Une histoire photographique de la révolution soudanaise

Alors que le régime dictatorial d'Omar Al-Bachir vacillait, des photographes soudanais ont immortalisé en 2019 ce morceau d'Histoire – malgré les innombrables dangers.

03 août 2021, 7:11am

Pour son édition 2021, Vice est partenaire des Rencontres de la photographie d’Arles. Chaque semaine, nous vous présentons une exposition. Aujourd’hui, Thawra ! ثورة Révolution ! - Soudan, histoire d’un soulèvement, présentée par une des commissaires de l’exposition, la photographe Juliette Agnel. 

À la fin de l’année 2018, les habitants d’Atbara, à 300 bornes au nord-est de Khartoum, prennent une décision pour le moins courageuse et historique. Suite à une nouvelle flambée du prix du pain, ils décident de s’élever contre le gouvernement d’Omar Al-Bachir, président du Soudan, qu’il cornaque d’une main de fer depuis plus de trente ans. Dans les jours, les semaines et les mois qui suivent, le mouvement lancé à Atbara se diffuse comme une tache d’huile dans le pays, lançant alors la révolution soudanaise.

Publicité

Quelques semaines après les premiers soubresauts de la révolte, la photographe française Juliette Agnel arrive dans le pays courant janvier 2019. Envoyée par l’Union européenne, elle est ici pour photographier les étoiles et les ruines archéologiques dans le nord du pays. Et dans la voiture qui la mène vers les vestiges de l’ancienne Nubie, Agnel partage la banquette avec Duha Mohammed, une jeune photographe soudanaise de 23 ans. 

Un petit enfant aide à installer des barrages routiers devant sa maison pour empêcher les voitures des services secrets d’entrer dans le quartier. Shambat, Khartoum, janvier 2019. Photo de Metche Jaafar.

« Pendant 7 jours et 800 kilomètres, on discute beaucoup avec Duha, qui m’explique qu’elle va photographier les manifestations, puis poster les photos sur Facebook », remet la photographe française. Impressionnée par son courage, qui flirte parfois avec une quasi-inconscience (le Soudan est alors un des pays les plus hostiles au monde pour les journalistes), Juliette Agnel écoute Duha Mohammed, qui lui fait découvrir d’autres photographes soudanais, aussi impliqués dans cette impossible couverture médiatique de la révolte en cours. 

Une jeune fille regarde si la route est dégagée par la police et les services secrets afin que les manifestants puissent quitter sa maison en toute sécurité. El-Abaseya, Omdurman, février 2019. Photo de Metche Jaafar.

« Quand je suis arrivée dans le pays, on m’a bien fait comprendre qu’il ne fallait jamais aller dans les manifs, ni envoyer de photos nulle part, puisque le NISS [les tout-puissants services de renseignements d’Omar Al-Bachir] surveille tout le monde, non-stop », continue Juliette Agnel. Malgré ces innombrables dangers, la poignée de photographes soudanais présentés par Duha Mohammed continue de photographier ce bout d’histoire qui s’écrit sous leurs yeux. 

Sit-in à Khartoum, 14 avril 2019. Photo de Muhammad Salah.

« Ils sont photographes, mais ce n’est pas leur métier principal, il n’y a pas de possibilités d’en vivre là-bas pour le moment », décrypte la photographe française. Si certains ont suivi quelques workshops dispensés au Goethe Institute de Khartoum, nombre des photos saisies dans les manifestations se font au téléphone portable – pour plus de discrétion. Sous leurs objectifs défilent des milliers de manifestants qui inondent le pays et maintiennent la pression sur le régime dictatorial d’Omar Al-Bachir. 

Après un rapide passage par la France, Juliette Agnel est de retour au Soudan avec l’idée de monter un projet pour montrer le travail de cette émergente scène de photographes soudanais. Profitant d’une exposition de ses clichés à l’Institut Français de Khartoum, Agnel récupère les clichés des photographes rassemblés par Duha Mohammed. « Si je voulais récupérer des images, il fallait être sur place », tranche Agnel. 

Une jeune manifestante faisant « Zaghroda » (Un son que les femmes produisent quand elles célèbrent des événements heureux), dans le QG militaire du sit-in. Khartoum, 18 avril 2019. Photo d'Ahmed Ano.

Ainsi, Agnel compile les images d’une révolution quasi-invisible hors du Soudan, d’où si peu ou rien ne sort. Ahmed Ano (1993), Suha Barakat (1986), Saad Eltinay (1995), Eythar Gubara (1988), Metche Jaafar (1998), Ula Osman (1998), Muhammad Salah (1993) et donc Duha Mohammed confient à Agnel leurs clichés, alors que les manifestations continuent pour aboutir à un immense sit-in à Khartoum, devant la « Qiyadah », le quartier général de l’armée. 

Jeune homme prononçant un discours politique pour mettre en garde contre les intentions de gouverner des militaires, tout en soulignant l’importance de l’unité du peuple, fin avril, Khartoum. Photo de Saad Eltinay.

Dès le 6 avril 2019, des milliers de Soudanais convergent vers ce vaste espace pour continuer d’exiger le départ d’Omar Al-Bachir. Un vœu enfin exaucé le 11 avril. S’en suit alors une période d’expérimentations, d’éducation politique et d’échanges inédite dans le pays. Plusieurs photographes sont présents, et immortalisent ce moment d’histoire du pays où l’on vient de tout le Soudan pour réclamer l’institution d’un gouvernement civil. 

Pendant le sit-in, des manifestants dorment dans la mosquée de l’université de Khartoum, photo prise après minuit, fin avril. Les dirigeants de cette mosquée soutenaient le régime précédent et les étudiants pro-gouvernement. Utilisée pour y cacher des armes blanches, elle était le lieu d’affrontements avec des étudiants protestataires. Photo de Saad Eltinay.

Mais, le 3 juin, les forces de sécurité du Conseil militaire de transition dispersent le sit-in – pacifique – dans un sordide bain de sang. Plus d’une centaine de personnes sont tuées d’après Amnesty International. Quelques mois plus tard, un accord sera finalement trouvé pour qu’une coalition civile intègre le pouvoir pour mener la transition post-Al-Bachir (période qui doit se conclure sur la tenue d’élections, repoussées dernièrement en 2024).

Des civils escaladent d’énormes panneaux publicitaires pour crier « liberté, paix et justice ». Sit-in, quartier général militaire, Khartoum, 19 avril 2019. Photo d'Ahmed Ano.

À Arles, c’est l’histoire de cette révolution que Juliette Agnel et Duha Mohammed (co-commissaire de l’exposition) tâchent de montrer. Une révolution toujours en cours, où la crise économique, les dévaluations, les pénuries compliquent un peu plus chaque jour la recherche d’un renouveau politique. 

Les photographes exposés sont : Ahmed Ano (1993), Suha Barakat (1986), Saad Eltinay (1995), Eythar Gubara (1988), Metche Jaafar (1998), Hind Meddeb (1978), Duha Mohammed (1993), Ula Osman (1998), Muhammad Salah (1993).

Thawra ! ثورة Révolution ! - Soudan, histoire d’un soulèvement est visible à l’Eglise des Trinitaires jusqu’au 26 septembre de 10h00 à 19h30. 

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

revolution, khartoum, Soudan

Dans
le même genre
Plongée dans les « villes hybrides » du continent africain
Se balader dans un jeu-vidéo et prendre des photos
Le conflit au Donbass vu sous le prisme du négatif
Dans l’Afghanistan des Talibans
Ibiza veut recruter des indics étrangers pour infiltrer des soirées illégales
Maintien de l'ordre : la technique de la « nasse » en manif jugée illégale
Quand la vidéosurveillance s’invite dans les petites communes
Enfin, des chiens pour nous dépister du Covid