Je me suis rendu dans le premier spa à bière de Belgique

On pourrait penser que la bière ne peut nous apporter qu’ivresse et bonheur. Or, elle se révèle aussi être un parfait outil de relaxation et de bien-être corporel.

21 September 2021, 9:29am

Chez VICE, on aime la bière. Plus d’articles relatifs à notre passion ici.

Dans ma vie, j’ai (très) souvent croisé le chemin de la bière. Qu’elle soit brune, légère, IPA, qu’elle contienne 30% d’alcool, qu’elle soit importée d’Asie ou encore faite à base de pisse, la bibine a toujours constitué pour moi une boisson de prédilection. 

Pour la première fois, je ne vais pas la déguster mais bien au contraire plonger dedans pour une expérience totalement différente. C’est au cœur de la capitale belge, en plein milieu de l'Îlot Sacré, que se situe le premier spa à bière de Belgique. Auréolée du pétillant nom de Bath & Barley, la néo-institution créée par Bart De Brabanter et Louis Raes réunit sans complexes deux mondes pourtant de prime abord antithétiques : relaxation et beuverie.

Publicité

Après une carrière dans le secteur de la finance et une activité annexe de location de maisons de vacances à Durbuy, Louis et Bart ont opéré un virage à 180° pour se consacrer à cette nouvelle passion, la bière qui vous fait du bien. De retour d’un voyage entre potes en République Tchèque, où le principe existe déjà depuis quelques années, les deux associés ne comprenaient pas pourquoi l’idée n’avait jamais germé sur le sol belge : « On a commencé à développer le concept et à l’adapter au marché belge. La culture de bières tchèques est différente, on va dire qu’ils sont plus dans la pils en GRANDE quantité. En Belgique on a tout un univers de bières avec une attention plus portée sur les goûts et les textures. En République Tchèque le spa est un concept un peu cheap et rigolo ; nous, on a voulu mettre le paquet sur l’expérience, un choix de qualité et la diversité de nos bières locales. » me déballe Louis au moment de m’accueillir dans la première salle du spa. 

Sans expériences particulières ni en soins corporels ni en zythologie, c’est avant tout la passion pour la culture de la bière et un bon réseau parmi différentes brasseries locales qui leur ont permis de commencer les chantiers de cette aventure : « Je ne sais pas pourquoi il n’y a pas d’autres concepts comme ça. On pense que ça peut bien compléter notre culture de la bière, de la relaxation. Du coup pourquoi pas l’institutionnaliser ici en Belgique. » ajoute Louis avant de débuter le pitch de présentation de son concept.

Avant de plonger dans cet univers rempli de bulles et de houblon, un petit cours élémentaire de composition de bière est donné par Louis. Amateur·ices ou novices, chacun s’y retrouve dans cette initiation sur les bienfaits de la binouze. Vous êtes ici pour prendre un bain à la bière, et si comme moi la première question qui vous vient en tête c’est « Est-ce qu’on peut boire le bain dans lequel on se trouve ? », la réponse est malheureusement non (j’ai essayé). En fait, c’est pas un bain rempli de Jupiler ou de Carapils mais bien d’eau avec tous les ingrédients pour faire de la bière. 

Les trois houblons différents

L’expérience commence par le choix du gommage au houblon. Avant de se mettre à poil et de plonger dans la grande cuve, il faut choisir sa variété préférée. C’est un petit sac en corde qu’on utilise comme un gommage classique en se frottant partout où on ressent le besoin d’exfolier sa peau. Si vous en avez marre, vous l’utilisez comme un grand sachet de thé dans le bain et les arômes ressortent. « On achète le houblon à un agriculteur local, plus précisément à Warneton, à la frontière entre le Hainaut et la Flandre Occidentale, ​​m’explique Louis. L’effet est similaire pour les différents types, c’est surtout l'arôme qui change » En gros, ce qui fait du bien pour le bain, c’est la levure qui contient plein de vitamines et plein d’organismes vivants qui font leur effet sur votre peau. Le houblon, qui est l’agent conservateur de la bière, regorge lui d'antioxydants. On peut aussi rappeler que le houblon fait partie de la famille du chanvre et du cannabis, du coup ça a un effet assez relaxant pour la tête, même un poil euphorisant. Trois petits sachets aux senteurs différentes sont proposés :

  • Le houblon cascade : aromatique, senteurs d’agrumes (surtout le pamplemousse), super pour les personnes qui aiment l’IPA.
  • Le houblon hallertau : beaucoup plus subtil, un peu plus épicé, utilisé entre autres dans l’Estaminet, la bière proposée ici au fût.
  • Le 7784 (code postal de Warneton) : un houblon sauvage belge trouvé par leur fournisseur il y a sept ans et qu’il a continué faire pousser.

On ajoute les ingrédients

Après avoir choisi son petit sac, on s’installe dans la cuve remplie d’eau chaude (38°C), dans laquelle on ajoute tous les éléments de la bière : levure, houblon et un peu d’orge. Outre les cuves d’eau de bière, dans le box principal, on peut profiter d’un mini-sauna dans l’optique d’ouvrir les pores de la peau ainsi que d’un grand canapé de paille pour se reposer entre deux sessions de bain et de sueur. 

Là où les choses deviennent insolites et originales, c’est que contrairement à un spa classique où tout est proposé pour épurer au maximum l’organisme, consommer du bien-être et se délecter de produits « bons pour la santé », ce spa a installé sur le côté de ses cuves une tireuse à bière personnelle où coule à volonté de l’Estaminet. Dans le but d’apprécier au maximum l’expérience et j’ai décidé de jouer le jeu à fond et de me faire plaisir, nu comme un ver, faisant couler de la bière à foison.

Glou glou

Au bout d’une demi-heure, je me sentais un peu seul et déjà bien pompette, j’ai demandé par curiosité s’il était possible de consommer une Cara ou une autre pils afin de personnaliser l’expérience... Je me suis heurté à un refus catégorique : « La seule pils qu’on a c’est l’Estaminet au fût, explique Louis. C’est honnêtement la meilleure pils de Belgique ; c’est Sofie Vanrafelghem, une bièrologue connue en Flandre, qui le dit. Elle a mis 9/10 à l’Estaminet, une Stella c’était 7/10 et une Jupiler c’était 6/10. On n’a pas vraiment fait de choix commerciaux, ni objectifs, c’est ce qu’on aime boire. »

Pour les gens qui crieraient au blasphème, l’utilisation de la bière en balnéothérapie brassicole, ça date pas d’hier. Les grands-mères belges utilisaient déjà la bière, à l’époque, pour ses propriétés réparatrices sur le cuir chevelu. Elles prenaient de la bière double, comme la Westmalle, en guise de shampoing pour se laver les cheveux. En effet, la bière permet d’hydrater les pointes, de faciliter le démêlage, de maintenir une belle coloration et (surtout) de ralentir la calvitie. D’ailleurs après l’expérience, Bath & Barley propose toute une gamme de produits commercialisés depuis des années. On retrouve des savons de main, du gel de corps et des shampoings faits par les trappistines de Brecht qui sont des sœurs trappistines basées à côté du couvent de Westmalle. À la vente, il y a également des petits savons locaux durs commercialisés par Brussels Beer Project, des cosmétiques à la bière faits en République Tchèque et une marque américaine qui propose des savons durs sur base de différentes bières plus craft.

Objectivement, l’expérience se révèle être un poil moins apaisante qu’un spa classique, cependant, la combinaison entre détente et plaisir marche plutôt bien. Que l’on vienne pour se reposer, se bourrer la gueule ou en apprendre un peu plus sur les propriétés de soin de la bière, plonger dans un bain rempli de houblon et de levure – qui bulle comme une vraie bibine – est une aventure inédite pour toute personne friande de nouvelles sensations. Note : à éviter cependant en semaine avant de reprendre le boulot car l’ivresse arrive relativement vite.

VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.
VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:

Santé, alcool, Belgique, Bruxelles, bien-être

Dans
le même genre
Comment fabriquer son hydromel maison
Pourquoi Bruxelles a besoin d’ouvrir une salle de shoot
Peut-on vraiment parler de « mauvaises bières » ?
C’est quoi le minimalisme en cuisine ?
J’ai fait une retraite silencieuse (et alcoolisée) à l'abbaye de Westmalle
J'ai été le chef de la reine Elizabeth et de l'ancien président George H. W. Bush
Sentia, la boisson qui « rend pompette sans donner la gueule de bois »
Une étude comparative non exhaustive des carbonades flamandes