Le Premier ministre espagnol veut abolir le travail du sexe pour « libérer les femmes »

Les groupes de défense affirment que l’annonce du Premier ministre ne fera que rendre l'industrie plus dangereuse.

19 October 2021, 9:46am

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a promis de mettre un terme à « la prostitution en Espagne car elle asservit les femmes » selon lui, mais les groupes de défense craignent qu'une interdiction ne fasse que mettre davantage les femmes en danger. 

« De ce congrès émerge un engagement que je vais mettre en œuvre. Nous irons de l’avant en abolissant la prostitution qui asservit les femmes de notre pays », a déclaré Sánchez dimanche lors du congrès du Parti socialiste ouvrier (PSOE). 

Publicité

Cette annonce est conforme aux engagements pris dans son manifeste électoral en 2019 pour séduire les électrices. « La prostitution est l'un des aspects les plus cruels de la féminisation de la pauvreté et l'une des pires formes de violence contre les femmes », peut-on lire dans le manifeste. 

« Cette approche qui consiste à criminaliser les clients et les intermédiaires des travailleurs du sexe a eu un impact désastreux sur la vie des travailleurs du sexe dans tous les pays qui l'ont mise en œuvre. La situation de la France, le voisin le plus proche de l'Espagne, devrait être un avertissement clair : une violence et une précarité accrues et des résultats sanitaires moins bons », a déclaré un porte-parole de l'European Sex Workers Rights Alliance, qui représente plus de 100 organisations travaillant avec des travailleurs du sexe. 

« Le Covid-19 a eu un impact dramatique sur les travailleurs du sexe du monde entier, y compris en Espagne où beaucoup d’entre eux sont confrontés à la misère et au sans-abrisme. Les priorités de Pedro Sánchez devraient être de rencontrer les représentants des communautés de travailleurs du sexe, de discuter de leurs besoins et de développer des programmes et des politiques communes qui les protégeraient, a poursuivi le porte-parole. Cet appel à l'abolition et à la criminalisation ne fera que mettre en danger les travailleurs du sexe, en particulier ceux qui sont les plus vulnérables à la violence et à l'exploitation. »

En Espagne, le travail du sexe a été dépénalisé en 1995. Toutefois, certains actes qui lui sont associés sont criminalisés, comme le « proxénétisme », ou le fait de servir d’intermédiaire entre un travailleur du sexe et un client. Le travail du sexe n'est pas reconnu comme un travail et n'a pas de statut juridique.

Selon une étude réalisée par l'université pontificale de Comillas en janvier, ce secteur représente environ 0,35 % du PIB du pays, ce qui équivaut actuellement à 4 350 millions d'euros. 

TAMPEP, le réseau européen pour la promotion des droits et de la santé des travailleurs du sexe migrants, estime que 80 à 90 % des travailleurs du sexe en Espagne sont des femmes migrantes, originaires d'Amérique latine, de pays d'Europe de l'Est comme la Bulgarie ou la Roumanie, et de certains pays africains comme le Nigeria.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

prostitution, Espagne, travailleurs du sexe, Pedro Sánchez, European Sex Workers Rights Alliance

Dans
le même genre
En Espagne, les jeunes recevront 250 euros par mois pour quitter le nid familial
Les créateurs d'OnlyFans désemparés face à la possible interdiction du contenu pour adultes
Ce que ça fait d’être la seule femme trans dans le sport automobile
Ce que ça fait d'être escort à l'adolescence

par VICE Staff; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek; propos rapportés par Liza Blackwell

Ce que l’on sait de Daech-K, le groupe derrière l’attentat terroriste de Kaboul
Voici quelques-unes des photos les plus marquantes de cette année
En France, le harcèlement scolaire sera bientôt passible de 10 ans de prison
L'UE a renvoyé 70 000 réfugiés en Afghanistan entre 2008 et 2020