Publicité

Le patriarcat chez nos ancêtres est une invention sexiste d’archéologues hommes

Chloé Belard continue de défendre « l’archéologie du genre » pour essayer « de penser les femmes de l’antiquité dans leur diversité ».

|
30 Avril 2019, 6:44am

© E.Cabanis/AFP 

Publicité

Le 3 avril 2019, la mystérieuse « salle 70 » de la Bibliothèque nationale de France (BNF) est bondée. Chercheur.se.s, étudiant.e.s et rares amateurs écoutent l’archéologue Chloé Bélard, auteure du livre Pour une archéologie du genre, dans le cadre d’un cycle sur les femmes de pouvoir. La scientifique, qui accepte l’étiquette de féministe « dans le sens de l’égalité des sexes », étudie « les sociétés de l’âge du Fer » qui peuplent l’Europe de – 800 jusqu’à la romanisation de la Gaule en – 50 (et furent renommés indûment « Gaulois » par César, le nationalisme républicain et Sarkozy). Son travail réfute totalement l’image de la femme antique ménagère comme celle de l’homme viril en charge de tout le reste, encore véhiculées aujourd’hui par nombre de professionnels. On lui a posé un tas de questions à l’issue de son intervention.

VICE : La « famille gauloise » est représentée peu ou prou de la même façon depuis le XIXème siècle. Selon vous, nous sommes complètement à côté de la plaque ?
Chloé Bélard : Aujourd’hui, les bandes-dessinées Astérix illustrent nos représentations collectives. Bien que les traits des personnages soient forcés au service de l’humour, on constate bien que les hommes se répartissent entre aventuriers, chefs, druides et guerriers, tandis que les femmes ne servent en rien l’intrigue - elles restent à la maison et s’occupent des enfants. Bonnemine est une mégère et Falbala est ultra « féminine » [comme le rappellent les recherches de M.-C. Lipani-Vaissade sur la série de Goscinny et Uderzo, ndlr].

En réalité, les sociétés de l’âge du fer composaient avec des femmes d’âge mûr, d’autres qui ne correspondaient pas aux canons de féminité actuel. Surtout, absolument rien ne permet d’affirmer que les femmes ne remplissaient pas les mêmes rôles que les hommes, y compris militaires ou politiques.

Publicité

D’où viennent ces stéréotypes erronés, alors ?
Ces sociétés n’ont laissé aucun textes d’époque. Elles sont citées dès le VIè siècle av JC dans les textes antiques grecs (sous le nom de « celtes »), bien avant la Guerre des Gaules de César. Mais les Grecs cherchent surtout à montrer que les autres peuples sont des barbares et parlent très peu de l’organisation de leurs sociétés, qu’ils regardent avec leurs propres grilles d’analyse. Ensuite, ces auteurs sont repris par d’autres, et l’information de ses sources peu fiables circule jusqu’au XIXè siècle.

Les historiens font des efforts pour vérifier les éléments qui leur semblent prioritaires, et prennent le reste pour argent comptant. Il y a 150 ans, historiens et archéologues étaient dans leur temps. Ils avaient leurs mœurs, leurs valeurs et d’autres préoccupations que les nôtres. Le rôle des femmes et les rapports sociaux entre hommes et femmes étaient une problématique non prioritaire par rapport à la datation des objets, donc non abordée.

L’estimation du sexe des défunts selon le squelette était impossible et les tests ADN n’existaient pas encore…
Oui. À l’époque, quand les archéologues trouvent des armes dans des tombes, ils inscrivent en haut de la fiche de fouille : « tombe d’homme », sans penser que c’est vraiment important. Bijoux, fibules et torques catégorisent la tombe comme féminine. De là, la grille de lecture stéréotypée de la société du XIXème siècle suggère que les hommes, enterrés avec des armes, sont des guerriers. Et les femmes des ménagères qui s’occupent des enfants.

C’est grave ?
Cette manière non-scientifique, idéologique de voir les choses construit artificiellement l’image de l’homme viril intemporel. Aujourd’hui, on entend encore : « Les hommes ont toujours eu le pouvoir depuis des dizaines de milliers d’années, il n’y a pas de question à se poser ». Il n’y a pourtant rien d’universel ou d’intemporel dans les relations sociales entre femmes et hommes.

Publicité

Vous avez « fouillé » pendant 10 ans. Votre livre, lui, se base sur les fouilles archéologiques menées par vos confrères dans 1733 tombes champenoises, datées de - 600 à - 200. Vous avez trouvé quelque chose d’intéressant ?
Grâce aux tests ADN, on sait désormais avec certitude que certains hommes ont été enterrés avec des objets de parure, par exemple. Durant une période, des femmes ont également été ensevelies sous de grands tumulus avec des chars [supposément destinés à la guerre, ndlr], des offrandes animales et des céramiques, ce qui suppose un investissement important de la communauté. Par ailleurs, le seul druide (personnage qui aurait détenu du savoir et donc du pouvoir) dont on aurait hypothétiquement retrouvé la tombe a été incinéré : il est donc impossible de connaître son sexe.

Ces vestiges funéraires sont donc insuffisants pour connaître les rôles sociaux de chacun. Par exemple, les objets de parure sont associés à l’élégance et à la féminité alors qu’ils sont peut-être symboles de pouvoir, de rang social ou d’identité communautaire. Nous-mêmes portons bien des vêtements différents en fonction de notre genre, certes, mais aussi de notre âge, de notre classe sociale, de la quantité d’argent que l’on dépense dans le paraître. Scientifiquement, on ne sait pratiquement rien de l’organisation de ces sociétés et des rapports sociaux en fonction du genre des individus. Je suis persuadée que, sans textes d’époque, on ne pourra jamais vraiment répondre à ces interrogations.

Une archéologue préhistorienne de l’auditoire a profité de votre intervention à la BNF pour rappeler que son champ d’étude est également peu perméable aux questions de genre, notamment « parce que ce sont des abbés qui ont fait toutes les premières découvertes ». C’est donc une constante de l’archéologie ?
La gender archeology est portée à 90 % par des femmes, on le constate à chaque colloque. La notion de « genre » (comme outil théorique et méthodologique) nous permet de questionner la différenciation des sexes qui semblait « normale » aux chercheurs depuis deux siècle. Penser que des femmes puissent avoir tenu des rôles divers dans les sociétés anciennes questionne l’ordre établi. C’est déjà subversif.


D’une manière générale, l’archéologie est encore dominée par des hommes. Il se trouve que la plupart ne se posent pas les mêmes questions, ne regardent pas les choses de la même manière que les femmes. Ils considèrent que leur position est objective, comme doit l’être la science – bien que l’étude des vestiges celtes montrent que les archéologues portaient aussi une idéologie. Les études de genre, elles, peuvent être vues à tort comme « militantes » et « non-scientifiques ».

Publicité

« Tout ce qui a été écrit par les hommes doit être suspect, car ils sont à la fois juge et partie », emprunte Simone de Beauvoir au bourgeois féministe François Poullain de La Barre en épigraphe du Deuxième sexe. Vous avez en tête des exemples précis ?
En 1953, on découvre dans la tombe de Vix un char et le plus important vase de bronze de l’Antiquité jamais exhumé [qui accorde supposément au défunt un statut important, ndlr], mais aussi des objets de parures [assignés féminins jusqu’ici, ndlr]. La première hypothèse de certains archéologues face à cet apparent problème est qu’il s’agissait peut-être d’un homme travesti en femme… Des tests ADN ont ensuite déterminé le sexe du squelette. Encore rares sont les chercheurs à oser dire qu’elle ne serait peut-être pas uniquement une « femme de ».

Personnellement, quel est votre parcours dans cet univers de mecs ?
Il y a quinze ans, on m’a présenté en licence pendant une heure la tombe de Vix. J’ai compris qu’on n’avait encore aucune information fiable sur le rôle joué par cette femme. En 2008, j’ai débuté ma thèse [sous la direction de deux hommes de deux prestigieuses institutions, nldr], comme Caroline Trémeaud, alors que presque personne ne parlait encore en France de la gender archeology [anglo-saxonne, ndlr]. Je voulais travailler avec cette grille de lecture, sans savoir exactement ce que j’allais trouver.

La société dans laquelle nous vivons évolue. Les problématiques de genre sont plus audibles qu’il y a 10 ans. J’ai eu de bonne surprises. Un archéologue âgé m’a glissé récemment, sur le ton de la confidence, regretter de ne pas avoir pris cette question en compte dans son travail.

Publicité

Vraiment, les défenseurs du patriarcat ne se sont pas sentis « remis en cause » ?
En 2017 lors d’un colloque, j’ai questionné les participants en m’appuyant sur le livre d’une chercheuse qui traite des méthodes d’estimation du sexe d’un défunt. Un vieil anthropologue m’a répondu : « C’est parce que c’est une lesbienne féministe et militante qu’elle traite de ces problématiques ». Mais si les propos de certains chercheurs ont l’effet de défendre le patriarcat, ce n’est pas forcément conscient ni volontaire : il faut du temps pour que les mentalités changent.

Merci Chloé Belard.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Plus de vice