Avec les femmes qui gagnent des millions grâce aux cryptomonnaies

« Je pense que les femmes sont de meilleurs investisseurs. Elles prennent leur temps, analysent les marchés et ne sont pas guidées par leur ego. »

28 September 2021, 7:50am

Vous ne les verrez pas forcément affréter des jets privés ou s'exhiber sur TikTok dans leurs manoirs à 17 millions de dollars, mais certaines investisseuses en cryptomonnaies accumulent discrètement des millions. 

Avant, Rachel Siegel était professeure remplaçante à New York et « vivait de salaire en salaire », comme elle le dit. Aujourd'hui, elle est millionnaire et est connue en ligne sous le nom de Crypto Finally. « Tout cela est arrivé après des années passées devant mon ordinateur en pyjama, dit-elle. Disons que j'ai passé beaucoup de temps à apprendre et je pense que tout le monde peut y arriver. »

Publicité

Selon une étude réalisée en 2021 par le courtier eToro Ltd, les femmes ne représentent que 15 % des traders de bitcoins, mais elles sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans l'aventure. Même Reese Witherspoon est de la partie : début septembre, l'actrice a annoncé sur Twitter avoir investi dans Ethereum

Lea Thompson, également connue sous le nom de Girl Gone Crypto, est tombée dans la « spirale » de la cryptomonnaie en 2011, après avoir regardé un ami miner des devises. « J'ai eu l'occasion de vivre le très gros bull run de 2017 », dit-elle, en faisant référence au moment où les cryptomonnaies ont grimpé jusqu'à 21 fois leur prix depuis le début de l'année. Et c'était tellement excitant à voir. Le bitcoin que j'avais acheté est monté jusqu'à 20 000 dollars. » L'investisseuse de Seattle n'avait jamais vu un rendement aussi important. « Je me suis sentie happée. »

Mais investir dans les cryptomonnaies est une activité à haut risque et à fort enjeu. Pour chaque réussite, il y a des gens qui perdent leurs économies et leur maison. Parmi les exceptions qui font fortune, beaucoup sont connues pour leurs voitures de luxe, leurs vacances et leurs immenses demeures. Elles vendent un rêve de richesse extrême, tout en se vantant de leurs incroyables portefeuilles et en offrant des conseils sur leurs chaînes YouTube et leurs réseaux sociaux. Ces figures, cependant, ont tendance à être des hommes.

Publicité

Wendy O, ancienne travailleuse de la santé spécialisée dans le VIH/sida et basée à Los Angeles, affirme avoir déjà acquis son premier million, mais précise qu'elle a su qu'elle avait réussi quand, en 2018, elle a constaté qu'elle pouvait se permettre d'être mère au foyer et de ne plus jamais se soucier de l'argent grâce à ce qu'elle a gagné en faisant du trading. 

« J'ai grandi dans la pauvreté et j'ai perdu mon père quand j'avais 11 ans, dit-elle. Ma mère, mes deux sœurs et moi avons partagé une chambre dans la maison d'un proche jusqu'à mes 18 ans environ. Et maintenant, je m'occupe de ma famille. » 

Wendy a investi pour la première fois en 2017, alors que sa fille n'avait qu'un an. Elle prévoyait initialement de négocier des actions, mais n'avait pas les 25 000 dollars nécessaires pour ouvrir un compte de courtage, et a donc opté pour les cryptomonnaies à la place. À la fin de cette année-là, elle avait acheté pour environ 1 000 dollars de bitcoins, qui valent aujourd'hui à peu près trois fois plus.

Rachel Siegel et Lea Thompson. Photos publiées avec l’aimable autorisation des sujets.

Au Royaume-Uni, Sara Trojanowska (alias AltCoin Sara) pense qu'il existe des différences fondamentales entre la façon dont les hommes et les femmes investissent. « Je pense que les femmes sont de meilleurs investisseurs. Elles prennent leur temps, analysent les marchés et ne sont pas guidées par leur ego », dit la jeune femme de 28 ans. Elle raconte qu'elle a investi « comme un homme » en 2017 après avoir vu son copain investir dans la crypto, et qu'elle s’est lancée sans connaître suffisamment le marché. Elle a vite progressé et dit qu'elle est désormais « financièrement libre ». Son prochain objectif est de devenir multimillionnaire avant 30 ans et elle affirme être en bonne voie pour l'atteindre.

Malheureusement, les femmes qui investissent dans la cryptomonnaie sont souvent la cible de plaisanteries. Selon Sara, le sexisme est difficile à éviter. Et Rachel Siegel ne le sait que trop bien. En septembre 2020, elle a posté un selfie où elle apparaît en robe de chambre, en tant que NFT. CoinDesk, un site d'information sur les cryptomonnaies, a immédiatement publié un article sur le sujet, décrivant son selfie comme étant controversé, accompagné d'une photo d'elle en bikini tirée des réseaux sociaux. Quelques jours plus tard, elle a posté quelque chose sur Ethereum et quelqu'un a commenté : « Ferme-la, salope. » 

Wendy O a les mêmes problèmes. « Depuis que j'ai commencé à poster sur le sujet, beaucoup d'hommes m'ont dit que j'étais stupide », dit-elle. C'est difficile de faire partie de cette culture en tant que femme. « Soit on accepte le sexisme, soit on se défend et on se fait encore plus maltraiter. »

Pour l'instant, le fait d'être une femme qui réussit dans le domaine de la cryptomonnaie est une épée à double tranchant, mais rira bien qui rira le dernier. Des femmes comme Wendy et Rachel ne dépensent pas leur argent en Lamborghini et en Bugatti, mais elles profitent tranquillement de la liberté financière dont elles bénéficient. Le plus gros avantage, c’est qu’elles n'ont plus à se soucier de leurs relevés bancaires.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur
 Instagram et Facebook

Tagged:

femmes, argent, trading, investissement, cryptomonnaies

Dans
le même genre
Dans les quartiers de Bagdad où le temps s'est arrêté
Idées cadeaux de Noël impayables par le commun des mortels
Des escorts nous parlent des clients qu’ils reçoivent à Noël
« Brûlez leurs maisons ! » : des groupes WhatsApp israéliens organisent des attaques
L'homme le plus riche du monde a eu ce qu'il voulait
13 des photos les plus surréalistes de 2021
13 des photos les plus surréalistes de 2021
Bienvenue dans le monde infernal des blogueurs télé-réalité