Aux Philippines, les enfants de 12 ans ne peuvent plus consentir à des relations sexuelles

Ce changement a été qualifié d'"étape importante" dans la lutte contre la maltraitance des enfants aux Philippines, où l'âge du consentement était auparavant le plus bas du monde.

Jusqu'à la semaine dernière, il était possible pour un enfant de 12 ans aux Philippines de consentir à un rapport sexuel avec un adulte. 

Mais vendredi, le gouvernement philippin a porté l'âge du consentement sexuel à 16 ans, le président Rodrigo Duterte ayant signé un nouveau projet de loi dans ce que les Nations unies ont qualifié de "jalon législatif" dans la lutte contre les abus et l'exploitation sexuelle des enfants dans ce pays d'Asie du Sud-Est. Les rapports sexuels avec une personne âgée de 13 à 16 ans restent toutefois légaux si la deuxième partie n'a pas plus de trois ans de plus.

Publicité

Auparavant, en vertu de la loi anti-viol de 1997, 12 ans était l'âge auquel une personne était considérée comme légalement assez âgée pour consentir à participer à une relation sexuelle. L'Angola est donc le seul pays où l'âge du consentement est de 12 ans, le plus bas au monde.

C'est au Japon que l'âge du consentement est le plus bas parmi les nations hautement développées, à 13 ans, un chiffre qui n'a pas changé depuis 1907 et qui correspond à celui du Niger, des Comores et du Burkina Faso. Il est souvent indiqué, à tort, que l'âge du consentement au Nigeria est de 11 ans, alors qu'il est en réalité de 18 ans. 

Les groupes de défense des droits de l'homme et les organisations caritatives ont salué les nouvelles lois des Philippines, qui s'appliquent à tous les sexes. Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a qualifié l'adoption de la législation d'« étape essentielle vers la réalisation des droits des enfants à la protection contre la violence, les abus et l'exploitation sexuels, quels que soient leur sexe, leur orientation et leur identité et expression de genre. »

« Les Nations unies expriment depuis longtemps leurs préoccupations quant à l'âge du consentement sexuel qui est alarmant aux Philippines, a déclaré l'UNICEF dans un communiqué. L'âge du consentement était le plus bas d'Asie et l'un des plus bas du monde, laissant les enfants des Philippines vulnérables aux abus et à l'exploitation. »

Les rapports sexuels avec une personne âgée de 13 à 16 ans restent toutefois légaux si la deuxième partie n'a pas plus de trois ans de plus

Une étude réalisée en 2015 par l'UNICEF et le Center for Women's Resources, une ONG locale, a indiqué que sept victimes de viol sur dix aux Philippines étaient des enfants. Un répondant sur cinq âgé de 13 à 17 ans a également déclaré avoir subi des violences sexuelles. 

« Les réponses d'environ 4 000 enfants de tous les milieux socio-économiques ont révélé que la plupart des violences subies par les enfants se produisent dans des endroits où ils devraient se sentir en sécurité, perpétrées par des membres de la famille et des amis en qui ils ont confiance », indique l'étude.

Les groupes de défense des droits aux Philippines, qui font campagne depuis des décennies en faveur d'une modification de la loi, ont déclaré que l'âge du consentement, auparavant bas, exposait les jeunes enfants à être contraints de dire qu'ils avaient consenti à des rapports sexuels. 

La National Union of Peoples' Lawyers, une association nationale d'avocats spécialisés dans les droits de l'homme aux Philippines, a applaudi ce changement. 

« Nous saluons cette évolution juridique et espérons qu'elle contribuera à protéger les jeunes filles contre le viol et les abus sexuels », a déclaré Josalee Deinla, porte-parole du groupe.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

Philippines, enfants, pédophilie, consentement, crime sexuel

Dans
le même genre
Un cheval de course et sa dresseuse testés positif à la meth
« J’ai retrouvé ma vie » : avec les personnes qui se soignent du COVID long avec de la weed
Les photos de l’épidémie de COVID que la Corée du Nord veut bien montrer
Candyland : la vie secrète d’un baron de la coke à Tokyo
Ces poupées sexuelles qui ressemblent à des gosses sont légales au Japon
Chérie, le COVID a rétréci mes testicules
Un marin ukrainien tente de couler le super-yacht de son patron russe
« La mort ne nous fait pas peur » : les ukrainiennes prennent les armes contre la Russie