La pandémie a aggravé les cas de psoriasis

« La peau est un organe. On peut la considérer comme une extension de notre esprit. »

01 ottobre 2021, 7:50am

« Pendant le premier confinement, j'ai remarqué des croûtes sur mon cuir chevelu, raconte Mattia, 30 ans. Je pensais avoir une sorte de mycose, mais un dermatologue m'a dit plus tard que je souffrais de psoriasis. » 

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique de la peau. Les symptômes se manifestent par des plaques épaisses, rouges et squameuses sur le cuir chevelu, les coudes, les genoux, les mains, les ongles et même les fesses. En fait, le système immunitaire fonctionne à plein régime, même si le corps n'est pas attaqué, et produit plus de cellules cutanées que nécessaire. Cela rend votre la plus épaisse et provoque des lésions et des taches en relief.

Publicité

Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé, environ 100 millions de personnes dans le monde vivent avec le psoriasis. Les experts pensent que la pandémie a aggravé la situation des patients, car cette maladie est étroitement liée au stress, à l'anxiété, à la dépression et à d'autres problèmes de santé mentale. Une étude réalisée en 2020 sur la base d'une enquête en ligne a révélé que 43,7 % des personnes interrogées ont connu une aggravation de leurs symptômes depuis le début de la pandémie. 

Le Dr Michele Cardone, dermatologue au centre médical Santagostino de Milan, attribue l'augmentation des cas à une moindre exposition au soleil et à une augmentation du stress, de l'anxiété et de la dépression. « La peau est un organe, dit-il. On peut la considérer comme une extension de notre esprit. » D'autres maladies cutanées sont également en hausse, notamment l’eczéma de contact causé par les désinfectants pour les mains, et la maskné, l’acné causée par les masques.

Comme de nombreuses autres maladies chroniques, le psoriasis est une maladie multifactorielle et affecte également d'autres parties du corps. Dans environ 30 % des cas, il est associé à l'arthrite et peut provoquer un gonflement douloureux et une raideur des articulations. Il peut également être lié au diabète et à l'hyperlipidémie (quantité élevée de graisses dans le sang). 

Les causes de cette maladie ne sont pas claires : il s'agit d'une combinaison de facteurs génétiques, environnementaux et psychologiques. Outre le stress, l'alcool, les traumatismes locaux, les brûlures ou les réactions allergiques au traitement peuvent également déclencher des poussées. 

Publicité

Giovanni, 31 ans, vit avec le psoriasis depuis l’adolescence. Il dit que les premiers symptômes sont apparus après une période de grand stress. « J'avais 15 ans et j'avais du mal à établir des relations avec le monde extérieur, dit-il. À un moment donné, j'ai commencé à voir des taches sur mes mains et des lignes sont apparues sur mes ongles peu de temps après. » À partir de là, l'affection s'est rapidement propagée à d'autres parties de son corps, devenant plus ou moins grave selon les périodes.

Diana, 31 ans, souffre de psoriasis depuis environ six ans. « Au début, je pensais que j'étais allergique aux tissus synthétiques, dit-elle. J'avais une démangeaison sévère derrière les genoux qui s'est étendue aux deux jambes. » Elle a décidé de changer complètement sa garde-robe et de passer aux tissus naturels. Ses nouveaux vêtements la faisaient moins transpirer et amélioraient ses problèmes de peau, mais pas de manière significative. Finalement, elle a consulté un dermatologue qui lui a donné un diagnostic officiel. 

Bien qu'il n'existe aucun remède contre le psoriasis, le traitement peut rendre les symptômes plus faciles à gérer. Dans les cas les plus légers, les médecins prescrivent généralement des pommades et des crèmes topiques. Si les symptômes s'aggravent, les médecins « peuvent recourir à des médicaments biologiques modernes qui régulent les réponses immunitaires et réduisent à la fois les inflammations du système et de la peau », explique le Dr Enzo Berardesca de l’Institut Dermatologique San Gallicano.

Publicité

Les maladies chroniques peuvent avoir un prix élevé, du moins dans des pays comme l'Italie, où seuls les cas les plus graves de psoriasis sont couverts par l'assurance maladie. L'achat d'autres produits adaptés aux peaux sensibles est également une nécessité, mais peut rapidement s'accumuler en termes de coût. « Il faut tout acheter à la pharmacie et dépenser quatre fois la somme normale pour les crèmes », explique Diana. 

Malheureusement, comme la maladie s'aggrave lorsque l'on est dans un état psychologique fragile, cela peut alimenter un cercle vicieux. Les changements de mode de vie – notamment un régime alimentaire restrictif et l'arrêt du tabac ou de l'alcool – constituent un élément fondamental du traitement de certains patients atteints de psoriasis.

« Le dermatologue m'a conseillé d'éviter les stimulants [comme le café, le thé, le cacao], les aliments épicés, les dérivés du lait, l'alcool et le tabac », explique Mattia. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire : Mattia a eu du mal à arrêter de fumer et de boire, notamment parce qu’en tant que freelance, il est généralement sous pression pour respecter les délais. « Si je voulais vraiment résoudre le problème, je devrais changer complètement ma vie », dit-il.

C'est pourquoi des experts comme Cardone estiment que le traitement de la santé mentale des patients est tout aussi important que celui des symptômes visibles sur leur peau. « Je recommande toujours de consulter un psychologue et de créer une bonne relation médecin-patient », explique-t-il. Malheureusement, tout le monde n'a pas les moyens de suivre une thérapie, ou de s'attaquer à ses facteurs de stress par d'autres moyens.

Mais pour ceux qui le peuvent, les bénéfices peuvent être considérables. Par exemple, après des années de lutte contre les poussées aiguës à l'aide de médicaments agressifs et de crèmes à base de cortisone, Giovanni a réussi à maîtriser ses symptômes. « La clé a été d'aborder les situations stressantes qui me causent de l'anxiété, dit-il. Le psoriasis était comme une sonnette d'alarme pour moi, un signe que quelque chose dans ma vie ne va pas. »

Correction : en raison d’une erreur lors de l’édition, cet article ne mentionnait initialement pas les informations complètes du Dr Berardesca. Il a maintenant été mis à jour pour les inclure. Nous regrettons l’erreur.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

Stress, pandémie, anxiété, santé mentale, peau

Dans
le même genre
La gabapentine, le médicament controversé qui m’a sauvé la vie
Le Liban connaît une pénurie de médicaments dévastatrice
J'ai été le chef de la reine Elizabeth et de l'ancien président George H. W. Bush
La Gen Z est frappée par une mystérieuse épidémie de tics nerveux
Qu'est-ce que l'hypocondrie exactement ?
En Russie, l'accès au traitement de la douleur est presque impossible
Hallucinations terrifiantes et cidre toxique : la belle histoire du datura
Un agriculteur a accidentellement cultivé la mangue la plus chère au monde