Une communauté d’Indonésie dit avoir échappé au Covid-19

Les Baduy pratiquaient la distanciation sociale bien avant que le reste du monde ne connaisse ce terme. 

Feb 2 2021, 9:10am

Les habitants d'un ensemble de villages isolés sur l'île de Java, dans l'ouest de l'Indonésie, semblent mieux résister à la pandémie que le reste du monde. Tellement mieux, en fait, que les autorités affirment n'y avoir encore enregistré aucun cas de coronavirus dans ce pays qui compte à ce jour plus d’un million d’infections et près de 30 000 décès. 

Publicité

La communauté baduy vit en quasi-autarcie près des montagnes dans la province de Banten, à environ 110 kilomètres de la capitale Jakarta. Depuis longtemps, elle fuit les pièges de la modernité, rejetant Internet, l'électricité et les interactions avec le reste de la société.

Bien que la communauté soit de moins en moins isolée, sa distance géographique et ses règles sanitaires strictes ont suffi à prévenir une épidémie parmi ses 11 600 membres. La nouvelle a fait la une des journaux nationaux, tant elle contraste avec la situation des villes, villages et points chauds touristiques, fortement touchés par le virus. 

Iton Rustandi, représentant d'un établissement de santé local, a confirmé aux journalistes que pas un seul Baduy n'avait été testé positif. Il a expliqué que les anciens du village avaient ordonné aux habitants d'éviter de se rendre dans les villes voisines où le nombre de cas confirmés était élevé, et que le port de masque, la distanciation sociale et le lavage des mains étaient pratiqués dans toute la communauté.

Le chef du village, Jaro Saija, a expliqué à CNN Indonesia que, au début de la pandémie, tous les Baduy qui visitaient ou séjournaient dans les villes ont reçu l'ordre de rentrer chez eux immédiatement et s’y sont pliés. « Nous garantissons que ce site n’est pas contaminé par le Covid-19. Les protocoles sanitaires sont strictement appliqués, et les visiteurs doivent passer un dépistage à leur entrée dans la région », a dit Saija. 

Publicité

Les Baduy sont répartis dans des dizaines de maisons en bambou au pied du Mont Kendeng, dans la province de Banten. Ils ont un chef qui fait office de fonctionnaire du gouvernement et des anciens qui prennent les décisions communes. Ils sont divisés en trois sous-groupes : les Baduy Dangka, les Baduy Luar (« Baduy de l’extérieur ») et les Baduy Dalam (« Baduy de l’intérieur »). Installés en dehors du village principal de Kanekes, les Baduy Dangka sont ouverts à la technologie et à l'éducation traditionnelle. Les Baduy Luar ont eux aussi embrassé la modernisation, mais vivent toujours dans le village. Les Baduy Dalam sont les plus isolés.

Selon les experts, leur succès en matière de santé pourrait être dû respect des décisions des autorités. Le territoire est fermé aux visiteurs depuis le mois de mai. Les fonctionnaires et les journalistes sont eux aussi interdits d'accès. 

Dicky Budiman, épidémiologiste et chercheur à l'université Griffith en Australie, a grandi dans la province de Banten, où son père était responsable de la santé locale. Pour lui, il est tout à fait logique qu’il n’y ait eu aucun cas. « Cela ne me surprend pas du tout. Nous devrions prendre exemple sur eux, en particulier les Baduy Dalam. Ils ne se rassemblent jamais par respect pour la vie privée. Ils ne marchent jamais côte à côte et gardent toujours une distance entre eux », dit-il. En fait, les Baduy pratiquaient la distanciation sociale bien avant que le reste du monde ne connaisse ce terme. 

Budiman souligne que les villages tribaux comme Kanekes ont des procédures strictes pour les étrangers qui veulent les visiter, ce qui contribue également à minimiser les risques d'infection. « Les Baduy ne quittent presque jamais leur village, tandis que les visiteurs doivent obtenir une autorisation pour entrer sur leur territoire », poursuit-il. Il n'exclut pas la possibilité de cas non détectés au sein de la communauté, mais pense que les coutumes des Baduy ont contribué à les protéger du coronavirus qui a été si dévastateur pour le reste de l'Indonésie.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook

Tagged:

Indonésie, pandémie, COVID-19, distanciation sociale

Dans
le même genre
Des photojournalistes racontent l’horreur du Covid en Inde
Tous ces trucs qui pourraient nous manquer quand on sera déconfinés
Comment la pandémie a changé l’Antarctique
Les Londoniens peuvent à nouveau siroter des pintes en terrasse
Avec les Français qui font des soirées tous les week-ends
Avec les malades du Covid long qui ont choisi de se soigner eux-mêmes
Avec ceux qui ne se font pas vacciner par peur des aiguilles
Avec les couples qui prenaient de la coke ensemble pendant le confinement