J'ai joué à « Tu préfères ? » avec des pirates, des nains et des steampunks

OK ces personnages n'existent pas (ou plus) vraiment. Mais j’ai quand même voulu savoir, alors j'ai été au Castlefest interroger leurs sosies.

Castlefest c’est un festival médiéval/fantastique qui a lieu chaque année au château de Keukenhof à Lisse, aux Pays-Bas. Ce qui a commencé par une petite célébration annuelle du Wicker Man - un rituel (néo)païen au cours duquel une grande effigie d'un animal ou d'un humain est brûlée - s’est progressivement transformé en un festival comptant 42 500 visiteur·ses (en 2019). Vu qu’on n’a aucun festival similaire en Belgique - ou du moins pas à ma connaissance - je m’y rends assez fréquemment depuis 2016. J’y suis déjà allée déguisée en diseuse de bonne aventure, en pirate ou en elfe. Après deux ans de pandémie, j'ai pu à nouveau regoûter au soleil, à l’hydromel, au marché artisanal rempli de produits super chers et bien sûr à la musique, beaucoup de musique. 

Mais ce qui rend ce festival si intéressant et qui permet de le faire perdurer, c’est avant tout les gens qui le fréquentent. Bien que je ne sois que très rarement en contact avec la culture néerlandaise - uniquement pour les joints pas chers et ma (merveilleuse) pote de Rotterdam -, je sais que nos voisin·es du Nord ont beaucoup de choses à dire et des opinions bien tranchées. J'ai donc décidé de choisir quelques personnages intéressants et les interroger sur des sujets relativement sérieux. C'était le jour parfait pour une bonne vieille partie de « Tu préfères ? ».

Rick (34 ans), un mec du Moyen Âge

VICE : Tu préfères améliorer les conditions de travail chez Amazon ou gagner 10% de ce que Jeff Bezos touche en un an ? 
Rick :
J'améliorerais les conditions de travail. 

Tu penses que les travailleur·ses sont traité·es équitablement ?
Ça dépend de quel point de vue on se pose ; si t’es dans le département des logiciels et de la tech, c'est bien. Mais si tu travailles dans un entrepôt ou que tu fais un travail manuel, alors non. Là t’es vraiment exploité·e. 

Publicité

Comment on améliorerait les conditions de travail de ces gens ?
En leur accordant des pauses, en les payant décemment et en ne leur imposant pas des exigences trop élevées et irréalisables.

Tu penses quoi de Jeff Bezos ?
Je pense que c'est un homme complexe. C'est typiquement le riche par excellence. Ce genre de gars ne vit que pour brasser de l'argent. Ça se voit dans son comportement.

T’en connais d'autres personnes comme ça ?
Oui, Elon Musk bien sûr, l’un des plus connus. Et Bill Gates aussi, mais lui sait mieux le cacher.

Tu préfèrerais trouver une solution à la crise climatique ou pouvoir guérir le cancer ?
Le réchauffement climatique, c'est un plus gros problème. 

Pourquoi ?

Parce que le réchauffement climatique, ça affecte tout le monde. 

T’en penses quoi des négationnistes ?
C’est souvent des gens coincés dans une bulle, qui vont chercher ce qu’ils veulent entendre et ignorent délibérément ce qu'ils considèrent comme contraire à leurs principes. 

On peut convaincre ce genre de gens ?
Aucun intérêt. La seule chose que tu peux faire c’est de leur faire voir quels sont les avantages qu’ils pourraient en tirer, pour eux-mêmes. 

Tu penses quoi de la crise climatique ?
C’est impossible à nier, c’est quelque chose qu’on entend depuis des années et pourtant les gens continuent de faire comme si de rien n’était. « C'est juste une histoire de météo et pas de climat », les gens répètent souvent ce genre de trucs. 

Publicité

Ça te fait peur ?
C'est pas tant le réchauffement climatique qui me fait peur. C’est surtout le fait qu'il soit trop tard pour y remédier.

Fenna (23 ans) et Alex (29 ans)

VICE : Vous préféreriez perdre vos bras ou vos jambes ?
Fenna :
Mes jambes. 

Alex : Mes bras, je pense. 

Pourquoi ? 
Fenna :
Tu peux encore faire beaucoup de choses avec tes mains et tes bras, tu peux te tirer ou te pousser en avant. Sans bras, c'est un peu plus difficile, je pense. 

Alex : Parce que j'aime ma mobilité, être capable de me déplacer. Même si je perdais mes bras, je serais toujours capable de marcher et bouger. J'aime mes bras, mais j'aime encore plus ma mobilité. 

Tu cuisinerais avec tes pieds ?
Alex :
Il faudrait qu'il y ait une solution pour ça. J'ai déjà vu des gens qui sont très agiles avec leurs jambes, c'est sûrement possible. 

Vous pensez que notre société est adaptée aux personnes souffrant d'un handicap physique ?
Fenna :
Non, les adaptations sont trop lentes. Comme tu le vois, ici au festival, les personnes en fauteuil roulant ont besoin de l'aide d'autres personnes. Je pense pas que notre société soit à la pointe à ce niveau, mais je peux pas te citer d'autres exemples. 

Alex : Sur des événements comme celui-ci, il y a des gens qui sont prêts à aider. Les événements sont généralement plus adaptés aux personnes handicapées. Mais la société en tant que telle, je dirais que non. 

Publicité

Donc ça pourrait être mieux ? 
Alex :
Je pense que oui.

Vous préféreriez être PDG d'une entreprise mais gagner moins que les personnes du sexe opposé, ou avoir un salaire égal mais un emploi moins valorisé ?
Fenna :
L'égalité des salaires ; je me vois pas devenir PDG. Je suis plus une travailleuse qu'une manageuse.

Alex : Le poste de PDG c'est pas ce que je souhaite de toute façon, donc l'égalité des salaires c’est définitivement ce que je prendrais.

Que pensez-vous de l'écart salarial entre les hommes et les femmes, est-il encore tangible et visible ?
Alex :
Je peux le voir dans l'entreprise pour laquelle je travaille. Découvrir que t’es moins payé qu'un stagiaire qui est arrivé avec moins de connaissances, c’est dégueulasse. C’est hard de ressentir un tel écart de salaire. Surtout quand tu vois la nouvelle BMW de ton boss garée devant la porte, c’est dur... 

Fenna : Je sais pas vraiment ce qu'il en est des différences entre les sexes, parce que je travaille dans le secteur des soins de santé, qui n'est pas très bien payé de toute façon. Mais bien sûr, je voudrais mieux. Alex gagne plus que moi. Donc oui, c'est dommage. 

Alex : Si seulement j'avais la réponse pour imposer l’égalité, malheureusement je sais pas ce qu’on peut faire. Je suis juste l'esclave du salariat et j’y contribue. 

Roderik (29 ans) a.k.a. One Sock Joe, pirate

VICE : Tu préférerais être riche ou trouver un remède contre le cancer ?
Roderik :
Guérir le cancer.

Et pourquoi ?
D’abord, je peux devenir riche, mais je veux pas le devenir. On peut acheter de belles choses avec de l'argent, mais c’est plus essentiel pour la société que le cancer disparaisse.

Publicité

Tu préfères épouser Trump ou Poutine ?
Y’a une troisième option ? 

Non, haha.
Je pense que je pourrais supporter Trump plus que Poutine. Poutine ferait de moi sa bitch ; alors que Trump, je devrais prendre sur moi mais je pense que dans cette relation, je pourrais encore avoir quelque chose à dire, si je devais choisir. 

Qui est pire, Poutine ou Trump ?
C'est difficile à dire, je me suis jamais vraiment posé la question. Je connais moins la personnalité de Poutine que celle de Trump. J'ai suivi l’actu de Trump parce que c'était drôle, parce qu'il faut bien s’occuper avec quelque chose à notre époque. Je sais que c’est une personne dégueulasse, c'est assez clair d’après tout ce que j'ai vu de lui. Il n'y a pas vraiment le choix entre les deux. Si t’ajoutes Hitler à la liste, je pense qu’on a un bon club de crevards.

Thomas (64 ans), steampunk et forgeron

VICE : Tu préfères la viande ou l'alcool ?
Thomas :
Oh, c'est une bonne question. Je préfère ne plus manger de viande.

T’en penses quoi du végétarisme et du véganisme ?
C'est bien. Notre fille est végétalienne, donc à la maison on mange souvent végé. Et si on mange de la viande, elle provient uniquement du circuit court. Des cerfs et des cochons sauvages. Ils sont chassés autour du village, et donc ils n'ont pas une grande distance à parcourir avant de se retrouver dans l’assiette. Les animaux vivent dans la forêt et sont ensuite abattus. Il n’y a pas de trace d'hormones ni d'antibiotiques dans cette viande.

Publicité

C'est donc une question d'écologie pour toi ?
Oui, je pense aussi que les autres animaux destinés à l’abattage vivent dans de très mauvaises conditions. S'ils ont eu une belle vie dans la forêt, alors ça me convient. Mais je préfère manquer de viande que d'alcool.

Est-ce qu’on devrait réduire notre consommation d'alcool ?
Absolument. Et moi le premier.

C’est un problème de société ?
Bien sûr, c'est malsain et ça coûte de l'argent pour nous et pour l’ensemble de la société. Ça rend les gens malades et, souvent, ça finit par un besoin d’assistance médicale, ce qui coûte cher. Tant pour les personnes que pour l'État. 

Isa a.k.a. Isabouter (22 ans) et Tom a.k.a. Tombouter (27 ans), nain·es

VICE : Vous préféreriez perdre vos bras ou vos jambes ?
Isa : Les jambes.

Tom : Les jambes, mais est-ce que je peux aussi dire : un bras et une jambe ?

Isa : Non, non, tu veux garder tes bras. Les jambes sont beaucoup plus faciles à remplacer que les bras.

Pourquoi tu préfères perdre une jambe et un bras ?
Tom :
C’est une histoire d'équilibre. Le corps a besoin d’être toujours symétrique. 

Vous pensez que notre société est suffisamment accessible aux personnes souffrant d'un handicap physique ?
Les deux :
Non, je pense pas.

Isa : C’est visible au travail, je le vois dans ma formation d’infirmière. C'est pas facile du tout. 

Publicité

Et pourquoi exactement ?
Isa :
Essaye de t’asseoir dans un fauteuil roulant pendant toute une journée. Impossible d’atteindre le distributeur à billets, ce truc est si haut et toi t’es si bas. 

Tom : Tu peux pas utiliser les transports publics seul·e.

Isa : C'est un autre monde. T’es immédiatement dépendant·e des autres, que tu le veuilles ou non. Mais il y a beaucoup de choses qui sont adaptées et que tu peux faire toi-même. 

Tom : Des marches, des escaliers, parfois t’as des toilettes mais tu peux pas en faire le tour à cause de la taille du fauteuil… des choses comme ça, c’est pénible. 

Isa : Ou le fait de ne pas avoir d'aides spécifiques de la part des pouvoirs publics ; la vie est souvent très chère pour une personne handicapée. C'est très difficile, les gens se tapent parfois le même fauteuil roulant pendant dix ans parce qu'il n'y a tout simplement pas d'argent pour en obtenir un nouveau. Et payer soi-même c’est impossible, ça coûte des centaines d’euros. À moins que ton état physique n’empire, rien ne changera si tu ne veux plus de ton vieux fauteuil. 

Tom : Tu veux pas non plus te rendre encore plus malade, tu veux être capable de faire avec ce que t’as. Si tu peux pas sortir seul·e en public, ç’a évidemment un impact sur ta confiance en toi et ton individualité. 

Publicité

Isa : Ou juste ta qualité de vie.

Tom : Oui.

Isa : Aux Pays-Bas, on espère que tout ça s’organise un peu mieux et que les conditions vont s’améliorer; je pense que ça résume bien la situation.

Sandra (52 ans) et Dirk (57 ans), Lady in Red & The Joker

VICE : Entre Trump et Poutine, vous préféreriez épouser qui ?
Dirk :
Poutine. Mais bon, le choix est rude entre la peste et le choléra.

Sandra : Oui, c’est vrai, et moi je choisis Trump. 

Pourquoi Poutine ?
Dirk :
S’il y a un homme pire que Poutine c'est Trump. Je le trouve encore plus dangereux.

Et pourquoi Trump ?
Sandra :
Comme ça, le jour où je divorcerais, je serais pleine aux as.

Lequel des deux est le plus toxique pour le monde ?
Dirk :
Je trouve Trump plus effrayant. À côté de Trump, Poutine ne l'est pas tellement, il garde son doigt loin du bouton alors que je pense que Trump pourrait appuyer dessus plus facilement. 

Sandra : Poutine. Parce qu'il a trop de pouvoir, trop de monopole. 

Il a plus de possibilités de faire de la merde ?
Sandra :
Oui, voilà. 

Vous préféreriez guérir le cancer ou résoudre le problème de la crise climatique ?
Dirk :
Le climat.

Sandra : Le cancer.

Pourquoi ?
Dirk :
Le cancer fait partie de la société, et le climat va trop vite. Le cancer a toujours été là. Et si tu guéris le cancer et que le monde part en vrille ou que l'environnement s'effondre, tu seras quand même foutu·e. 

Sandra : Le cancer cause tellement de chagrin. Je préfère soigner les gens d'abord. 

Vous êtes vraiment à l’opposé les deux.
Dirk :
Oui, ça rend les choses intéressantes. On peut dire qu’on se complète pas mal. 

VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.
VICE France est sur TikTok, Twitter, Insta, Facebook et Flipboard.

Tagged:

handicap, politique, Belgique, Pays-Bas

Dans
le même genre
Cercueils : mourir coûte encore plus cher quand on est une personne grosse
Entre déni et mythe colonial : les traces de la colonisation en photos
Il était une fois dans l'Ouest : le festival country de Bredene
Les plus beaux coquillages du monde se trouvent dans la salle de sport d'Edegem
Douleurs et peines : entamer la trentaine avec la fibromyalgie
Une séance de psy sur une planche de surf
Ce que vous bouffez quand vous avez la foncedalle
S’injecter du yaourt dans le vagin n’est (toujours) pas l’idée du siècle