Thierry Jaspart est l’artiste que vous n’avez jamais osé devenir

Après s’être branlé sur des trains et avoir exploré le graffiti, le mec derrière les stickers J’EXISTE. revient sur son plus grand succès (et son nouveau projet).

La première fois que j’ai vu un truc de Thierry Jaspart, c’était une vidéo dans laquelle il hurlait tel un goret le nom des prochains arrêts du train Liège-Verviers, parce que personne ne les annonçait. J’ai trouvé ça assez sympa de sa part, surtout que c’était totalement bénévole. 

Plus ou moins une demi-décennie plus tard, j’ai finalement découvert que c’était lui aussi qui se cachait derrière les stickers J’EXISTE. et JE SUIS PARTOUT. Et comme tout artiste qui se respecte, Thierry a un site officiel sur lequel j’ai pu voir plein d’autres projets vraiment bien. Par exemple, en 2017, il s’est rendu à une réunion d’ancien·nes élèves d’une école à laquelle il n’est jamais allé. Bien sûr, il s’est fait jeter sans gloire. Sans doute, on n’a pas dû lui réserver un accueil plus fou quand il a été à Monaco filer un billet aux gens « dans le besoin ». En réalité, ça a souvent l’air compliqué niveau social, comme quand il explique qu’un inconnu lui a touché la bite pendant son sommeil alors qu’il avait entamé une marche caritative entre Bras et Jambes. C’est peut-être pour ça qu’il a persévéré à travers ses stickers, pour se matérialiser et crier au monde que, quel que soit l'accueil qu’on lui fait, il est là. 

Publicité

Pourtant, Thierry prend moins de place qu’on pourrait hâtivement le penser. Avec son dernier projet, Chien Chiant, il refuse justement de contribuer au flux ininterrompu de nouvelles musiques. Chien Chiant, c’est un groupe conceptuel qui refuse de faire du son, et qui se contente de revendre des sons chopés ailleurs. Pour le bien de l’environnement.

VICE lui a parlé de musique, du mec qui fait les stickers JE TE REMBOURSE LUNDI et de Pete Doherty.

VICE : T'as commencé quand à coller des stickers J’EXISTE. ?
Thierry Jaspart :
En 2014.

Bientôt 10 ans de vandalisme pur et dur. À trois années près.
Pour moi, c'est du vandalisme gentil. Du graffiti poli. Jamais mon but n'a été de détériorer quoi que ce soit. J'admire les graffeur·ses qui remplissent des hectares de surfaces privées avec de la peinture qui ne peut s'enlever qu'en utilisant des produits chers et polluants. Pour moi, le graffiti est le pendant visuel du punk : c'est artistique, un peu, et ça fait chier, beaucoup. Mais personnellement, je préfère coller nonchalamment des petits autocollants faciles à ôter. J'ai simplement envie de m'amuser. Une idée me plaît généralement quand elle me fait rire. Physiquement.

T’as dû avoir quelques emmerdes quand même ?
Quelques condamnations pour affichage sauvage avec intention de donner la mort et dégradation de bien public avec barbarie, sans plus. Les autocollants, c'est le niveau zéro du crime. Je ne passerai sans doute jamais sur la chaise électrique pour ça.

Le niveau zéro du crime ne te protège pas de la petite bavure policière, tu crois pas ? 
Boh...

« Pour moi, le graffiti est le pendant visuel du punk : c'est artistique, un peu, et ça fait chier, beaucoup. »

T'es au courant que y'a des anglophones sur Reddit qui se demandent d'où sortent ces stickers ?
Oui.

Le mystère existe encore ? C'est finalement assez facile de faire le lien avec toi après une rapide recherche sur Google. 
Peut-être, mais je tombe encore régulièrement sur des messages laissés sur des forums ou sur Insta par des gens qui pensent que J'EXISTE. est un mouvement politique ou une référence à la chanson Résiste de France Gall, alors qu'il n'en est évidemment rien. Ça m'a agacé un moment, mais finalement, je trouve ça sympa que les gens interprètent ce slogan à leur manière.

Ce serait quoi le lieu suprême où coller un sticker J’EXISTE. ?
Sur quelque chose qui n'existe pas.

Il y a aussi les stickers JE SUIS PARTOUT qui t'ont valu quelques articles par-ci par-là. Comment t'as réussi à en coller un sur la joue de Pete Doherty ?
Il se l'est foutu lui-même sur la gueule. Ce type m'énervait, mais depuis ce moment-là, je le trouve cool.

« Des gens pensent que J'EXISTE. est un mouvement politique ou une référence à la chanson Résiste de France Gall, alors qu'il n'en est évidemment rien. »

Tu sens une certaine compétition avec les stickers Je te rembourse lundi ?
Non. Je déteste la compétition et j'adore le concept de Lundi Promis. On ne s'est rencontrés qu'une fois et c'était par hasard. On a bu des bières ensemble puis on ne s'est jamais revu.

Je suppose que c'est lui qui t'a reconnu, vu que son identité reste, à ce jour, encore un secret.
Oui.

Un des nombreux projets de Thierry.

Je crois que la première vidéo que j'ai vue de toi, c'est celle dans laquelle tu cries le nom du prochain arrêt de train parce qu'il n'y a pas de voix préenregistrée à cet effet. La situation est toujours la même sur cette ligne ?
Non, les arrêts du train de cette ligne sont maintenant annoncés oralement. J'aime imaginer que c'est suite à la publication de ma vidéo que ce changement a été amorcé, tout en sachant qu'il y a peu de chances que ce soit le cas. Mais Liège-Verviers (et inversement) est un trajet que je conseille. Le paysage est vert et pierreux, on longe la Vesdre, on voit de beaux châteaux et de vieux manoirs... C'est beau ! 

L'avancée technologique nuit toujours aux projets les plus beaux.
C'est une question ?

Non. C'est quoi ce projet, Chien Chiant ?
C'est mon premier projet musical sérieux. C'est un faux groupe de neofolk écologiste. Dans bien des cas, la vraie écologie n'est pas de faire autrement mais de ne plus faire. Chien Chiant n'enregistrera jamais de musique et n'en jouera probablement jamais en live. La seule dépense énergétique occasionnée par ce projet est le maintien en ligne du site Internet et la publication quotidienne de tweets. Et puis au-delà de tout ça, on consomme une telle quantité de musique aujourd'hui en y accordant de moins en moins d'importance que ça ne vaut sans doute plus la peine de sortir de nouvelles choses. 

Ce serait aussi malhonnête de ne pas préciser que je joue de la musique comme de la merde et que ces concepts pompeux me servent de prétexte pour monter un groupe sans être foutu de produire une note.

Ça reste plus intéressant que beaucoup de nouvelles sorties. T'as déjà des fans qui sont touchés par ce projet écolo ?
Non.

T'écoutes quoi comme musique non-écolo ? 
Mon musicien préféré, c’est Trent Reznor.

Publicité

Tu crois que pas que l'acte le plus écolo qu'on puisse faire, ce serait de se suicider ?
C'est sympa, mais je me souviens qu'un Scandinave, je ne sais plus qui exactement (Magnus Söderlund NDLR.), avait proposé dans le cadre d'une conférence, il y a genre un an, le cannibalisme comme manière d'enrayer le changement climatique. Je trouve ça plus drôle encore. Il faudrait que je dresse la liste des personnes de mon entourage que j'aimerais manger en premier.

Le 8 février, t'as tweeté « Fake news ». C'est l'équivalent virtuel de « J'existe. » ?
J'ai tweeté « Fake News » avec le compte de Chien Chiant via lequel je mentionne quotidiennement quelque chose que je déteste. Il semblerait qu'aujourd'hui la vérité n'a plus beaucoup d'importance et qu'une partie de la population invente au mépris du bon sens la réalité qui l'arrange. Si le port d'un simple bout de tissu sur la gueule dérange alors il suffit de dire que c'est un coup machiavélique orchestré par Bill Gates pour se donner une bonne raison de l'ôter. Et quand on voit tous les efforts que nous, habitant·es des pays riches, devons fournir si on veut limiter les catastrophes environnementales, ce n'est vraiment pas le moment d'ignorer la science et de justifier son comportement d’enfant gâté·e par des histoires fantaisistes lues sur Facebook.

De manière plus générale, c'est quoi ton rapport à la performance artistique ? Et à l'art dans son ensemble.
J'aime bien Boule et Bill.

Publicité

Le film avec Franck Dubosc ?
Non, je n'ai jamais regardé ce navet.

Je trouve ton projet « Portraits Of My Girlfriend » complètement différent de tous les autres. C'est intriguant.
J'ai hésité à ajouter cette rubrique à mon site parce que je trouve cette série un peu impudique. Mais j'ai envie de hurler au monde que j'aime ma meuf. C'est moins conceptuel que de se branler sur des trains mais... je ne sais pas comment terminer cette phrase.

J'imagine que c'est pas vraiment une idée de projet qui t'avait fait rire au départ... Physiquement.
C'est vrai.

J’EXISTE., c’est des stickers, mais c’est aussi des sapes. Chopez un sweatshirt, un mug, une casquette ou un tote bag sur la boutique en ligne J’EXISTE. Vous pouvez aussi acheter d’autres trucs (comme des stickers JE SUIS PARTOUT) sur la boutique en ligne de son site perso.

VICE Belgique est sur Instagram et Facebook. VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:

Belgique, Graffiti, Vandalisme, ecologie, Musique

Dans
le même genre
L’Europe brûle : vive les petits festivals ?
Les Iraniennes luttent pour leurs droits, pas (forcément) contre le foulard
On a parlé de tout et de rien avec Hubert Lenoir
Art et handicap : le manque de visibilité en dit long sur notre vision de l’inclusion
Se sentir chez-soi à Bruxelles, grâce à Lefto
Un café avec Bolis Pupul
Dana Montana face aux autres Montana
Un dernier skeud à écouter avant de mourir