6 questions pour revoir notre perception du bide à bière

Les hommes savent pourquoi.

16 September 2021, 9:42am

Chez VICE, on aime la bière. Plus d’articles relatifs à notre passion ici.

Note : les observations de l’expert consulté pour cet article présentent une rhétorique binaire dans sa conception du genre car elles sont basées sur des études binaires.

Ça m’est souvent arrivé de me réveiller aux côtés d’un homme doté d’un ventre à bière, sans que j’y prête toutefois trop attention. Mon père aussi avait un bide à bière, même s’il ne le devait pas nécessairement aux litres de Stella qu’il descendait quotidiennement – disons plutôt qu’il menait un style de vie bon vivant de manière générale. Mais pourquoi tous ces kilos n'étaient-ils visibles que sur son ventre et nulle part ailleurs ? 

Publicité

Pour tenter d’élucider ce qui a toujours été un mystère pour moi, j'ai parlé à Glenn (35 ans), heureux propriétaire d'un bide à bière. Et pour savoir si mes tête-à-têtes réguliers avec ma bouteille de vin me donneront aussi un bidon dans les années à venir, j'ai aussi parlé à un nutritionniste, Roel Vanhove, diététicien et biérologue. 

Un bide à bière, c’est spécifique à la bière ?

Je suis peut-être simple d’esprit, mais pour moi, un bide à bière est toujours une conséquence de... la bière. Ou alors, beaucoup (beaucoup) d’alcool. La solution semble donc évidente : boire moins (ou pas du tout) d'alcool, non ? Peut-on avoir un bide à bière avec du vin ou du spiritueux ?

Une recherche danoise, dans laquelle de nombreuses études ont été rassemblées, montre que oui, il existe effectivement un lien privilégié entre un estomac volumineux et la consommation spécifique de bière – à raison d’au moins un demi-litre tous les jours. « Beaucoup de gens pensent, comme vous, que la teneur en alcool est la principale cause du ventre à bière mais c’est faux, explique Roel Vanhove. Les alcooliques, par exemple, sont souvent extrêmement maigres. »

Seulement avec de la bière, vraiment ?

Évidemment, nos habitudes alimentaires jouent également un rôle, et toute personne qui consomme de l'alcool est davantage susceptible d'avoir envie d'en-cas riches en calories. « N'oubliez pas que l'alcool n'est (presque) jamais servi ou consommé sans quelque chose à grignoter à côté, rappelle Vanhove. Pensez aux noix que vous recevez dans un bar avec votre bière. »

Les hommes sont-ils plus touchés ?

Selon mon expérience, ce sont surtout les hommes qui ont tendance à avoir un ventre à bière. Pour ça aussi, Vanhove a une explication : « En général, les hommes développent un ventre à bière plus rapidement que les femmes, principalement parce qu'ils boivent plus - en moyenne trois à quatre verres de bière par semaine, dit-il. La plupart des femmes ne boivent qu'une demi-bière par semaine. » Glenn, lui, avoue en boire entre dix et quinze par semaine : « J'aime pas me priver de quoi que ce soit. Il faut aussi avoir du caractère pour pouvoir dire non, et j'en manque totalement dans ce domaine. »

Les scientifiques évoquent aussi nos hormones. Les jeunes hommes ont beaucoup de testostérone. En vieillissant, la quantité de testostérone diminue et ils conservent plus de graisse. Cette graisse « colle » principalement à l'abdomen. Chez les femmes, la graisse se retrouve à un autre endroit : autour des hanches et des fesses, mais ça change aussi avec l'âge. « Après la ménopause, le niveau d'œstrogène des femmes diminue, explique Mariëtte Boon, co-auteure du livre Vet belangrijk. Ça a à voir avec le niveau de testostérone. Ce niveau devient relativement légèrement plus élevé, ce qui entraîne un stockage des graisses au niveau de l'abdomen chez les femmes également. »

Le bide à bière est-il héréditaire ?

La forme de votre corps n'est-elle pas aussi simplement déterminée par des facteurs héréditaires ? « Très souvent, oui, déclare Vanhove. La génétique a beaucoup à voir avec ça, et c'est quelque chose qui est largement sous-estimé. Ce n'est pas la seule raison pour laquelle les gens développent un ventre à bière, mais ça joue un rôle. »

C’est sexy, un bide à bière ?

Sexy, ça veut dire quoi en fait ? Pour beaucoup de gens, la réponse à cette question n'a rien à voir avec ce qu’un bide à bière peut représenter. Glenn dit qu'il lui arrive de se comparer son ventre à celui d'autres hommes quand il se promène dans la rue et que ça crée chez lui un sentiment d’insécurité. En même temps, il avoue que ses ex-copines aimaient son ventre : « J'ai jamais eu de problèmes ou des commentaires désobligeants sur mon bide à bière dans mes relations. Ma dernière petite amie, avec qui je suis resté un peu plus d'un an, disait que c'était un bon coussin en plus sur lequel s'appuyer. Ma grande gueule et ma confiance en moi contribuent aussi à relativiser. Au final, les femmes sont attirées par moi, par ce que je suis et ce que je dégage. »

Pour montrer fièrement sa bedaine au monde extérieur, Glenn dit qu'il faut avoir une grande confiance en soi : « Il y a eu de beaucoup fois dans ma vie où j’étais devant le miroir et je me disais qu’il fallait que je fasse quelque chose. Mais d'un autre côté, je sais qui je suis, et les gens devraient m’accepter comme je suis. »

Quid de la santé ?

Que ce soit clair, ce n’est pas parce qu’on a un bide à bière ou qu’on est gros·se qu’on est en mauvaise santé. Mais Glenn garde tout de même un œil à sur son corps : « À long terme, mon mode de vie aura probablement une incidence sur ma santé. Mais j'ai la chance d'avoir un taux de cholestérol qui ne monte pas vite. J'ai récemment fait une analyse de sang et il s'est avéré que tout était bon. Mais je dois continuer à surveiller. » 

Surprise, surprise ; le plus important si vous ne voulez pas de bide à bière, c’est que vous commenciez à boire moins : « C'est simple : buvez moins d'alcool et surveillez votre apport calorique. », conclut Vanhove. Mais pas trop vite, pas de régime radical. Faites ça étape par étape. Ou ne faites pas de régime du tout, et embrassez ce ventre sous toutes ses facettes. Et ne vous sentez surtout pas tenté·e d'exprimer votre opinion sur le ventre de quelqu'un d'autre. Le fathaming a des conséquences plus graves que ces quelques kilos en trop. 

Au final, bide à bière ou pas, faites surtout ce que vous voulez. « J'ai consulté un diététicien, et j'en ai parlé à un ami, dit Glenn. Mais quand je vois ce que je dois faire pour me débarrasser de mon bide à bière, j'abandonne vite l’idée. Des potes me disent aussi que mon bide à bière me définit, et iels me connaissent depuis des années. »

VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.
VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:

alcool, Belgique, Bière, corps

Dans
le même genre
J’ai fait une retraite silencieuse (et alcoolisée) à l'abbaye de Westmalle
Faudrait peut-être penser à dégenrer les pubs pour la bière
La pandémie a aggravé les cas de psoriasis
J'ai été le chef de la reine Elizabeth et de l'ancien président George H. W. Bush
Une étude comparative non exhaustive des carbonades flamandes
Le tiramisu au Nutella n'est pas une injure à l'Italie
Bon, y’a quoi au juste dans le filet américain végé ?
Sentia, la boisson qui « rend pompette sans donner la gueule de bois »