Pourquoi les darons ne communiquent qu'avec des émojis « pouce levé » ?

« Si un jour je lui dis que je suis enceinte, je suis certaine qu’il répondra par un pouce. »

« J’aimerais avoir mon vieux portable sur moi pour te montrer à quel point il a toujours utilisé ces putains de pouces. Si un jour je lui dis que je suis enceinte, je suis certaine qu’il m’enverra un pouce », me dit mon amie Beth après avoir appris mon envie pressante de découvrir pourquoi les hommes plus âgés adorent l’émoji pouce levé.

Si votre figure paternelle a elle aussi cédé à la révolution technologique et possède maintenant un smartphone — et donc un accès illimité aux émojis —, vous savez bien que Beth n’exagère pas. De mon côté, j’ai déjà hâte d’envoyer à mon père une photo de moi en robe de mariée pour recevoir le fameux pouce pixelisé.

Dan, 39 ans (également père de deux enfants, mais loin d’être retraité), n’est pas de cet avis. Pour lui, trouver et appuyer sur l’émoji pouce levé nécessite plus de temps que de taper une brève affirmation comme « OK. » ou « d’accord ». Cependant s’il l’utilise, c’est plus pour son côté humoristique que pour sa facilité.

« Quand on envoie simplement le pouce tout seul sur WhatsApp, il apparaît toujours en gigantesque, ce qui ne fait qu’ajouter à son caractère hilarant et à son côté légèrement sarcastique », explique-t-il. « Mon père l’utilise aussi beaucoup et même s’il le fait sans arrière-pensée, je trouve ça drôle. » À l’extrémité la plus jeune du spectre des papas, l’utilisation ironique de Dan tombe dans le trope paternel typique d’utilisation de cet émoji comme réaction, plutôt que comme réponse légitime.

« Le pouce levé peut donner l’impression d’être passif-agressif ou que la conversation n’est pas traitée avec respect, surtout si le sujet discuté est sérieux et que tout a précédemment été dit avec des mots. »

Les émojis, y compris le pouce levé, font partie de notre communication numérique depuis les années 1990, lorsqu’ils fleurissaient sur les forums de discussion. Ils ont fini par faire leur apparition sur les plateformes de messagerie et dans nos textos. Le langage évoluant sans cesse, l’adoption des émojis pour remplacer entièrement certains mots est logique. Nous sous-estimons peut-être la capacité de l’homme d’âge mûr à rester dans l’air du temps.

« Les émojis sont devenus un moyen de communication rapide et plus facile, en particulier pour ceux qui ont du mal à tenir des conversations », explique par e-mail Zoe Mallet, coach accréditée, psychologue et consultante en culture.

Publicité

Mais, ajoute-t-elle, certains émojis, particulièrement le « pouce levé », sont associés à une négativité contextuelle. Il est très basique, certes, mais pour les jeunes, il peut aussi paraître peu enthousiaste, voire sarcastique. Quand on a l’habitude de répondre avec l’émoji tête-de-mort pour montrer aux potes que ce qu’ils ont dit est littéralement à mourir de rire, le pouce levé peut sembler… chelou. « Le pouce levé peut donner l’impression d’être passif-agressif ou que la conversation n’est pas traitée avec respect, surtout si le sujet discuté est sérieux et que tout a précédemment été dit avec des mots. »

« Sur Messenger, c’est impossible de répondre par un grognement affirmatif, alors pour eux, j’imagine que ça fait le taf »

Cette interprétation blasée est toutefois nuancée par des années de culture Internet et n’est probablement pas volontaire de la part d’un daron de 50 ans qui répond au mème de son fils dans la discussion WhatsApp familiale. Mallet mentionne que les compétences en communication des hommes d’âge moyen sont souvent assez différentes de celles des personnes élevées avec Internet, par exemple, et qu’il est donc logique qu’ils ne comprennent pas tout à fait le contexte étrange, multicouche et potentiellement sardonique qui se cache derrière un simple pouce levé.

Cela dit, pour les enfants des parents qui utilisent cet émoji particulier, le fait de recevoir un pouce en l’air est rarement considéré comme quelque chose de négatif. « Honnêtement, je trouve ça très drôle, dans le genre papa stéréotypé. Sur Messenger, c’est impossible de répondre par un grognement affirmatif, alors pour eux, j’imagine que ça fait le taf ». Mollie, 28 ans, est très enthousiaste à propos de son père de 64 ans et de son utilisation des émojis. « Franchement, j’adore. Il m’arrive de lui poser encore plus de questions après le pouce levé initial, juste pour voir combien je peux en recevoir avant qu’il n’abandonne. C’est comme si je pouvais l’entendre soupirer. »

Il semble que les papas qui affectionnent sincèrement l’émoji pouce levé sont les pères plus âgés, ceux qui l’utilisent tout simplement pour faciliter la communication. C’est le genre de père qui, dans la vraie vie, vous lancerait un pouce levé depuis son siège lors de votre remise de diplôme, et malgré la gêne, vous savez tout au fond de vous que ça signifie « je suis fier de toi, je t’aime ». Concernant les plus jeunes papas, l’utilisation de l’émoji pouce levé est juste un rite de passage.

Will, 43 ans, père d’une petite fille de 6 ans, attend avec impatience le jour où il pourra lui envoyer « des tas de GIFs d’animaux rigolos, des vannes laborieuses et, bien sûr, des émojis pouce levé ». Et pour notre génération, on ne pourra nier que le (Y) est quelque peu devenu l’emblème de ce qu’est le père idéal — un abruti embarrassant, mais qui vous aime vraiment.

Gina Tonic est sur Twitter.

VICE France est sur TikTok, Twitter, Insta, Facebook et Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

Emojis, Social Media, WhatsApp, Papa

Dans
le même genre
Nouvelle tendance bien-être sur TikTok : se faire bronzer le trou de balle
25 choses à savoir sur la baise avant de fêter vos 25 ans
Sorry Instagram, mais t’es complètement has been
Sur LinkedIn, le règne des influenceurs millionnaires ne fait que commencer
D'où vient cette nana flippante qui hante les images générées par une IA ?
Les corbeaux sont-ils de gros enfoirés ?
Qu’est-ce que vous écririez sur votre pierre tombale ?
À Bali, les touristes n'arrêtent pas de se désaper sur des sites sacrés