City stade, fumis et passements de jambe : c'était la CAN de la Goutte d'Or

On a immortalisé en photos la deuxième édition du tournoi qui réunissait seize sélections et la crème des footballeurs amateurs du XVIIIe.

16 juillet 2021, 8:00am

Posé entre les stations Château-Rouge, Barbès, La Chapelle et le restau Pizza de ouf, le petit square Léon accueillait du 9 juin au 10 juillet la deuxième édition de la « CAN du 18 ». Lors de la précédente édition, la Côte d’Ivoire avait été sacrée meilleure équipe de foot du XVIIIe arrondissement de Paris. En 2021, seize équipes se sont affrontées pour tenter de faire tomber les tenants du titre : Algérie, Maroc, Tunisie, Sénégal, Mali, Mauritanie, Comores, Gambie, République démocratique du Congo, Congo, Cameroun, Reste du monde, France, Guinée, Nigeria et Côte d’Ivoire. 

Publicité

Sans l’aide de la mairie ou d’associations, les jeunes du quartier se sont organisés pour monter de toute pièce le tournoi. Suite à un tirage au sort diffusé sur les réseaux, la CAN du 18 s’est ouverte un mercredi 9 juin à raison de deux matchs par soirée – un à 19 heures puis un à 20 heures – dans une ambiance de gala. Si les sélections comptent dix joueurs, les matchs se jouent à 5 contre 5 pour une durée de 30 minutes. Et il ne faut pas arriver trop tard aux abords du city-stade pour décrocher une place qui donne sur le synthétique. 

Entrée des joueurs pour le match Maroc-Sénégal (phase de poule) - Avec la casquette, Mehdi, joueur de la sélection marocaine.

Petite nouveauté de l’édition 2021, des maillots ont été confectionnés pour chaque sélection par une marque du quartier, Maison Château Rouge. Chaque match était diffusé sur Instagram et disponible en replay sur la même plateforme, pour ceux qui n’ont pas pu se déplacer. Pas besoin de souscrire à Amazon Prime pour se refaire les affiches de la compétition, craquage de fumis et enceinte crachant du son pendant les matchs en bonus.

Au bout d’un mois de rencontres généralement bien accrochées, c’est la sélection malienne qui s’est hissée en haut de la pyramide footballistique du XVIIIe, après avoir battu le Cameroun en quart, le Maroc en demi, et enfin, le tenant du titre – la Côte d’Ivoire – en finale.

Tout au long du tournoi, le photographe Cebos Nalcakan s’est baladé aux abords du terrain pour immortaliser cette CAN, ses préparatifs, son staff, ses joueurs et ses jours de match. 

Le staff de la CAN du 18 rencontre les équipes de la Maison Château Rouge pour discuter des maillots.

Avant chaque match, Mamoudou nettoie le terrain du square Léon.

Pendant le match Sénégal - Reste du Monde, une frappe du joueur sénégalais Omzo.

Les matchs sont filmés et diffusés avec plusieurs téléphones. Les images peuvent aussi servir de VAR en cas de faute ou de doute sur un but. Devant les téléphones, trois membres du staff : Mehdi, Mamoudou et Bangaly. À gauche, un joueur de la sélection ivoirienne observe la scène.

Pendant le match Maroc - Senegal, Mehdi en position de tir.

Mamoudou nettoie la coupe sous le regard de Bangaly, tous deux membres du staff.

Pendant le match France - Maroc, Moustik fait face au gardien de l'Équipe de France. Malgré les deux penalties ratés par Moustik, le Maroc élimine la France.

Boubou, capitaine de l'équipe du Mali élu meilleur buteur et joueur de la Can du 18, soulève la coupe après s'être adjugé le tournoi édition 2021.

Cebos Nalcakan est sur Instagram.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook

Tagged:

Photo, foot, Barbès, can du 18

Dans
le même genre
Comment devenir (peut-être) un joueur NFL en 70 jours
Le guide VICE de l'Euro 2021
On a demandé à des fans de foot ce qu'ils pensent de la Super League
L'histoire de la banderole qui a tué la Super League
Le Red Star, la carte scolaire et le territoire
« Il n’y a qu’une seule vérité, ce sont les LAN » : l'esport retrouve les stades, ou presque
Une balade dans Barbès pendant le ramadan
La terrible galère des travailleuses du sexe à Dakar en temps de Covid