Voici ce qu'il se passe quand vous mélangez cocaïne et kétamine

Vous voulez tester le fameux mix Calvin Klein ? Problème : sous sa dénomination fashion, ce cocktail de drogues peut mettre votre vie en danger.

Si vous êtes un clubber en herbe, un fana de festivals ou, plus généralement, que vous évoluez dans l’orbite de personnes utilisant le mot « rave » comme un verbe, vous avez peut-être déjà entendu parler du CK, également connu sous le nom de Calvin Klein : un mélange cocaïne/kétamine qui s’obtient soit en combinant les drogues dans une seule poudre, soit en consommant les deux successivement. 

Que se passe-t-il vraiment lorsqu’on croise la kétamine, une drogue qui transforme le monde en vaste parc à trampolines, avec la cocaïne, substance qui pousse un type à vous faire un défilé dans son dressing à 4h30 du matin ? Selon les consommateurs, le mix procure un regain d’énergie euphorique et onirique qui combine les qualités des deux drogues pour une défonce encore plus intense.

Ça ressemble à un truc de dingue qu’on aurait tous envie de tester, pas vrai ? Mais, comme avec tous les cocktails de drogues, le CK peut avoir des risques et des effets secondaires qui vont de la mauvaise humeur à la mort pure et simple. Il est donc essentiel de bien s’informer pour réduire les risques avant de se laisser aller.

Selon James Giordano, professeur de neurologie et de biologie à l’université de Georgetown, « la cocaïne et la kétamine, lorsqu’elles sont prises ensemble, créent un effet synergique ». Cela signifie que les deux drogues fonctionnent en tandem pour renforcer leurs effets respectifs.

Publicité

« Les personnes sous CK disent ressentir une montée puissante où elles se sentent très, très en forme, vraiment bien », décrit Giordano à VICE. D’après lui, la combinaison procure l’effet quasi immédiat d’une prise de cocaïne, « et avec la kétamine à bord, cet effet dure plus longtemps ».

Joseph Palamar, professeur associé en santé de la population à l’université de New York, déclare que certaines personnes combinent cocaïne et kétamine à des fins pratiques (festivalement parlant) : la cocaïne dissipe le brouillard dissociatif de la kétamine et laisse les consommateurs un peu plus vifs qu’ils ne le seraient avec la seule drogue chevaline qui, de son côté, adoucit les effets « mâchoire serrée » de la coke. « C’est pour la même raison que pas mal de gens prennent de la coke lorsqu’ils boivent de l’alcool », explique Palamar. « Si vous voulez boire plus, ou si vous êtes un peu trop bourré, vous passez rapidement aux toilettes pour vous faire une ligne de coke. C’est une question d’équilibre. »

Alors, comment faire la part des choses entre un bon moment et un comportement dangereux ? Voici ce que vous devez savoir avant de décider si vous voulez ou non y tremper votre nez.

Quels sont les effets du mélange cocaïne/kétamine ?

La cocaïne et la kétamine sont toutes deux réputées pour les sentiments euphorisants qu’elles génèrent. Les combiner permet de décupler ces effets sur le cerveau. La cocaïne est un stimulant qui agit sur les systèmes nerveux central et périphérique pour booster l’humeur, ainsi que la fréquence cardiaque et la pression sanguine. La kétamine est un hallucinogène dissociatif qui agit principalement sur les récepteurs du cerveau pour un neurotransmetteur appelé glutamate. Chez les personnes souffrant de dépression, on a constaté que la kétamine aidait à reconstruire les connexions synaptiques, ce qui explique pourquoi ce traitement expérimental est très en vogue actuellement.

« La cocaïne, c’est l’accélérateur de la dopamine. La kétamine freine le système dopaminergique », explique le Dr Giordano. En termes simples, cela signifie que la coke vous fait vous sentir vraiment bien grâce à un afflux de dopamine, le neurotransmetteur généralement lié au plaisir et à l’excitation. À elle seule, la cocaïne augmente les niveaux de dopamine dans le cerveau, comme une pédale augmenterait la vitesse d’une voiture. La kétamine, de son côté, diminue la capacité du cerveau à contrôler la libération de dopamine. Un peu comme si on coupait les freins du conducteur pour l’empêcher de ralentir. « En agissant ensemble, l’activité dopaminergique du cerveau sous ces deux drogues va vraiment augmenter », déclare Giordano.

« Ce n’est pas seulement une question de “A plus B”, mais plutôt de “A fois B”, où l’effet total va être plus important que la simple somme de la co-administration des deux drogues » - James Giordano, prof de neurologie

« L’utilisation d’une dose de cocaïne, même minime, en même temps qu’une autre drogue, comme la kétamine, va augmenter les effets des deux drogues ensemble, qui peuvent être très différents de ceux de ces deux drogues prises séparément », explique-t-il. « Ce n’est pas seulement une question de “A plus B”, mais plutôt de “A fois B”, où l’effet total va être plus important que la simple somme de leur co-administration ».

Du point de vue de l’utilisateur, le CK provoque une version plus précise et plus fonctionnelle de la transe hors corps et de l’état d’esprit suscités par la kétamine — il est plus facile de suivre le fil d’une conversation ou de se faufiler sur une piste de danse bondée pour attraper un verre d’eau qu’avec une prise de kétamine seule. Le high est une version plus douce et plus onirique de la défonce métallique de la coke, car la kétamine va contribuer à rendre certaines sensations physiques et mentales inconfortables moins pénibles, comme le fait d’attendre un taxi pendant des plombes ou d’écouter quelqu’un vous couper la parole. Prenez suffisamment de CK et vous pourrez voir l’image se dédoubler lorsque vous essayerez de vous concentrer sur l’écran de télévision. En temps normal, ce serait assez alarmant. Mais sous CK, ce sera juste un autre truc fun sur lequel vous pourrez divaguer avec vos potes.

Quels sont les dangers du mélange coke et kéta ?

Selon Giordano, « les profonds effets dopaminergiques induits par la combinaison de cocaïne et de kétamine, tant dans le cerveau que dans le reste du corps… c’est un peu comme une bombe qui attend d’exploser ». Et c’est loin d’être marrant.

« L’augmentation du niveau de dopamine dans le cerveau peut entraîner toute une série de problèmes neurologiques », explique-t-il. « Des bad trips, dans certains cas le coma, un niveau élevé de désorientation, des hallucinations profondes et toute une série d’autres symptômes psychotiques induits par la drogue. Et les effets périphériques de la kétamine, avec la cocaïne, amplifient vraiment la probabilité de pics de pression artérielle, de variations de la fréquence cardiaque et de contraction, et aussi d’accident vasculaire cérébral. »

Il existe également des risques majeurs quant à la pureté des drogues que vous utilisez, notamment parce qu’en prenant deux poudres différentes, vous doublez votre pari sur la sécurité d’une substance. « En 2022, j’hésiterais un peu à prendre une poudre dont je ne connais pas la provenance, parce qu’elle peut contenir pas mal d’autres trucs », conseille Palamar, qui se spécialise dans la recherche sur les drogues qui circulent en club. « Si vous ne savez pas d’où elle vient, toute poudre qui circule, même la kétamine, peut contenir du fentanyl. »

« Si vous êtes sujet aux prises multiples et compulsives, je ferais très attention à ce cocktail » - Rachel Clark

Alors que les données sur l’ampleur ou la fréquence des cas de contamination au fentanyl via d’autres drogues récréatives sont fragmentaires, Rachel Clark, responsable au sein de l’ASBL américaine DanceSafe pour le dépistage des drogues et la réduction des risques, a déclaré que le danger était bien réel, en particulier en ce qui concerne la cocaïne. « Ce n’est pas un mythe : il y a bien du fentanyl dans la coke en ce moment », nous dit-elle. « Beaucoup de conneries circulent — des légendes urbaines sur les endroits où l’on trouverait actuellement du fentanyl — mais des services de santé l’ont confirmé dans tout le pays. »

Palamar souligne également que l’effet dissociatif profond de la kétamine, même tempéré par la cocaïne, peut être problématique pour les utilisateurs — surtout dans des environnements peu familiers. « Sur le plan comportemental, la kétamine est 100 fois plus dangereuse que la cocaïne. Vous êtes déconnecté [de la réalité]. Vous pouvez être violé, agressé, frappé. Si vous êtes dehors, vous pouvez vous faire renverser par une voiture. » 

Publicité

En tant que substance dissociative, la kétamine peut également rendre plus difficile le discernement. Vous ne faites plus vraiment attention à ce que vous prenez, la quantité que vous prenez et la fréquence à laquelle vous le prenez — ce qui, selon Clark, peut être exacerbé par la fâcheuse tendance du « file-m’en encore !!!!!! » induite par la cocaïne. « Ces deux substances, qui ont tendance à produire un effet euphorique et de courte durée, surtout la cocaïne, sont très susceptibles d’être reprises de manière compulsive », a déclaré Clark. « Si vous êtes sujet aux prises multiples et compulsives, je ferais très attention à ce cocktail. »

OK mais je veux quand même essayer de mélanger de la coke et de la kétamine. Des conseils pour que ça soit le plus safe possible ?

Achetez les deux drogues auprès d’un dealer que vous connaissez, de préférence quelqu’un chez qui vous (ou une personne de confiance) vous êtes déjà fourni. Ensuite, testez votre matos ! Cela réduira la possibilité d’une overdose accidentelle d’une merde comme le fentanyl, et vous rassurera sur le fait que ce que vous prenez est très probablement ce que vous pensez prendre. (Il convient de noter ici que la précision des tests n’est pas toujours garantie, et que vous n’allez peut-être pas les utiliser correctement non plus.) Commandez des bandelettes réactives au fentanyl et des kits de tests plus complets auprès d’une entité de confiance dans votre région — pas sur Amazon.

Pour éviter une mauvaise réaction, pensez toujours à faire vos recherches sur les interactions potentielles entre la coke, la kétamine et tout autre médicament que vous prenez quotidiennement ou régulièrement. « Il ne suffit pas de vous dire, “OK, je prends un stimulant, est-ce que ce stimulant interagit avec les antidépresseurs ?” » insiste Clark. « Ce n’est pas comme ça qu’il faut réfléchir. Il s’agit aussi des médicaments spécifiques, individuels, y compris les médocs contre les allergies et tout ce qui se trouve en vente libre. C’est beaucoup plus compliqué que ce que les gens pensent. » Pour celles et ceux qui désirent se renseigner sur les interactions médicamenteuses et lire les expériences d’autres mixers de substances, elle recommande de faire un tour sur PsychonautWiki (le nouvel Encarta !).

Quelles quantités pour un bon mélange ?

Avant toute chose : Palamar conseille de garder la cocaïne et la kétamine séparées plutôt que de les mélanger dans un seul récipient, afin de pouvoir surveiller de plus près la quantité que vous allez consommer pour chaque drogue.

Quand vous allez commencer à mixer kétamine et cocaïne, « allez-y mollo » est le maître mot. Espacez autant que possible vos prises. Si vous croyez ne rien ressentir, attendez 10 à 20 minutes avant de reprendre une dose. Alors que la cocaïne a tendance à faire effet rapidement (5 à 10 minutes), la kétamine peut prendre plus de temps (jusqu’à 25 minutes selon la chimie corporelle de chacun). Comme pour toutes les drogues, gardez à l’esprit qu’il est toujours facile d’en prendre plus, mais impossible d’en prendre moins.

« Restez conscient que les effets produits par les deux drogues ensemble vont peut-être être très différents de ce à quoi vous pourriez vous attendre » - James Giordano

Pour éviter de vous en mettre plein le pif, n’emportez que la quantité recommandée pour un usage personnel, et fixez-vous une limite de temps pour l’utilisation combinée de ces drogues. Dédiez-lui une fenêtre de deux à trois heures pendant toute votre nuit (ou journée, peu importe !) de teuf.

Même si vous avez déjà pris de la coke et de la kétamine de façon indépendante un millier de fois, Giordano recommande vivement de vous envoyer une dose de débutant la première fois que vous testez le CK. « Lorsque vous ajoutez la deuxième drogue, elle va agir par-dessus la première. Donc lorsque vous prendrez de la coke après la kétamine, envoyez-vous une dose plus faible — la dose de coke qui vous semble la plus minime possible. Commencez comme ça, et restez conscient que les effets produits par les deux drogues ensemble vont peut-être être très, très différents de ce à quoi vous pourriez vous attendre après avoir pris l’une des deux. »

Selon Clark, une dose moyenne pour débutant oscille entre 30 milligrammes et 60 milligrammes de coke ou de kétamine, bien que cela varie toujours d’une personne à l’autre. Comme il est pratiquement impossible d’évaluer ces doses à l’œil nu et qu’elles sont trop petites pour être mesurées sur la plupart des balances, elle recommande d’emporter avec soi des « microcoupes » de 10 milligrammes, comme celles vendues par DanceSafe, pour garantir la précision.

Le choix de la drogue à utiliser en premier lieu et le rapport entre les deux sont une question de préférence personnelle, mais Clark aime commencer par la kétamine et ajouter la cocaïne par après. Si vous essayez le CK et que la combinaison ne vous convient pas trop, ne vous inquiétez pas : grâce à l’action rapide des deux drogues, vous reviendrez à la normale assez vite. « J’ai vu des gens tellement mal en point qu’ils vomissaient à gros jets, se roulaient dans la boue et gueulaient, mais en 45 minutes, ils étaient à nouveau frais comme des gardons », raconte-t-elle. « Cela change le niveau de risque, contrairement au mélange de l’une ou l’autre de ces drogues avec un truc comme l’acide, qui dure environ 10 à 12 heures. Quoi qu’il en soit, les effets aigus du mélange de coke ou de kétamine avec quoi que ce soit ne durent généralement que le temps d’action de la coke ou de la kétamine, parfois un peu plus longtemps que d’habitude dans le cas de la kétamine. »

Enfin, assurez-vous que votre premier CK se fasse entouré de personnes en qui vous avez confiance, pour qu’elles puissent prendre soin de vous si quelque chose d’inattendu se produit. Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle des drogues récréatives : vous êtes censé vous amuser ! Si vous jouez la carte de la sécurité, que vous gardez une consommation raisonnée et que vous prenez soin de vous et des autres, vous avez la clé (tadahh !) pour passer un bon moment sous CK.

Katie Way est sur Twitter.

VICE France est sur TikTok, Twitter, Insta, Facebook et Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

Festivals, Ketamine, soirées, Calvin Klein, CK, descente

Dans
le même genre
Le Guide VICE pour une première fois à Las Vegas
Candyland : la vie secrète d’un baron de la coke à Tokyo
On vous présente le VICE Guide to Las Vegas
Sous l'œil de David LaChapelle, tout le monde se prend pour un dieu
Comment s’envoyer en l’air dans les sex parties de Las Vegas
Microdosage : quelles drogues, en quelles quantités et pour quels effets ?
72 heures de dépravation pour trouver le bar le plus miteux de Las Vegas
Les champs de pavot fleurissent dans l’Afghanistan des talibans