Au concours de Miss-ado Normandie

Dans le milieu, on dit « les 15-17 », car les candidates ont toutes entre 15 et 17 ans.

20 décembre 2021, 8:32am

C’est tout près du port de Ouistreham, à une vingtaine de kilomètres de Caen, qu’on a assisté à notre premier concours de beauté. Aujourd’hui, c’est le débarquement pour assister au sacre de Miss-ado-Normandie, et acclamer des candidates qui ont toutes entre 15 et 17 ans.

On arrive à 18h40 « Les filles vous mangez s’il-vous-plait. » Déjà maquillées, sur-laquées, elles avalent leur pain au jambon avant l’arrivée du public dans le gymnase. Bérangère est la cheffe des opérations, la petite à côté de moi interroge sa copine : « Elle a été miss aussi Bérangère ? demande la première. Peut-être mais y a grave longtemps alors », répond la seconde. C’est comme dans la noblesse, ici on donne le titre et la région accolés au prénom. Je me renseigne sur les filles occupées à leur ultime répétition : j’apprends que ce sont les “vedettes”, des miss ou anciennes miss 15-17, venues spécialement des autres régions pour faire le show et représenter le concours.

Salle comble, gros “MISS” en lettres capitales lumineuses et chauffeur de salle. Le premier des tableaux qui présente les 20 candidates c’est un défilé en robe blanche courte asymétrique en elasthane, sur la chanson de Sofia Essaidi “mon corps n’est pas soumis / je suis une femme d’aujourd’hui”. Guillaume, Mister Rond France 2018, nous souffle que quand même, « Les robes sont abusées, trop moulantes, c’est vulgaire. » On ne le contredit pas. Sous les applaudissements, les vingts prétendantes affichent leur plus beau sourire, les plus assurées font un signe de la main ou leur meilleur lancé de cheveux. Il n’y a pas de critères de beauté à Miss 15-17, on remarque le (relatif) écart de morphologie et de taille entre les filles qui forcément ne grandissent pas à la même vitesse. Maélis, gagnante de l’édition 2019, a d’ailleurs pu remporter le concours malgré son mètre 66. « Si je ne gagne pas quelques centimètres avant Miss France, c’est foutu, il faut que je fasse des étirements pour atteindre les 1m70 obligatoires ! »

Après ce premier passage, le mec sur scène énumère les filles - sans les nommer - pour faire hurler la foule. « Alors qui préfère la numéro 6, j’entends rien, personne ??? On sent que vous n’aimez pas la 18 !!! » La petiote venue juste avec sa mère est humiliée à vie. D’autres sifflent, ils sont venus en nombre, parfois du bout de la Normandie, et pour plusieurs, ils se sont sapés pour l’occasion. Il y a des banderoles, et on entend régulièrement des « Allez la couz !!!! »

Deuxième tableau chorégraphié. Toutes en justaucorps avec traine rouge, je vois surtout des pitchounes dans un spectacle de danse. Le plus fort, c’est celles à l’arrière qui même dans le noir continuent leur sourire bright. Le refrain qui tonne c’est “Je veux le monde”, elles sont apeurées mais empouvoirées je crois, elles se font des checks en reprenant leur place dans le rang. Celle qui s’est pété le genou pendant les répétitions et qui pleurait pain de glace à la main et au jambon dans l’autre fait bonne figure, elle serre les dents. Quand le tableau s’arrête, le présentateur se penche vers le jury, « Monsieur le maire passe un bon moment ? »

Après une première délibération, seulement 10 seront sélectionnées. En attendant, nouveau show des miss vedettes, présentées par Bérangère au micro. Elle demande un tonnerre d’applaudissements pour Malaury, miss 15/17 “périmée” de 2020. « C’est comme ça qu’on dit chez nous. » Pendant la pause, on discute avec Maélis et Suzanne. Maélis est au top, « Il y a une petite qui a demandé une photo avec moi je me sens plus pisser ! » Ce que toutes nous disent retirer de cette compétition depuis le début, c’est davantage d’assurance. En osant aller sur scène et parler devant du public, ce qu’elles n’ont pas l’occasion de faire, le titre c’est « que du plus. » Elles nous racontent l’ambiance, elles deviennent presque toutes de bonnes copines, surtout quand elles continuent dans l’aventure et se font financer des déplacements comme celui-là par le comité - « et on est même allées au Parc Astérix une fois ! »

Vient le moment des discours - seulement pour les 10 finalistes. Les miss vedettes nous confient qu’elles ne trouvent pas ça très juste. « On aimerait en apprendre plus sur chacune des filles, mais bon, déjà que ça dure souvent jusqu’à 2h du matin, on s’en sortirait pas. » Lors de la prise de parole, Anaelle choisit d’évoquer son besoin de regagner confiance en elle après avoir subi du harcèlement scolaire. Plusieurs d’entre elles racontent le soutien et la fierté de leur famille. « Je salue mon grand-père Papé qui m’a transmis sa passion pour les Miss. » Malaury essuie quelques larmes, « Ma maman c’est la première fois qu’elle monte sur scène, elle m’a élevé toute seule, maman je t’aime et je le dis pas souvent. »

Avant le résultat tant attendu, nouvelle délibération, on chope le maire. « Elles sont toutes plus belles les unes que les autres, c’est très difficile. Blonde ou brune ? Pas de chance pour moi, j’ai toujours préféré les rousses... mais il n’y en a pas ce soir - toutes mes anciennes compagnes sont rousses. » Il est pas bête, il sent qu’on grince un peu des dents. « Mais vous savez si on me le demandait, je ferais la même chose pour les hommes… ou même les transgenres qui sait ! » Allez ciao monsieur le maire, après une dernière bière on se prépare pour le verdict, Pierre se met en place pour prendre ses meilleures photos.

Toutes agglutinées sur scène une jambe en avant la main sur la hanche, imperturbables. Les titres tombent, ça distribue des fleurs, des écharpes, tout comme les grandes ; idem pour les larmes. Zélie, la couronnée de la soirée, marche toute bouleversée vers nous, intronisée et guidée par ses prédécesseures qui lui tiennent fermement le bras pour éviter la chute. Entre canons à confettis et foule excitée, Bérengère remercie bien sûr les sponsors, le jury, et toutes les participantes. Plus important encore, elle leur dit de surtout bien garder leur sourire jusqu’au bout, « Comme ça, vous pourrez montrer des photos et des films souvenirs à vos enfants quand vous en aurez les filles ! »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook

Tagged:

Femme, concours, beauté, miss france

Dans
le même genre
Une liste de cadeaux de Noël merdiques pour tous vos tech-bros
Laissez-moi tranquille avec votre télétravail
On a analysé les comptes TikTok des candidats à l'élection présidentielle
Bienvenue dans le monde infernal des blogueurs télé-réalité
Le nébuleux destin du « cuisinier » de Vladimir Poutine
Ce que vos fringues techwear disent de vous
Pourquoi Internet a pris fait et cause pour Johnny Depp
Se percer ses boutons jusqu'au sang à cause des réseaux sociaux