Le retour de l’esthétique Y2K n’épargne pas les vieux standards de beauté

Le retour des tendances des années 2000 signifie-t-il aussi un retour à l'idéal de beauté de l’époque ?

Si vous avez déjà acheté des sapes sur Vinted ou scrollé sur TikTok, vous avez probablement déjà vu le hashtag #Y2K. Sur TikTok, ce hashtag compte presque 7 milliards de vues et présente des filles qui posent dans des pantalons taille basse, des crop tops et des survêts Juicy Couture qui semblent tout droit sortis d'un clip de 2004. Y2K, c’est l'abréviation de Year 2000 ; ça vient à l'origine du bug de l'an 2000, mais l’expression est utilisée dans le milieu de la mode pour désigner les tendances de ces années-là.

Publicité

Celles et ceux qui ont vécu consciemment cette période se souviennent principalement de célébrités blanches et minces comme Paris Hilton et Britney Spears, qui étaient, pour ainsi dire, un indicateur des tendances de la mode de l'époque. Une star chic, une peau pâle et un corps mince, c’était ça l'idéal de beauté. On pourrait presque dire que ce ne sont pas les vêtements qui définissaient votre style, mais l'apparence de votre corps.

Les années 2000 ont donc été marquées par une augmentation du nombre de troubles alimentaires. Les blogs d'inspiration minceur étaient omniprésents sur des sites comme Tumblr ; et sur les forums pro-ana, les filles partageaient des conseils sur la meilleure façon de perdre du poids. Il faut dire que les vêtements de l'époque étaient surtout taillés pour les corps minces et celles qui n'entraient pas dans cette catégorie devaient se contenter de vêtements bien moins à la mode.

Mais qu'en est-il aujourd'hui ? Le monde de la mode est-il vraiment devenu beaucoup plus ouvert ? Ou bien le retour des tendances du passé signifie-t-il aussi un retour à l'idéal de beauté qui prévalait alors ? Selon la sociologue de mode Aurélie Van de Peer, ce n'est pas forcément le cas. « Les tendances reviennent sans cesse mais le contexte change, me dit-elle au téléphone. L'image de la société dans les années 2000 était complètement différente de l'image de la société actuelle. Quand les tendances réapparaissent, c'est plutôt d'ordre visuel et esthétique, elles sont réintroduites dans le monde social dans lequel on vit actuellement. Rien ne revient exactement de la même manière. Pareil pour tout le concept autour du vintage. Prends par exemple une veste qui date de 1983 : si tu mets ce vêtement avec des pièces plus actuelles et que tu marches dans la rue - qui n'est plus la même qu'en 1983 -, le contexte est complètement différent. »

Publicité

Pour avoir une meilleure idée de l'impact de cette tendance sur l'idéal de beauté actuel, j'ai parlé à des filles qui s'habillent en mode Y2K pour savoir comment elles se sentent dans leurs tenues.

Mex (22 ans)

Avant, j'étais très mince. Puis à un moment, à l'école, j’ai été harcelée à cause de mon poids. Et quand j’étais en secondaires, c'était tout d’un coup à la mode d'avoir des hanches et des seins. Je ne me souciais donc plus beaucoup de ne pas être mince. Tout le monde portait des pantalons taille haute. Je n'étais plus victime d'intimidation et je n'y pensais plus. Maintenant que la tendance des jeans taille basse est de retour, j'ai perdu beaucoup de poids. Je monte sur la balance tous les jours. Je vais sur Pinterest pour trouver de l'inspiration et je ne vois que des filles maigres. Quand je vois des photos des filles qui portent ces vêtements et que je les compare à mon apparence, j'ai l'impression que je dois adapter mon corps. Parfois, je recherche même des exercices de l'époque, parce que je veux ressembler à ça. Avec le Y2K, ton corps est en fait plus important que les vêtements. Il suffit de regarder Kim Kardashian : pendant des années, elle a été l'idéal de beauté avec sa silhouette en sablier, mais aujourd'hui, elle est aussi très maigre. C'est dommage parce que le corps d'une femme n'est pas une tendance.

Si je veux perdre du poids, c'est vraiment à cause des vêtements que je porte. Dans le passé, quand les vêtements amples étaient à la mode, j'étais beaucoup moins anxieuse. Maintenant que mes tenues sont plus révélatrices, je me soucie beaucoup de l'apparence de mon corps. C'est redevenu une obsession, et c'est dommage.

« Je pense qu'être maigre ne sera jamais démodé non plus. Maintenant, tu peux avoir des hanches et des seins plus larges, mais ta taille doit toujours être fine. Même les mannequins grande taille ont toutes une silhouette en sablier. »

Je remarque beaucoup chez mes amies qu'elles veulent toutes être minces, juste pour pouvoir porter ces vêtements. Certaines d'entre elles souffrent même de troubles alimentaires, mais heureusement, on est toutes ouvertes les unes aux autres. Ça va aussi souvent de pair avec des médocs. Le monde de la mode est devenu plus inclusif, mais le fatshaming existe toujours. Si tu ne te sens pas bien dans ton corps, tu ne sors pas en portant des jeans taille basse. Je veux toujours perdre du poids, même s'il y a plus d'inclusion. Aujourd'hui, je suis plus ou moins satisfaite de mon poids, parce que j'ai beaucoup perdu.

À l'époque, quand j'étais sur Tumblr, il y avait beaucoup de blogs pro-ana qui étaient remplis de photos d'écarts de cuisses ou de clavicules saillantes. On dit que TikTok est le nouveau Tumblr, et je l'ai remarqué aussi. Si tu t’intéresses à l’esthétique Y2K, il y aura de toute façon des vidéos de filles maigres sur ton onglet « Pour toi », que tu les suives ou non. Je pense aussi qu'être maigre ne sera jamais démodé. Maintenant, tu peux avoir des hanches et des seins plus larges, mais ta taille doit rester fine. Même les mannequins grande taille ont toutes une silhouette en sablier.

Ma mère m'a eu très jeune. J'ai toujours aimé ses vêtements. Depuis trois ans, je m'habille moi-même comme elle, aussi parce que j'ai vu que ça devenait une tendance. J'ai le sentiment que ç’a atteint un point où c’est devenu super courant. C'est ce qui rend tout ça un peu dégoûtant. Les tendances évoluent si vite de nos jours que je pense que celle-ci passera bientôt. Mais est-ce qu’il y aura aussi une nouvelle tendance en termes d'idéal de beauté ? Est-ce que je dois façonner mon corps en fonction de ce qui sera à la mode ?

Flores (20 ans)

Le type de corps idéal de ces dernières années est slim-thick : les hanches plus larges et les gros seins sont devenus plus normalisés qu'avant, mais la taille fine reste l'idéal. J'ai l'impression que les gens qui portent des vêtements Y2K sont plus ouverts d'esprit qu'auparavant. Il y a moins de body-shaming et j'ai l'impression que les personnes ayant des morphologies différentes s'habillent aussi comme ça.

Dans le passé, il fallait effectivement être une planche pour porter ces vêtements, ce qui est beaucoup moins le cas maintenant. Tout le monde peut les porter. Il faut juste avoir la confiance nécessaire, je pense. Ça me faisait peur, ces pantalons taille basse et tout ça. Mais je déteste les pantalons à taille haute et je ne me vois plus en porter. Si mon ventre dépasse d'un pantalon, je l'achète une taille au-dessus et je porte une ceinture. Ce qui est bien, c'est que le streetwear est aussi Y2K, donc si tu préfères couvrir ton corps, tu peux le faire aussi.

Publicité

Personnellement, je lutte très fort avec mon corps. Je pense que je suis trop grosse. Presque toutes les images qu’on voit sont photoshopées, ce qui donne aux gens une idée irréaliste de ce à quoi ils devraient ressembler. Ces dernières années, il y a eu plus de représentation et d'inclusivité dans les médias et dans le monde de la mode, donc je pense que de plus en plus de gens osent porter les vêtements qu'ils veulent porter. C'est chouette à voir.

Linde (23 ans)

Quand je me regarde dans le miroir en sous-vêtements, je ne pense pas que je suis trop grosse. Quand j'essaie des vêtements Y2K dans un magasin, je remarque qu'ils me font parfois paraître grosse. Souvent, ces vêtements accentuent ton ventre, comme les hauts courts ou les jeans taille basse. Ce n'est pas flatteur si t’as du ventre. Je me sens parfois mal à l'aise parce que je veux avoir un ventre plat, mais je ne veux pas non plus ressembler à Paris Hilton. Elle n'a pas de cul ni de seins. Je n'aime pas tout ce qui est Y2K. Je choisis des pièces qui correspondent à mon style personnel et je les combine avec d'autres pièces et vêtements qui s'adaptent à mon corps. Je ne vais pas porter des jeans taille basse parce que c'est à la mode, vu que je ne trouve pas ça bien sur moi. Je me fous que les gens me regardent dans la rue, je trouve juste que ça ne me va pas bien. Je ne vais pas perdre du poids pour pouvoir porter ces hauts ou ces pantalons bas. Je remarque aussi que ces pantalons ne sont pas fabriqués dans des tailles plus grandes.

De nombreuses marques se sont lancées dans cette tendance et proposent une gamme plus complète, mais tu peux constater que ce n'est pas vraiment Y2K. Il y a soi-disant plus d'inclusivité, mais dans le monde de la haute couture, on ne voit toujours pas de mannequins grandes tailles. C'est en fait toujours la même chose que dans les années 2000, et ça joue un rôle important dans le fait que les gens ne se sentent pas sûrs de leur corps. Il y a trop peu de représentation dans le monde de la mode.

« Les vêtements eux-mêmes n'affectent pas l'image que j'ai de moi-même, mais la mentalité qui les entoure, oui. »

Les vêtements eux-mêmes n'affectent pas l'image que j'ai de moi-même, mais la mentalité qui les entoure, oui. J'aime vraiment les crop tops, mais ils ne me vont pas. Je n'ai pas le type de corps pour lequel ces vêtements ont été conçus. Je ne façonnerais jamais mon corps en fonction des vêtements que je porte. Les vêtements doivent t’aller, c’est pas toi qui doit aller avec les vêtements. Dans cinq ans, on aura un nouvel idéal.

VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.
VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:

Y2K, Belgique, 2000, beauté, Modetrends

Dans
le même genre
Cercueils : mourir coûte encore plus cher quand on est une personne grosse
Les plus beaux coquillages du monde se trouvent dans la salle de sport d'Edegem
Faire de l'autostop lorsqu'on est une femme est aussi chiant que libérateur
Mon parcours, de provinciale à star indienne de l’érotisme

par Anveshi Jain; propos rapportés par Dipti Nagpaul

Les meilleurs endroits pour faire votre demande en mariage à DOUR
Des photos oubliées de la vie en Inde dans les années 1980
Désolé mais les films Marvel ne sont pas de l'art
Comment s’envoyer en l’air dans les sex parties de Las Vegas