Microdosage : quelles drogues, en quelles quantités et pour quels effets ?

Le monde du microdosage ne se réduit pas aux champis et au LSD. Chercheurs et consommateurs vous expliquent les dosages, les effets et les risques inhérents à chaque substance.

Apr 11 2022, 7:24am

Il n’existe pas de définition scientifique du microdosage, mais en général, il se réfère à la pratique qui consiste à prendre des psychédéliques à des doses bien inférieures à celles nécessaires pour un trip, généralement entre 1/20 ème et 1/10 ème de la dose habituelle. Parmi les choix les plus répandus, on trouve le LSD et les champis. Cela dit, le monde du microdosage est bien plus vaste (et plus sauvage, et plus coloré) que ça. D’autres drogues — celles qui peuvent sembler plus intimidantes, comme la DMT ou la mescaline — peuvent elles aussi être microdosées, du moins si la personne sait ce qu’elle fait.

Publicité

Si chaque drogue génère des effets différents, il existe cependant des moyens universels d’atténuer leurs risques et d’augmenter leurs potentiels bénéfices. Il est toujours préférable de commencer par la dose la plus faible, puis d’augmenter lors de la seconde prise. Selon Peter Freed, professeur adjoint de psychiatrie clinique au centre médical de l’université Columbia, le principal problème réside dans le fait que comme les psychédéliques ne sont toujours pas réglementés dans la plupart des pays, les consommateurs risquent de ne pas prendre exactement ce qu’ils pensent prendre. « Le gros souci, c’est que lorsque les gens achètent eux-mêmes ces substances, ils n’ont pas souvent des produits de bonne qualité entre les mains ».

Une autre raison d’y aller mollo, qu’il s’agisse d’un microdosage unique ou répété sur plusieurs jours, semaines ou mois, est que ça vous permettra d’éviter de développer une tolérance. Avant de reprendre quoi que ce soit après un microdosage, il est préférable d’attendre quelques jours, comme le conseille Matthew X. Lowe, directeur de recherche en psychédéliques pour l’association Unified Research. Lowe mène actuellement une étude sur les effets d’une dose complète de psilocybine sur la santé, en collaboration avec l’Université Johns Hopkins. « Il existe une pratique courante qui se base sur la “routine Fadiman”, un cycle de trois jours où, pendant 48 heures, vous ne prenez plus aucune substance. Le troisième jour, vous reprenez une microdose. »

Publicité

Les psychédéliques peuvent être dangereux pour les personnes souffrant de problèmes de santé préexistants. D’après James Giordano, professeur de neurologie et de biochimie au centre médical de l’université de Georgetown, celles et ceux qui souffrent de troubles psychiatriques, neurologiques ou cardiovasculaires, ou qui prennent des médicaments psychiatriques, devraient complètement éviter le microdosage. « Les psychédéliques peuvent avoir un effet sur le système nerveux périphérique, ce qui peut affecter le rythme cardiaque, l’intensité des battements du cœur et la pression sanguine ».

Et bien que certains pays ont dépénalisé les champis et d’autres substances psychédéliques à base de plantes, chacun doit savoir qu’en France et en Belgique, les substances psychédéliques et les champignons hallucinogènes, quel que soit leur genre, sont encore classés comme stupéfiants et donc toujours illégaux en vertu de la loi.

Mais pourquoi cet engouement autour du microdosage ? Les recherches sont mitigées, a déclaré Ellen Bradley, professeur adjoint de psychiatrie à l’Université de Californie, San Francisco. Elle cite la plus grande étude sur le microdosage de psychédéliques, contrôlée par placebo : « Après avoir reçu des microdoses, les sujets ont rapporté des améliorations sur un tas d’axes différents, de la santé mentale à la productivité et la cognition en passant par la satisfaction générale — mais ceux à qui un placebo avait été administré ont également rapporté ces effets », explique-t-elle.

Publicité

Pourtant, il existe des explications scientifiques plausibles quant à la raison pour laquelle le microdosage pourrait améliorer la santé mentale d’un individu. « Les psychédéliques ont tendance à favoriser la formation de nouvelles connexions neuronales et à augmenter la neuroplasticité », explique Holly Schiff, psychologue clinicienne agréée, en faisant référence à la capacité du cerveau à se modifier. L’effet n’est que temporaire, mais lorsqu’il se produit, « il offre une fenêtre d’opportunité pour des améliorations psychologiques et comportementales par le biais de la psychothérapie ». Le microdosage serait donc davantage bénéfique lorsqu’il est effectué pendant une thérapie, même si certains affirment qu’il se suffit à lui-même et qu’on peut très bien s’en passer.

Pour mieux comprendre les subtilités du microdosage des différentes drogues, VICE a interrogé un large éventail de chercheurs et de consommateurs sur les effets, les potentiels bénéfices et les risques liés.

Champignons hallucinogènes 

Microdose recommandée : 0,1-0,3 g de champignons déshydratés

Le microdosage de champignons consiste généralement à ingérer des champignons purs ou du chocolat aux champignons, ou encore à prendre des gélules contenant de la poudre de champignons broyés. Selon le professeur Giordano, des microdoses appropriées ne devraient pas provoquer d’effets hallucinatoires, mais pourraient générer une sensation de « légèreté » ou de « fluidité ». C’est cette dernière qu’a ressentie Brandon Goode, un entrepreneur de 29 ans installé à Toronto. « Je trouve que le microdosage me rend plus présent lors de mes activités régulières, qu’il s’agisse de méditation, de promenades, de socialisation ou de boulot », a-t-il déclaré, expliquant que les champignons le font se sentir plus connecté à la nature et aux autres en général.

D’après Lowe, directeur de recherche pour Unlimited Sciences, certaines personnes ayant pris des microdoses de champignons ont signalé une amélioration de leur humeur, de la qualité de leur sommeil, de leur créativité et de leur concentration. Laura Dawn, 38 ans et guide d’intégration en médecine végétale, prend des microdoses de champignons pour « plonger dans des états de flow » avant le travail. « J’étais cette enfant qui détestait l’école, et le microdosage de psilocybine en petites quantités m’a aidée à apprécier l’apprentissage et à rester concentrée le matin », explique-t-elle.

Corinne Segura, blogueuse de 39 ans vivant au Canada, souffre d’insomnie liée au syndrome de fatigue chronique. D’après son expérience, le microdosage le matin avec des doses minimes de champignons, quelque chose comme 0,02 g, l’aide à bien dormir la nuit. « Les résultats durent environ une semaine, mais même avec un microdosage à très petite échelle, [mon insomnie] n’est plus aussi grave qu’avant de commencer ce traitement. »

Publicité

Même si les champignons sont relativement safe, « les risques sont plus psychologiques que physiologiques. Les individus peuvent ressentir des émotions négatives ou trop intenses. Ils peuvent souffrir d’anxiété ou d’une augmentation du névrosisme », explique Lowe. En commençant par en prendre le moins possible, un utilisateur peut surveiller l’arrivée de toute émotion difficile pour ensuite en prendre encore moins la fois suivante si nécessaire. Éviter de faire quoi que ce soit de potentiellement dangereux par après (conduire, par exemple) est évidemment une sage décision, comme le rapporte Hailey Shafir, spécialiste en toxicomanie clinique et conseillère en santé mentale agréée.

LSD

Microdose recommandée : 10-20 microgrammes

Si le microdosage de champignons vise à améliorer le plaisir et le fun, le microdosage de LSD vise plutôt à améliorer les capacités de travail. Cette drogue est d’ailleurs souvent associée aux entrepreneurs de la tech, et de nombreuses personnes affirment qu’elle améliore leur productivité et leur créativité. « L’énergie positive que j’ai ressentie était très différente de celle de ma journée de travail habituelle, normalement portée par la caféine », déclare Joe Moore, éducateur psychédélique de 39 ans dans le Colorado. « Les microdoses de LSD semblent booster mon humeur, m’équiper d’une concentration étonnante et diminuer ma douleur chronique ».

Publicité

D’un point de vue scientifique, son expérience semble s’inscrire dans un schéma récurrent. « Des données anecdotiques suggèrent que le LSD produit une réponse énergétique, comme une plus grande créativité et un meilleur fonctionnement cognitif, ainsi que de meilleures capacités à résoudre des problèmes », explique Shafir. Cependant, la poussée d’énergie que certaines personnes ressentent pourrait aussi être un inconvénient : après avoir pris des microdoses de LSD le matin, Joe a du mal à s’endormir le soir.

Pour préparer une véritable microdose, il faut généralement découper un comprimé d’acide en minimum 10 morceaux, explique Shafir. Il ne faut pas oublier que le LSD a un seuil hallucinogène plus bas que les champignons, c’est-à-dire qu’il est plus facile d’avoir des hallucinations sous acide. « Chez certaines personnes, la cinétique de leur traitement interne du LSD peut permettre à la drogue de se lier d’une certaine façon, ce qui va produire une montée rapide et susciter des hallucinations », ajoute Giordano.

DMT

Microdose recommandée : 0,5-1,0 mg

La DMT est une drogue connue pour sa capacité à vous envoyer dans d’autres dimensions. Mais lorsqu’elle est microdosée, certaines personnes disent pouvoir rester sur terre et vaquer à leurs occupations avec un boost d’inspiration supplémentaire. Qu’elle soit fabriquée en laboratoire, dérivée de plantes ou, dans le cas du 5 MEO DMT, fabriquée à partir de venin de crapaud, la DMT peut être vapotée, fumée dans une pipe ou sniffée. Dans le cadre du microdosage, la DMT serait la drogue la plus spirituelle, d’après les dires de certains utilisateurs.

Yana, 33 ans, travaille dans la tech à Los Angeles. Elle a commencé à fumer de petites quantités de DMT en soirée, ce qui lui a permis de prendre part aux conversations comme elle le ferait normalement, tout en ressentant « une défonce vraiment agréable, saine, stimulante et pleine d’amour ». Elle a recommencé plusieurs fois depuis. « Je n’ai pas de visions [intenses], mais peut-être bien que la pièce respire, ou que les choses palpitent », explique-t-elle. « J’ai l’impression de savoir où est ma place dans l’univers, qu’il soit grand ou petit, et je suis en paix avec lui. Tout est plus étincelant. »

« La DMT est un hallucinogène très puissant avec des effets enthéogènes et psychédéliques très forts, même avec de petites doses », déclare Giordano. Quelqu’un qui prend une microdose peut se sentir « plus créatif, plus expansif et moins limité par les processus de la pensée », mais il peut aussi souffrir d’hallucinations involontaires. « Les pics sont souvent soudains, donc avec une montée et une descente très rapides ». Néanmoins, une fois que vous êtes sous DMT, les effets peuvent mettre du temps à se manifester pleinement. Aussi Giordano suggère-t-il d’attendre au moins deux heures après une dose avant d’en reprendre.

Mescaline

Microdose recommandée de Peyotl : 10 g frais ou 0,9 g séché

Microdose recommandée de San Pedro : 10-20 g frais ou 3-5 g séchés

Publicité

Les cactus Peyotl et San Pedro contiennent tous deux un composé appelé mescaline, qui, à fortes doses, peut provoquer des effets hallucinogènes. Selon Giordano, le microdosage de mescaline peut entraîner une augmentation de la conscience, de l’intuition et de la concentration, ainsi qu’un sentiment de « soulagement émotionnel ».

Jose Alejandro Torres Aguilera, artiste et musicien mexicain de 27 ans, a déclaré que le microdosage de Peyotl l’a rendu « plus focus sur le chemin qu’il doit emprunter et conscient de la personne qu’il veut être ». Il a ajouté que ça l’a aidé à « aborder les choses de la vie quotidienne avec plus de calme et de légèreté ». Cette option peut sembler particulièrement attrayante pour celles et ceux qui recherchent un sentiment de paix intérieure ou un moyen de réduire le stress.

Le Peyotl et le San Pedro peuvent tous deux être distillés en poudre et encapsulés. L’un des risques, selon Giordano, serait « l’accumulation de doses », rapport à la façon dont le corps stocke et métabolise la mescaline. Il met donc en garde contre la prise de cette substance plusieurs fois par jour. « Il faut éviter de prendre des microdoses de mescaline tout au long de la journée. Il en résulterait un effet macro ».

Ayahuasca

Microdose recommandée : 50 g brassés

La tisane hallucinogène connue sous le nom d’ayahuasca est constituée de deux composants : la vigne, qui contient des inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) et facilite la transformation de la DMT dans le cerveau, et les feuilles de chacruna, la plante productrice de DMT. Le microdosage de la vigne, généralement sous forme liquide, peut augmenter l’activité des systèmes de dopamine, de norépinéphrine et de sérotonine du cerveau, ainsi que la production de DMT, selon Giordano.

Publicité

Alors que le microdosage direct de DMT pourrait conduire à une plus grande ouverture de la conscience, Giordano constate que le microdosage du composant IMAO de l’ayahuasca serait plus susceptible de causer « une vigilance accrue, une diminution de la fatigue, et une amélioration de la perception. »

« Le microdosage [de l’ayahuasca IMAO] m’ancre profondément dans le moment présent », déclare un guérisseur énergétique de 40 ans. « Mon esprit tait son bavardage constant et je peux voir clairement avec mon intuition et mon cœur. Je tombe dans un sentiment de paix qui soulage et guérit l’esprit inquiet. En général, je suis encore capable de vaquer à mes occupations — travailler, aller courir, préparer le dîner. Mais tout cela se fait avec un profond respect pour la vie ».

D’après Giordano, les recherches sur les effets de l’IMAO séparé de la DMT restent assez limitées. « Vous avez le principe actif, mais il y a un certain débat sur les bénéfices de l’ayahuasca et la façon dont les composés interagissent. » Il ajoute que l’ayahuasca peut en effet entraîner des modifications de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque, du fonctionnement des muscles, et éventuellement des nausées et des vomissements. Il faut donc procéder avec prudence.

Ibogaine

Microdose recommandée : 25 mg concentré or 50–100 mg de poudre

L’ibogaïne est dérivée du bois d’un arbuste africain appelé iboga. Elle a été utilisée pour lutter contre la toxicomanie, traiter d’autres problèmes de santé mentale comme l’anxiété et la dépression, et provoquer des expériences spirituelles puissantes. Pris sous forme de gélule ou de copeaux de bois broyés, le microdosage d’iboga est parfois appelé « dose du chasseur » en raison d’effets tels qu’une augmentation d’énergie et un gain de vigilance. « Les gens se sentent cognitivement conscients, beaucoup plus sensibles, et apprécient les subtilités perceptives », explique Giordano. « L’iboga a également tendance à augmenter leur sensibilité relationnelle et leur empathie ».

Le' Jai' La Troi est une femme mexicaine de 30 ans, médecin et écrivaine. Elle a pris des microdoses d’ibogaïne ponctuellement pendant plusieurs années, sans jamais prendre une dose plus importante. « Cette plante a radicalement changé ma relation avec moi-même, mon identité par rapport aux questions de la race, et mon rôle dans la société », explique-t-elle. « Grâce à la guérison par l’iboga, je comprends maintenant qui je suis en tant qu’âme ».

D’après Giordino, les personnes qui prennent des microdoses d’ibogaïne peuvent généralement effectuer leur job et d’autres tâches quotidiennes, et cela améliore même souvent leur capacité à penser clairement et à se concentrer. À plus fortes doses, l’ibogaïne peut abaisser le rythme cardiaque à des niveaux potentiellement dangereux. Bien que ce phénomène soit plus rare lors d’un microdosage, les personnes souffrant d’une quelconque anomalie cardiaque devraient l’éviter, conclut-il.

MDMA

Microdose recommandée : 20–40 mg

Lorsqu’elle est en teuf, Alexandria Wojcik, fonctionnaire de 37 ans basée à New York, aime prendre des microdoses de MD en plongeant plusieurs fois son doigt dans un sachet. « Le microdosage de MDMA m’aide à être un peu plus extravertie quand j’ai envie d’aller dans de grosses soirées, moi qui suis naturellement introvertie », explique-t-elle. « Mon objectif est d’altérer légèrement mon esprit, de l’élever. De me sentir un peu plus absorbée par les stroboscopes, la diversité des sons et la beauté de cet océan de ravers. Mais tout en restant pleinement présente et consciente de mon environnement. »

Publicité

Avec un microdosage de MD, vous obtiendrez les mêmes effets qu’avec une dose plus importante, mais dans une moindre mesure. « La MDMA crée un sentiment de proximité et d’intimité avec les autres, une attitude et un état émotionnel généralement positifs, ainsi qu’une sensibilité accrue au toucher, à la vue, à l’odorat et à l’ouïe », déclare Shafir.

Giordano avertit qu’il ne faut pas prendre des microdoses de MDMA à plusieurs reprises dans un court laps de temps si on ne veut pas ressentir l’effet d’une dose complète. « Généralement les gens prennent une dose à 21 h, se sentent encore en pleine forme et en reprennent à 23 h puis à 1 h du matin, pour finir par s’effondrer le lendemain. Ça, ça devient du macrodosage de MDMA ». Il est également important de boire beaucoup, car même à petites doses, la MDMA peut très vite vous déshydrater. Plus vous en prenez, plus vous risquez d’avoir des troubles du sommeil ou une bonne gueule de bois le lendemain.

Kétamine

S’il a été prouvé que des macrodoses de kétamine permettent de lutter contre la dépression et l’anxiété, les recherches sur le microdosage sont plus restreintes. Une étude parue dans Frontiers in Pharmacology a montré que de faibles doses de kétamine améliorent la motivation et l’attention chez les rats.

Cependant, tous les experts ne sont pas d’accord pour dire que la kétamine peut ou doit être microdosée. « La kétamine est une substance extrêmement volatile et puissante », explique Giordano, qui met en garde contre le microdosage de kétamine, en partie parce qu’il est difficile de la doser correctement. (Comme il ne pense pas que ce soit une bonne idée de microdoser la kétamine, il n’a pas voulu suggérer une quantité pour la microdose.) Étant donné qu’un mauvais dosage peut provoquer des déséquilibres dans le neurotransmetteur sérotonine, ce qui peut exacerber l’anxiété ou la dépression, « la kétamine doit être administrée de façon réaliste dans un cadre thérapeutique clinique », conclut-il.

Néanmoins, certains le font. David Ronick, un entrepreneur new-yorkais de 54 ans, décrit le microdosage de kétamine à l’aide d’un comprimé sublingual comme « la meilleure méditation qu’il ait jamais connue ». Il ne s’est pas évanoui, « mais a eu l’impression de flotter au-dessus de son corps, complètement détendu et en contact avec ses pensées et ses sentiments du moment. » Après en avoir pris chaque semaine pendant six semaines, il s’est senti bien plus apaisé qu’il ne l’avait été depuis des années, et bien qu’il soit toujours confronté à l’anxiété, il dit parvenir à mieux la gérer.

Ce qu’il faut retenir de tout ça

Malgré des résultats prometteurs et des expériences anecdotiques, il est important de se rappeler qu’aucun protocole de microdosage n’est infaillible ou unique. « La plupart des microdoseurs expérimentent à la fois le dosage spécifique et la fréquence des doses — par exemple, tous les jours, tous les deux jours, plusieurs fois par semaine — afin de trouver ce qui fonctionne le mieux pour eux », déclare Shafir. « Ce processus implique souvent beaucoup d’essais et d’erreurs, et il est fréquent que les gens prennent accidentellement une dose trop élevée et ressentent des effets plus forts que prévu. »

Enfin, Shafir ajoute : « Les psychédéliques ne sont pas un “remède magique” contre l’anxiété, les traumatismes [ou toute autre préoccupation liée à la santé mentale], et ne fonctionnent que lorsqu’une personne est capable de traiter ses sentiments et ses expériences, souvent avec l’aide d’un thérapeute qualifié. » En d’autres termes, le microdosage pourrait vous donner une nouvelle perspective sur la vie et peut-être même une sensation de bien-être, ou il s’agit peut-être simplement du nouveau placebo à la mode. Mais dans tous les cas, comme la plupart des choses, ça ne résoudra probablement pas vos problèmes.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

DMT, ayahuasca, Mescaline, Ketamine

Dans
le même genre
Qu’est-ce que ça fait de triper sous DMT ?
Comment gérer sa descente en festival
30 choses à faire pour entrer sereinement dans la trentaine
Voici ce qu'il se passe quand vous mélangez cocaïne et kétamine
Et si on trouvait de vraies solutions aux problèmes de drogues en soirée ?
En filature à l'école des détectives privés français
Le café a des effets durables sur le cerveau
« J’ai retrouvé ma vie » : avec les personnes qui se soignent du COVID long avec de la weed