Life

Avec les couples qui ont commencé à faire du porno pendant la pandémie

Certains d'entre eux apprécient sincèrement leur nouveau job.
3.3.21
porno en cou
Photo : filadendron via Getty Images 

Cassie et Alex sont un couple marié non binaire. Après avoir perdu leur emploi dans la vente à cause de la pandémie, Alex a proposé de faire du porno et Cassie a immédiatement accepté. « Nous avons créé notre compte PornHub le soir même et nous avons posté notre première vidéo le lendemain », dit Alex.

Cassie et Alex travaillent presque exclusivement ensemble. Leur première vidéo a été vue par de nombreux spectateurs. « Elle a été visionnée 1 000 fois dès le premier jour. Du coup, nous avons commencé à envisager d’en faire un travail à plein temps, dit Cassie. Actuellement, c'est notre seul revenu. Idéalement, ça le restera. »

Publicité

Si les gens ont toujours aimé le porno, sa popularité a considérablement augmenté tout au long de la pandémie : non seulement de plus en plus de gens en regardent, mais de plus en plus de gens en produisent et en vendent également. OnlyFans a fait état d'une augmentation significative des inscriptions de nouveaux créateurs de contenu pour adultes, dont certains sont des travailleurs licenciés qui cherchent à gagner un revenu par le biais du travail sexuel en ligne. Certains s’associent à leur partenaire de vie pour réaliser des vidéos, et de nombreux couples se rendent compte qu'ils aiment vraiment travailler ensemble devant une caméra. 

Le porno exige un travail d'équipe soigneusement coordonné et une importante planification logistique peu sexy, mais c’est encore plus vrai lorsque vous le faites avec un partenaire. Pour Cassie et Alex, cela veut dire établir un emploi du temps et discuter des détails de comment, quand et où tourner la vidéo. « Nous faisons des réunions le matin, avec notre café et nos agendas au lit. Nous planifions les scènes que nous voulons filmer dans la semaine et nous bloquons du temps pour les collaborations, explique Cassie. Nous leur présentons des idées sur des choses que nous avons vues et que nous n'avons pas essayées, ou dont nous avons entendu dire qu'elles étaient populaires. Nous avons des listes d'idées en cours d'élaboration. » 

Publicité

« Quand nous savons que nous allons filmer une vidéo spécifique, ce matin-là, nous discutons des détails relatifs à la production, dit Alex, y compris les tenues, les angles et le script. » Alex supervise les aspects techniques du travail, comme la mise en place de l'équipement, l'éclairage et le montage des vidéos, tandis que Cassie gère les réseaux sociaux du couple et les ventes sur ManyVids et JustForFans. Les revenus des ventes de vidéos sont partagés à parts égales et directement versés sur leur compte commun pour payer les factures et le loyer. « Nous aimons travailler ensemble, dit Alex. C'est comme si nous avions un date tous les jours. » 

D'autres interviennent pour filer un coup de pouce à la personne qu'ils aiment. Avant la pandémie, Mary Moody travaillait comme camgirl, principalement en solo. Son petit ami, Justin Case, l’aidait ici et là, parallèlement à sa maîtrise et à son job à plein temps de consultant en développement commercial et en marketing. « Justin m'a soutenue dès le début de ma carrière et a toujours été prêt à m'aider dans les affaires, le tournage ou les aspects techniques », dit Mary Moody. Il a déjà fait des apparitions dans les contenus de Moody, puisqu'ils font des vidéos ensemble pour le plaisir et, selon Case, pour se sentir plus proches sexuellement.

Case a commencé à s’investir davantage dans le travail de Moody quand ils ont emménagé ensemble l'année dernière, au début de la pandémie. Ils ont transformé leur maison en un studio de cinéma vivant, équipé de panneaux sonores de qualité professionnelle, de connexions internet haut débit et de nouveaux meubles. « Presque toutes les pièces de la maison sont équipées pour le tournage, dit Moody. Chaque fois que nous achetons quelque chose, nous nous demandons si ça passera bien à la caméra ou si ce sera difficile à manœuvrer. » 

Publicité

Maintenant qu'il a obtenu son diplôme et qu'il télétravaille, Case aide Moody pour installer les lumières et l'équipement de caméra pour ses shows en direct et ses vidéos en solo. Une pièce leur sert de bureau, une autre pour le stockage. « Comme Justin ne se montre pas, nous faisons en sorte qu'il puisse toujours se déplacer sans apparaître sur la caméra, dit Moody. Nous devons beaucoup déplacer les choses. Sinon, les chiens ont tendance à renverser les lumières. » 

Le fait d'avoir un partenaire de scène occasionnel en interne permet à Moody de garder ses fans actuels engagés, tout en attirant de nouveaux clients payants qui apprécient les vidéos de couples. « Étant donné que je ne tourne plus avec d'autres travailleurs du sexe à cause du Covid, la présence de Justin m'aide à garder un contenu original », explique Moody. 

Mary Moody

Mary Moody chez elle. Photo publiée avec son aimable autorisation.

Case gère surtout la partie administrative. « Je travaille dans la technologie, donc j'aide beaucoup dans ce domaine. Par exemple, je lui ai construit un serveur pour gérer tous les fichiers vidéo », explique Case, qui ne tire aucun crédit, ni de ses apparitions devant la caméra, ni de son travail dans les coulisses. « Honnêtement, c’est Mary la vedette, donc je ne me sens pas vraiment en droit de recevoir une rémunération pour le contenu qu’elle produit. Je préfère qu’elle m’invite à dîner au restaurant. Ou plutôt qu’elle me paie un UberEats, vu que nous ne pouvons pas sortir. »

Publicité

Pour certains couples, le porno est plutôt une activité secondaire pour contrer l’ennui. Gabe et Michaé, qui sont tous les deux trans, ont lancé leur page OnlyFans lors d'une soirée romantique passée ensemble au début de la pandémie. Ils travaillent tous deux à plein temps dans le secteur associatif et ont demandé à être identifiés par leur seul prénom afin de protéger leur statut professionnel. Les revenus supplémentaires de leur OnlyFans les aident à arrondir leurs fins de mois, mais c’est surtout un moyen amusant de passer le temps. « Nous aimions l’idée d’être regardés par d'autres personnes, mais le but était aussi d'offrir une visibilité aux couples et aux personnes transgenres », explique Michaé. Ils divisent leurs revenus de manière égale et utilisent l'argent pour payer le matériel de tournage et leurs escapades occasionnelles en amoureux.

« Le porno m'intéressait depuis un moment, dit Gabe. Michaé avait déjà travaillé comme camgirl et me disait de me lancer. J’ai pensé que ce serait marrant de le faire ensemble. » Gabe et Michaé ont loué une chambre d'hôtel, tourné leurs premières vidéos et les ont mises en vente sur Internet. 

Gabe and Michaé

À gauche : Michaé. À droite : Gabe. Photo publiée avec leur aimable autorisation.

Mais le travail en couple n’est pas toujours de tout repos. Parfois, des sentiments de jalousie apparaissent lorsque des fans expriment un intérêt pour un partenaire indépendamment de l’autre, ou lorsqu’ils font des critiques sur leurs performances en tant que couple. « Il y a parfois de l'insécurité, comme dans toutes les relations, dit Gabe, mais nous faisons de notre mieux pour communiquer ; pour écouter les besoins de l'autre et respecter ses limites et ses capacités. » 

Chaque couple souligne l'importance de se voir comme des partenaires romantiques d'abord, et comme des collaborateurs ensuite. Mais pour Case et Moody, travailler ensemble est aussi une façon de s’investir dans la relation. « Avant Case, je n'avais jamais vraiment eu de relation où je sentais que mes objectifs étaient importants pour mon partenaire, dit Moody. C'était vraiment un choc pour moi de voir à quel point Justin soutenait mon travail, et c'est une des raisons pour lesquelles je l'aime. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.