J’ai décroché un rencard avec le rappeur Peet

« Les histoires légères qui stagnent, c’est pas mon délire. Je crois de moins en moins au coup de foudre, mais je crois en l’alchimie, à cette chose qui te pique lorsque tu rencontres quelqu’un. »

22 March 2021, 11:52am

Mon dernier rencard en date s’est déroulé il y a un an. Ça s’était plutôt bien passé vu que je suis toujours en couple avec cette personne. Du coup, je ne suis pas vraiment certaine que mon mec soit fan de ce concept, mais bon il fera sans doute une exception quand il saura que c’est Peet que je rencontre à l’occasion de la sortie de son album Mignon, qui porte en fait son nom de famille. 

Publicité

Quelques jours avant notre rencard, Peet m’avait informée qu’on allait faire une pizza ensemble au restaurant NONA à Bruxelles. Arrivée en face de la pizzeria à 17 heures, j’aperçois Peet et ses potes qui attendent patiemment mon arrivée – ou fumaient juste une clope. J’arrive à leur niveau et lance un « salut ! ». Un peu confus, Peet me regarde et me répond : « Salut, t'es une des serveuses du restaurant ? ». Ça commence bien.

Après un pouffement de rire de ses potes quand je lui ai dit que j’étais son rencard, il était temps de mettre la main à la pâte.

VICE : Salut Peet, pourquoi t’as choisi la pizzeria NONA pour notre date ?
Peet :
J’ai choisi cet endroit car je travaille ici depuis deux ans et c’est un resto que j’affectionne. En plus de ça, à l’occasion de la sortie de mon dernier album, NONA et moi avons décidé de créer une pizza « Mignon » ensemble et une « Peet-za box » avec un vinyle, un t-shirt, une planche de stickers et un jeu de cartes. Je la livre moi-même. Tu veux des olives sur la pizza ?

« Tu veux des olives sur la pizza ? »

Oui, s’il te plaît. Bravo pour ton premier album. Comment est-ce-que tu le décrirais en quelques mots ?
Merci. C’est difficile de le résumer, car c’est un album très éclectique, mais je dirais qu’il est honnête et sensible. Il y a même un aspect thérapeutique car je me suis beaucoup remis en question dans ce projet. J’y aborde des thèmes qui me sont chers et qui me touchent. 

Justement, je trouve que la photo de la cover dégage quelque chose d’intime, c’est une manière de dire à ton public que tu vas te livrer ?
Ironiquement, ce n’était pas l’idée de base. Avec Daniil, le photographe, on a d’abord essayé de faire une photo de plain-pied, mais on ne voyait pas assez mon tatouage « Mignon », le titre de l’album, que j’avais en partie fait pour l’occasion. Par la suite, on a donc décidé de faire des gros plans de ce tatouage et le noir et blanc a rajouté une dimension artistique qui nous plaisait.

Faire un album solo, c’est plus de pression que de le faire en groupe avec le 77 ?
Pas vraiment, car j’ai toujours été solitaire dans mon travail, même avec le 77. Je crée mes prods seul, ce qui signifie que je me retrouve toujours face à moi-même quand je compose. Là où ça diffère, c’est que j’ai signé en maison de disques et qu’il y a plus de promo autour de ce projet que pour mes anciens, mais ça ne change rien à ma façon de faire de la musique. Cet album, c’est mon bébé, ma première carte de visite, donc oui, je ressens une certaine attente de la part de mon public, mais je ne dirais pas que je ressens de la pression ; plutôt de l’excitation.

J’ai vu que t’as travaillé avec des musicien·nes (saxophoniste, bassiste…), comment s’est déroulé le processus de création ?
J’avais déjà créé la quasi-totalité de l’album chez moi avant de les rencontrer : les prods, les enregistrements, etc. Vu que presque la moitié de l’album est produit par mes soins, je n’avais plus beaucoup de recul et j’ai ressenti le besoin de m’entourer de personnes dont j’appréciais le travail pour y ajouter quelque chose de différent. Je leur ai donné carte blanche ; je me posais dans le studio et j’écoutais ce que l’écoute de mon travail leur inspirait et en général, j’étais content du résultat. Il faut dire que ces musicien·nes sont aussi des potes donc ça a facilité les choses.

Bon, on est en date donc je me dois d’aborder le sujet. Dans le morceau OUT, tu dis « J'crois qu'pour l'instant c'est pas pour moi. J'attendrai mon tour pour être un roi. » T’es quelqu’un de pessimiste en amour?
Non, mais avec moi c’est quitte ou double. Soit je suis amoureux, soit ce n’est pas pour moi. J’ai besoin d’avoir de l’électricité dans l’air ; de ressentir un vrai truc. Les histoires légères qui stagnent, c’est pas mon délire. Je crois de moins en moins au coup de foudre, mais je crois en l’alchimie, à cette chose qui te pique quand tu rencontres quelqu’un. Je pense que si, comme moi, t’as déjà ressenti ce sentiment auparavant, tu peux difficilement te satisfaire d’histoires sans passion.

« Avec moi, en amour c’est quitte ou double : soit je suis amoureux, soit ce n’est pas pour moi. J’ai besoin d’avoir de l’électricité dans l’air, de ressentir un vrai truc. »

Ton titre Sens en featuring avec Swing parle de confiance dans les relations amoureuses. T’étais dans quel état d’esprit quand t’as écrit ce morceau ?
Cette histoire ne m'est pas arrivée à moi, mais à un de mes proches. J’ai été touché par ses propos et j’ai voulu les retranscrire en musique. Sens raconte un sentiment que j’ai moi aussi vécu : le fait d’accorder ta confiance pour au final te faire marcher dessus et te faire baiser. 

C’est assez pessimiste ce que je te dis là, mais je ne suis pas comme ça dans la vie de tous les jours. Au contraire, je suis quelqu’un qui fais confiance. Ce que j’explique dans ce morceau c’est qu’il faut pouvoir trouver le juste milieu et savoir si le respect est mutuel.

« Sens raconte un sentiment que j’ai moi aussi vécu : le fait d’accorder ta confiance pour au final te faire marcher dessus et te faire baiser. »

Sur un autre registre, t’as collaboré avec beaucoup d’artistes belges comme Zwangere Guy, Swing et Morgan. C’est important pour toi de mettre en avant le rap belge ?
Oui, parce qu’il y une originalité à la belge que les autres n’ont pas. On arrive seulement maintenant parce qu’on est souvent en retard par rapport à la France, mais là, on a réussi à se démarquer. 

Ce serait qui ton featuring de rêve?
Kendrick Lamar, direct. Je crois que son style irait bien avec le mien.

On arrive vers la fin de notre date. Qu’est-ce que je peux te souhaiter pour le futur ?
Réponse un peu cliché : du bonheur. Et un maximum de concerts, on en a vraiment besoin.

Streamez ou téléchargez le nouvel album de Peet Mignon.

VICE Belgique est sur Instagram et FacebookVICE France est sur TwitterInstagramFacebook et sur Flipboard.

Tagged:

Rap, amour, Belgique, relation, Bruxelles, Date, couple, relations

Dans
le même genre
Enterrez-moi sur du Mylène Farmer
Y’a pas mal de trucs à puiser dans l’EP visuel de Reinel Bakole
Une étude comparative non exhaustive des carbonades flamandes
On a (presque) assisté au premier concert-test de Bruxelles à La Madeleine
Le grand bordel du rap jeu belge : avril 2021
Un peu de chair fraîche derrière les platines
La vraie histoire de Cindy Cendrillon 2002, la pire comédie musicale française
Moonshine est le pont musical qu’on attendait entre Montréal et Kinshasa