Des survivalistes s’expriment sur le coronavirus

Pour ces planificateurs de l'apocalypse, mieux vaut être prudent que de s'apitoyer sur son sort.

10 marzo 2020, 7:54am

Des stocks de masques de protection aux raids dans les supermarchés, la menace du nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) a mis en évidence l'incapacité des gens à réagir de manière rationnelle dans les moments difficiles, notamment en raison d’une couverture médiatique sensationnaliste et de la diffusion rapide de fake news dans les groupes WhatsApp et sur les réseaux sociaux.

Les survivalistes constituent une sous-culture diversifiée d'hommes et de femmes qui se préparent à des événements catastrophiques et à l'effondrement, temporaire ou non, du fonctionnement normal de la société en cas de tremblements de terre, d'attaques terroristes, d'épidémies ou d'apocalypse nucléaire. « Tout vient de la préoccupation, vécue de manière rationnelle et non paranoïaque, que quelque chose puisse mal tourner dans notre vie quotidienne et que les services de la société moderne soient temporairement suspendus », m'explique Giulio, guide de randonnée et survivaliste depuis quelques années.

Publicité

Giulio fait toujours dix jours de provisions. Il a un sac à dos bien rempli qui contient un panneau solaire compact, une banque d'énergie, un réchaud à gaz, une bouteille d'eau filtrée, une trousse de premiers secours et bien d'autres choses encore. Mais quand je lui demande si le coronavirus a changé quelque chose dans ses habitudes, il me répond que « la seule différence est que depuis une semaine, ma petite amie travaille à la maison ».

Le panneau solaire compact de Giulio. Photo publiée avec son aimable autorisation.

Avec une approche aussi prévoyante, il n'est guère étonnant que les survivalistes trouvent risibles les récents assauts dans les supermarchés. « Avant, on nous prenait pour des fous, mais maintenant, des gens m’appellent pour me demander quoi acheter », explique Vincenzo, survivaliste de longue date et auteur de deux chapitres du livre Prepping. Le comportement des gens l’inquiète. « Ne faites pas vos réserves en période de chaos, vous finiriez par dépenser une fortune dans des bêtises, dit-il. La panique de dernière minute est exactement ce qu'il faut éviter. »

Cette crainte est partagée par Alessandro, directeur de Portale Sopravvivenza, un des sites italiens les plus suivis en matière de préparation et de survivalisme. « Les gens semblent être dans une frénésie totale. Je vis dans la région du Val d'Aoste et il y a des petits magasins dans des endroits reculés qui ont été dévalisés par les touristes, sans parler de la course aux masques. La perte de la rationalité et de la raison s'est produite beaucoup plus facilement que je ne le pensais », dit-il.

« Se préparer ne signifie pas craindre une apocalypse nucléaire ou une invasion de zombies, mais reconnaître que nous vivons dans un système socio-économique plus fragile que nous ne le pensons »

En raison de la psychose liée au coronavirus, le site a vu son nombre de visites monter en flèche, les articles les plus recherchés étant les masques à gaz, des pâtes ou encore des tomates en conserve. « D'après les analyses, j'ai remarqué qu'il s'agit surtout de nouveaux utilisateurs », poursuit Alessandro. Selon lui, ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose, mais le signe qu'un sort a été rompu. « Se préparer ne signifie pas craindre une apocalypse nucléaire ou une invasion de zombies, mais reconnaître que nous vivons dans un système socio-économique plus fragile que nous ne le pensons. »

Vincenzo et Alessandro estiment que les dernières semaines devraient nous inciter à réfléchir sérieusement à notre préparation aux crises futures, qu'elles soient sanitaires, climatiques ou sociales. Mais ils ne se font pas d'illusion sur la réalité.

La trousse de premiers secours de Vincenzo. Photo publiée avec son aimable autorisation.

Plus généralement, comment la communauté des survivalistes a-t-elle réagi à la récente psychose ? « Si vous allez sur les groupes Facebook, vous verrez que même parmi nous, certains ont cédé à la paranoïa », dit Giulio, soulignant que certains survivalistes font des stocks compulsifs de masques, de désinfectants pour les mains et même d'armes – en prévision d'un véritable effondrement de la société.

Giulio admet qu'il n'est pas totalement insensible à la nouvelle des fermetures et des quarantaines, et s'inquiète d'une plus grande instabilité. En même temps, il souligne que le changement climatique cause déjà des décès, des dommages aux économies et qu'il risque de nous laisser dans une situation bien pire qu'une simple épidémie.

Il n'est pas le seul à le penser. L'OMS estime qu'entre 2030 et 2050, la crise climatique provoquera 250 000 décès par an. Selon l'Agence européenne pour l'environnement, la pollution atmosphérique est déjà à l'origine d'environ 80 000 décès par an rien qu'en Italie. En termes financiers, le GIEC estime que d'ici 2100, la crise climatique coûtera à l'économie mondiale entre 8,1 et 15 000 milliards de dollars.

Vincenzo durant un cours. Photo publiée avec son aimable autorisation.

Mais si une urgence apparemment abstraite comme le changement climatique ne peut pas rivaliser médiatiquement avec l'urgence immédiate et spécifique d'un virus, nous ne devons pas oublier que le réchauffement climatique peut jouer un rôle important dans le développement et la propagation des épidémies, car il modifie les relations écologiques qui sous-tendent la transmission des maladies infectieuses. En d'autres termes, la hausse des températures des océans et les phénomènes météorologiques extrêmes peuvent également propager des maladies.

Pire encore, en endommageant le permafrost (la plus ancienne couche de glace de la planète), nous risquons de réveiller d'anciens virus et bactéries qui sont restés dormants jusqu'à présent. En 2016 en Sibérie, par exemple, la fonte d'une couche de permafrost a révélé la carcasse d'un renne infecté par l'anthrax, provoquant une épidémie qui a entraîné la mort de plus de 2 000 rennes, l'hospitalisation de 96 personnes et la mort d'un enfant de 12 ans.

Mais il est possible de voir un petit aspect positif dans notre réaction à la propagation du coronavirus. La branche italienne de Fridays for Future (le mouvement de Greta Thunberg) a déclaré que, au moins, la réponse mondiale au coronavirus offre une lueur d'espoir : des décisions rapides et sans précédent sont possibles. En ce qui concerne les menaces futures – et en particulier le changement climatique – nous pouvons peut-être apprendre de la part des survivalistes que la prévention est préférable au confinement.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:

Coronavirus, survivalisme, COVID-19

Dans
le même genre
On a demandé à des experts ce qui pourrait arriver (de mieux) en 2022
15 photos de 2021 qui résument la crise climatique mondiale
En Sicile sur les traces d’une algue rare (et apparemment illégale)
Des climatologues nous disent pourquoi tout n'est pas foutu
Un nouveau système de suivi indique la quantité de CO2 émise par les aéroports
Il est temps d'admettre que la crise climatique est à nos portes
Comment la pandémie a changé l’Antarctique
Avec les gagnantes d’un concours de beauté pour auxiliaires de vie