5 % des centrales électriques mondiales produisent 73 % des émissions de CO2 du secteur

Quelques « super émetteurs » sont responsables de la grande majorité des émissions du secteur de l'énergie.

Aug 16 2021, 7:50am

Selon une nouvelle étude publiée dans Environmental Research Letters, 5 % seulement des centrales électriques dans le monde sont responsables de 73 % des émissions de CO2 du secteur. Des chercheurs de l'université du Colorado à Boulder ont analysé les données de 29 000 centrales électriques à combustibles fossiles réparties dans 221 pays pour localiser les principaux pollueurs du monde en 2018. 

Ces centrales « super émettrices » se trouvent pour la plupart aux États-Unis, en Europe, en Asie de l'Est et en Inde. Elles ont pour caractéristiques communes de fonctionner au charbon et d’être très inefficaces par rapport à la quantité d'énergie qu’elles produisent.

Publicité

« L’un des défis auxquels sont confrontés les militants du climat est de déterminer qui est exactement à blâmer pour la crise climatique, explique Don Grant, professeur de sociologie et coauteur de l’étude. Notre étude commence à s’attaquer à ce problème en identifiant les super pollueurs. »

Les émissions liées à la production d'électricité diminueraient de 17 à 49 % si ces centrales augmentaient leur efficacité opérationnelle. Passer du charbon et du pétrole au gaz naturel serait un début. Les auteurs de l’étude se disent « également favorables aux énergies renouvelables », mais précisent avoir conscience que « certains pays ne sont pas encore prêts ou disposés à adopter cette stratégie ». Bien qu'il soit largement cité par l'industrie comme un « combustible de transition », de nombreux écologistes abandonnent désormais l'idée que le gaz naturel est une alternative propre aux autres combustibles fossiles. Nombreux sont ceux qui pensent que la fermeture des centrales électriques à combustibles fossiles et le passage aux énergies renouvelables sont le seul moyen de réduire suffisamment les émissions pour répondre aux exigences de l’Accord de Paris, qui préconise de limiter le réchauffement de 1,5 degré pour éviter les pires effets du changement climatique. 

La centrale électrique la plus polluante au monde est celle de Bełchatów, à Rogowiec, en Pologne. Construite il y a 27 ans, elle produit environ 20 % de l'électricité du pays. En 2018, elle aurait rejeté 38 millions de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Bien qu'il s'agisse de la plus grande centrale thermique d'Europe, sa capacité est inférieure à celle de certaines de ses homologues moins émettrices dans d'autres régions du monde. (Le pays prévoit de fermer la centrale d'ici 2036, répondant ainsi aux appels à la décarbonisation de son économie).

Le problème de Bełchatów ne tient pas à sa production, mais à son inefficacité : selon Grant et son équipe, de tous les principaux émetteurs mondiaux, la centrale de Bełchatów affiche les émissions les plus élevées par unité. En fait, les dix centrales les plus polluantes au monde étaient moins efficaces que les autres centrales dans leur pays d'origine, émettant de 28 à 76 % de plus par unité d'énergie produite.

« La raison pour laquelle ces installations relativement inefficaces sont utilisées de manière aussi intensive est un sujet qui mérite d'être étudié à l'avenir », écrivent les auteurs. 

Grant et son équipe ont utilisé l’indice de Gini – une métrique généralement utilisée pour mesurer les inégalités de revenus et de santé – pour trouver les différences entre les plus gros émetteurs et les émissions moyennes par usine dans chaque pays. Aux États-Unis, les cinq premiers pollueurs étaient responsables de près de 80 % des émissions d'électricité du pays. 

D’autres pays présentent des caractéristiques similaires, notamment la Corée du Sud, le Japon et l'Australie, et surtout, tous verraient leurs émissions diminuer de 25 à 80 % s'ils adoptaient la modernisation et le changement de combustible, indiquent les auteurs.

Encourager des usines comme celle de Bełchatów à améliorer leur efficacité permettrait aux nations de réduire fortement leurs émissions. Mais il n'existe pas de solution politique unique, selon Grant. Certains pays – la Corée du Sud, l'Allemagne, le Japon et l'Australie, selon les auteurs – peuvent avoir plus de succès en surveillant un ou deux super émetteurs, tandis que d'autres peuvent obtenir le même résultat en adoptant des mesures radicales dans le secteur.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

pollution, énergie, écologie, combustibles fossiles, accord de paris

Dans
le même genre
Il y aurait des signes avant-coureurs d'une potentielle extinction de masse
Les images surréalistes de l’Afghanistan après un mois sous le régime taliban
D’où vient l’argent des talibans ?
J'ai été le chef de la reine Elizabeth et de l'ancien président George H. W. Bush
Une balade dans Barbès pendant le ramadan
Une vidéo retrace les 4 milliards d'années d'évolution de la Terre en 4 minutes
Une nouvelle catégorie d’exoplanètes pourrait héberger la vie
Bon, y’a quoi au juste dans le filet américain végé ?