, Belgique, mozambique

Dans
le même genre
Avec les pêcheurs d’Ostende, trois ans après
Quelques trucs à savoir avant de tout plaquer pour aller vivre en Flandre
Les coulisses du Horst Festival à travers le regard des bénévoles
Dans les archives de la nightlife bruxelloise avec le fondateur du Mirano
L’heure est venue d’aller voir des films de boule (inclusifs) au cinéma
On a été au tout premier Championnat de France de Fondue
Dans la peau d'une éleveuse de Tamagotchi
Tout ce que vous avez oublié dans les transports en commun bruxellois