Société

Avec la crème des médiums de France

Enfant cristal médium, inventeur de la lithothérapie existentielle ou encore voyant : on est allé parler à ceux qui tiennent les stands du salon de l'art divinatoire.

par Alexis Ferenczi; photos Thibault Hollebecq
20 Février 2020, 9:35am

Dans la Rome Antique, lire l’avenir était une activité qui, pratiquée par les mauvaises personnes, pouvait être sévèrement punie. Le poète Ovide a par exemple été invité à finir sa vie en Scythie inférieure pour avoir, selon certains historiens, participé à une séance de divination néopythagoricienne (un collègue fin connaisseur de la période estime qu’il a surtout été « condamné à dégager parce qu’il faisait chier »).

Aujourd’hui, le seul risque des devins modernes n’est pas l’exil au bord de la mer Noire mais plutôt d’être moqué à répétition dans une pastille de Quotidien. À l’espace Champerret qui accueillait du 13 au 17 février la 34e édition de Parapsy, le salon du corps et de l’esprit, c’est d’ailleurs une des craintes les plus souvent exprimées par les médiums, magnétiseurs et chamans invités.

Dans ce Comic Con de la voyance, on peut aussi bien s’offrir une consultation en cabine (pour des tarifs allant de 40 à 70 euros), qu’une ribambelle d’objets ; pierre, pendule, dreamcatcher, tarot ou photographie de l’aura, qui serviront de support aux médiums. Certains ont placardé sur leur stand coupures de presse ou photos de stars à côté du même message : « Le consommateur ne bénéficie pas d’un droit de rétractation pour tout achat effectué dans le salon ».

Jacques Attali et Alain Minc, autres as de la prédiction, n'auraient probablement pas renié les intitulés de certaines conférences organisées en salle A et B (« L'importance de développer son intuition en cette année 2020 »). Sur une estrade, un homme en chemise rouge satinée harangue le public tandis qu’à ses côtés, un cartomancien prévient des dangers d’une relation avec un pervers narcissique. Pendant que notre collègue faisait le zouave avec la maigre trésorerie de notre entreprise, on est allé à la rencontre de ces Pythies ordinaires.

1582127011423-000041

Christiane Huet, voyante et cartomancienne

« J’ai 74 ans et ça en fait 34 que je participe au salon. Il y a de la route derrière. Chaque année, je dis que je vais arrêter mais je reviens. Qu’est-ce qui me fait continuer ? Le plaisir, les rencontres, la sensation d’apporter aux gens ce dont ils ont besoin. Aujourd’hui, je lance ma fille - elle est dans la cabine en face. Comment mesure-t-on la qualité d’un médium ? Quoi répondre. J’ai 830 clients sur Paris. Des gens que je connais depuis 30 ou 40 ans. On suit l’évolution de la famille, le mariage, les enfants. Une clientèle fidèle c’est important. J’ai un monsieur qui a de gros problèmes depuis quelques mois. Il n’a plus de travail. Je le soutiens par téléphone gracieusement. Là, il est venu me dire qu’il avait besoin d’une voyance mais qu’il n’avait pas d’argent. Il m’a donné 10 euros et je l’ai faite. On est là pour aider les gens, pas pour les extorquer.

1582127537360-00002

Ces dernières années, j’ai vu le milieu évoluer et pas dans le meilleur sens. Certains ne sont plus dans l’humilité alors que c’est une des clés de la voyance. Je mets le côté ‘aide’ avant tout. Si on a la possibilité de montrer aux gens qu’ils peuvent suivre un chemin qui est bon, c’est ce qu’il faut faire. Je ne fais pas de publicité. Ceux que je reçois me connaissent souvent à travers des amis. Ils me disent : ‘On veut venir chez vous parce que votre façon d’être nous parle.

« À huit ans je parlais avec les oiseaux. Les nuages avaient des formes et me donnaient des indices »

Avant, j’étais comptable. Et puis j’ai tout arrêté pour me dédier à la voyance. Les deux n’étaient pas compatibles. Une fois qu’on rentre dans le système, on ne peut pas travailler tout en aidant les gens. À huit ans je parlais avec les oiseaux. Les nuages avaient des formes et me donnaient des indices. À 18 ans, j’ai commencé à faire un peu de lecture dans le marc de café. Mais au début, c’était vraiment sans apprendre quoi que ce soit. Je faisais ça comme ça, pour rire. Ensuite, j’ai fait la boule de cristal, les lignes de la main. Aujourd’hui, je n’ai plus de cabinet. Je prends ma retraite en dilettante. Je suis seule donc ça ne me dérange pas de répondre aux gens. Mes connaissances, on me les a données de là-haut. Et je les perpétue en les transmettant à mes enfants. »

1582127053999-00014

Valérie Fauchet, voyante

« Je suis là pour la promotion de mon livre qui est sorti en octobre [Une voyante passe aux aveux, entretiens avec Marie-Noëlle Dompé, publié aux éditions Ipanema]. Mon éditeur voulait que je parle de mon parcours un peu particulier de médium. J’aimais bien l’idée d’être interrogée par une ancienne avocate, magistrate et amie, a priori très carrée et très cartésienne. Elle m’a vraiment poussé dans mes retranchements.

J’ai accepté de faire ces entretiens surtout pour les parents qui ont des enfants médiums. J’ai plusieurs filles et la dernière est très voyante. À l’école, elle a comme moi beaucoup souffert d’être différente. Souvent, les parents qui ont des enfants médiums, mais qui ne le sont pas eux-mêmes, ne savent pas comment gérer. J’ai voulu les aider. Qu’ils se disent : ‘Ah, peut-être que mon enfant n’est pas autiste, qu’il entend et voit vraiment des choses’. Quand on est hypersensible, ce n’est pas évident. Encore aujourd’hui, les gens ont cette appréhension. J’entends : ’Ton truc fait peur’ ou ‘Tu es une sorcière’. Il faut arrêter avec l’inquisition permanente. L’intuition a toujours été au cœur des grandes découvertes scientifiques - Einstein était quand même loin d’être un con - et des grands travaux artistiques. Du coup, j’ai voulu ‘désorcéliser’ un peu tout ça.

1582127615954-000037

Pour moi, être médium ou voyant n’est pas un métier mais un état. J’ai surtout des flashs du passé. C’est un peu différent de la voyance classique - même si j’ai pu prédire le 11-Septembre un an et demi avant qu’il ait lieu, le Bataclan et d’autres choses de ce genre. Ce qui m’intéresse, c’est de travailler sur la constitution des choix que l’individu a fait face aux événements de la vie. Je vais d’ailleurs collaborer avec un psychanalyste pour aider des gens qui sont en analyse depuis longtemps et qui ne s’en sortent pas. La voyance et la médiumnité sont intéressantes en psychologie parce qu’elles peuvent débloquer les choses et faire gagner énormément de temps et d’argent aux gens qui ne comprennent pas certains événements enfouis en eux.

Après, il y a un côté animal de foire que je dénonce. On m’a souvent demandé en interview : ‘Mais alors, qu’est-ce que tu vois ?’. Ça ne fonctionne pas comme ça, d’abord parce qu’il y a une pudeur et ensuite parce qu’on n’a pas des flashs tout le temps, toute la journée et avec tout le monde. Pour moi, on ne peut pas enquiller des rendez-vous. C’est ce que font les gens sur le salon ? C’est dramatique.

Beaucoup de gens se prétendent médiums, voyants, guérisseurs, ou magnétiseurs. Si vous tombez sur un charlatan, il y a de quoi être dégoûté et l’envie assez logique de généraliser à toute la profession. Mais parfois, si les événements n’arrivent pas exactement comme décrits, c’est aussi parce qu’il y a une part de langage et d’interprétation - comme le diagnostic d’un médecin. Il y a des attaques qui sont particulièrement vaches. Comme si les voyants devaient résoudre tous les problèmes. Quand quelqu’un me demande ‘Qu’est-ce que tu vois dans mon avenir ?’ et que je ne vois rien, je ne dis rien et j’observe souvent que les gens sont déçus. Mais ce n’est pas parce que je ne vois rien qu’il ne va rien se passer. »

1582127156906-00022
Jean-Marie n'a pas souhaité être pris en photo, c'est sa main qui est chargée de poser à sa place.

Jean-Marie Schneider, inventeur de la lithothérapie existentielle

« Quand on a le nez dans la marmite depuis toutes ces années, c’est difficile d’avoir le recul nécessaire. Vous me parlez d’un engouement autour des pierres mais ce que je ressens surtout c’est qu’il y a aujourd’hui de plus en plus de personnes qui sont ouvertes à ce genre de choses. Et comme il y a de plus en plus de personnes qui rentrent dans la thérapie, il y a aussi de plus en plus de thérapeutes. Avant, on pouvait nous compter sur les doigts d’une main. Maintenant, on est des centaines. Et puis il y a un partage de ressenti. Avant, les gens avaient un peu peur de se montrer. On divulguait moins les choses. Peut-être parce qu’il y a 200 ans, on aurait probablement été envoyé au bûcher.

« Il faut savoir une chose : la pierre ne guérit rien. Mais alors vraiment rien. Elle permet simplement de compenser les énergies qu’on a dépensées dans nos actions »

Au début, je ne croyais pas d’un millimètre à la puissance des pierres. Et puis j’ai eu la chance d’avoir un métier qui m’a permis de voyager et de me rendre dans des pays différents. J’ai accompagné des gens qui faisaient certaines choses auxquels je ne croyais pas. Je me disais qu’il y avait forcément un truc. Au bout de quelques années, quand je me suis dit qu’il n’y avait finalement pas de truc, je me suis mis à chercher. C’est comme ça que je suis arrivé à la lithothérapie existentielle. J’ai écrit une trentaine de livres sur le sujet, cherchant à transmettre ce que j’ai fini par comprendre et appliquer. Cette documentation, je l’ai créée.

1582127713046-00017

Il faut savoir une chose : la pierre ne guérit rien. Mais alors vraiment rien. Elle permet simplement de compenser les énergies qu’on a dépensées dans nos actions. Par exemple, le simple fait de discuter coûte de l’énergie mentale. Et comme pour l’alimentation, il faut savoir se ressourcer. Je défends une approche raisonnable : il faut compenser les dépenses plutôt que de se saturer en énergies. Il y a des pierres qui sont spécifiques et d’autres qui sont communes. Pour moi la meilleure pierre à utiliser, celle qui remplit toutes les vertus, c’est la pierre que vous ramassez sur le chemin. Paradoxalement, c’est celle qui coûte le plus ‘cher’ parce qu’il faut se baisser pour la ramasser. »

1582127187138-00035

Nathalie Knepper, hypnose régressive ésotérique, médiumnité, message des minéraux

« Cela fait six ans que je me rends à Parapsy. Il y a un esprit très familial que j’aime et qu’on ne retrouve pas dans d’autres salons. Ici, on accepte le mode de fonctionnement de chacun. Et puis on y retrouve des potes avec grand plaisir et même certaines personnes qui nous suivent depuis un bail. Moi, je suis médium de naissance donc je considère que c’est une profession. Dans la famille, on est d’ailleurs tous médium dès la naissance. Médium, pas voyant. Je suis aussi hypnologue, je fais des hypnoses régressives ésotériques. Je ne vis que de ça. Je travaille par la médiumnité et l’hypnologie.

1582135154624-Parapsy-Dip-2

Ma fille Catherine est enfant cristal médium. Ça veut dire qu’elle fait partie de ces enfants qui, très petits, ont des particularités que les autres n’ont pas. Elles se manifestent par une empathie exacerbée, des capacités de mémoire décuplées, une adaptation et une acceptation de l’autre ainsi que des pouvoirs sur la matière. Ce sont des enfants qui se démarquent et qui suivent très vite leur voix profonde.

Moi, j’ai écrit sur ma vie de médium coincée dans une secte quand j’étais petite. J’ai raconté comment j’ai toujours vécu dans des maisons hantées. Dans Dialogues avec l’âme, je retranscris aussi toutes les conversations que j’ai pu avoir sous hypnose. Une somme d’informations qui peut concerner l’humanité ou aider au développement personnel. Mettre à l’écrit ces choses-là, c’est un peu comme une thérapie.

1582127474663-000020

Ces dernières années, je m’aperçois que certains qui n’adhéraient pas du tout à l’art divinatoire ont changé. Il y a une augmentation de la vibration. Les gens s’ouvrent à autre chose. Ils en ont marre des illusions et ont besoin de toucher à la profondeur de l’être en retournant à l’essentiel, voire à un savoir ancestral. Je vois même des personnes âgées qui découvrent qu’elles ont en elles des capacités qu’elles ne soupçonnaient pas, comme une espèce d’élévation.

On sent que l’humain cherche une autonomie, une indépendance et surtout, une vérité. Quelque chose de solide. Ils en ont un peu marre de vivre dans une sorte de chemin linéaire où tout le monde a une même pensée, une même façon de faire, comme des robots. Ils ont besoin de sincérité et d’intégrité et ils se tournent vers nous parce qu’ils sentent qu’il y a autre chose que ce qu’on leur raconte. En contrepartie, je sens une espèce de centralisation du pouvoir. C’est-à-dire qu’au niveau des pays, les gouvernements centralisent un peu plus pour tenter d’encadrer le peuple qui est en train de s’échapper par tous les trous de la baignoire. »

1582127237858-00034

Catherine Caruel, enfant cristal médium

« Enfant cristal, ça veut juste dire médium. C’est l’aura qui est différente. Elle est irisée. Je ne sais pas quand est-ce que j’ai su réellement que j’avais ces capacités parce que je suis née comme ça. J’ai commencé à le pratiquer vers l’âge de neuf ans et c’est ma mère qui m’accompagne depuis que je suis petite. Quelque part c’est quelque chose d’assez naturel. »

Plus de photos ci-dessous :

1582127755444-000004
1582134916798-000006
1582135267223-Parapsy-Dip
1582134947262-000003
1582135008782-000039
1582134980317-00019
1582135043707-00032
1582135071576-000033
1582135131644-000036
1582135111716-00023

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
Santé
mediums
voyante