Crime

Les choses les plus étranges que j'ai vues en tant que détective privé

Les propriétaires de l'une des plus anciennes agences de détectives de Milan nous parlent de leur métier.
Niccolò Carradori
Florence, IT
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
7.10.21
détective privé
Photo publiée avec l'aimable autorisation de Mario et Francesco Caliò.

Quand j'étais enfant, je voulais être détective privé : en partie parce que mon jouet préféré était la version détective de Donatello des Tortues Ninja, et en partie parce que j'avais lu quelques romans de Raymond Chandler trouvés dans la bibliothèque de mon père. 

Bien sûr, j'ai découvert par la suite que la plupart des choses que nous associons à l'imaginaire du détective privé – les histoires ambitieuses, les fusillades, les moments de suspense – ne font pas partie du vrai métier. Il ne se faufile pas chez les gens, ne met pas leurs téléphones sur écoute et n'ouvre pas leur courrier à la vapeur.

Publicité

Pour en savoir un peu plus, j'ai contacté Mario et Francesco Caliò, un duo père et fils qui dirige l'agence de détectives Europol à Milan, fondée en 1962 et active dans les enquêtes pour les particuliers et les entreprises. Ensemble, ils m'ont raconté certaines de leurs aventures les plus étranges. 

Dépenser, dépenser, dépenser 

Il y a quelques années, une grande entreprise nous a chargés d'enquêter sur un éventuel cas d'espionnage industriel dont elle faisait l'objet. Sachant que quelqu'un essayait de voler des informations précieuses à notre client, nous avons dû nous infiltrer et approcher le directeur de la concurrence. Nous savions qu'il avait soi-disant rencontré des clients dans un hôtel très huppé d'une destination touristique très huppée. 

Le client avait été très clair : pour créer la confiance dans certains cercles, nous devions vraiment faire étalage de notre richesse. Il nous a expliqué que les notes de frais n’étaient pas un problème, la seule recommandation étant d'être toujours en tenue de soirée et de dépenser minimum 1 000 euros par jour pour se faire dorloter. Nous avons donc fait faire de beaux costumes sur mesure, parfaits pour nous faire passer pour deux courtiers supervisant un fonds depuis le Luxembourg. Nous avons passé nos journées à offrir du champagne aux clients de l'hôtel (y compris le directeur rival en question). 

Publicité

Comme vous pouvez l'imaginer, c'est une affaire dont nous nous souvenons avec émotion. Après quelques jours inoubliables passés dans des voitures de luxe et des restaurants étoilés, nous avons atteint notre objectif. Nous avons même pu garder les costumes.

Le Maître 

À la fin des années 1970, une famille italienne m'a chargé (Mario) de retrouver son fils, qui avait disparu depuis des semaines. Mes recherches m'ont révélé qu'il s'était enfui à Amsterdam avec des amis. C'était à l'époque où la ville s'imposait comme la capitale européenne du cannabis. La famille m'a confié le soin de le localiser et de découvrir comment il vivait, de près.

Dès mon arrivée en ville, je me suis rendu à la Casa Rosso, qui était alors le lieu de rencontre des jeunes de tout le continent. C'est avec eux que je devais me mêler et pomper des informations. Il y avait une table où les gens fumaient et jouaient aux échecs et, étant moi-même un joueur passionné, j'ai proposé une partie. Le problème, c'est que pendant que nous jouions, ils n'arrêtaient pas de me passer des joints. Je n'avais jamais fumé avant ça. Ne voulant pas paraître déplacé, j'ai accepté. Ce soir-là, j'ai réussi des coups d'échecs assez extrêmes, le genre de trucs que je n'ai jamais réussi à faire depuis. J'étais si impressionnant ce soir-là qu'un groupe de stoners s'est formé autour de moi. Pour une nuit seulement, j'étais « le maître ». 

Publicité

C'est grâce à mes talents de joueur d'échecs défoncé que j'ai pu commencer à demander aux clients du bar s'il y avait d'autres Italiens à Amsterdam. Quelques jours plus tard, j'ai localisé le fils rebelle. 

Les escrocs du pointage

Il arrive qu'une entreprise nous engage pour enquêter sur ses employés. Il y a quelques années, un grand industriel nous a demandé de surveiller quatre de ses employés, car le rendement de leur département était bien inférieur aux normes habituelles.

Nous avons découvert qu'ils avaient trouvé des moyens de manipuler le système de pointage au travail. Profitant du contrôle minimal qu'une si grande entreprise exerçait sur leurs mouvements individuels, ils se couvraient mutuellement et pointaient à la place des autres afin de pouvoir se consacrer à d'autres activités professionnelles. L'un d'eux avait même ouvert un bar et y travaillait alors qu'il aurait dû être à l'usine.

Une trahison imaginaire 

Notre travail implique de reconnaître les conspirations et les trahisons – les clients en voient partout. Lorsque ces situations se présentent, nous devons faire très attention, non seulement pour le bien du client, mais aussi pour le nôtre : se laisser entraîner dans les méandres de la conspiration peut créer des problèmes pour notre agence.

Il y a quelque temps, nous avons travaillé avec une femme qui était convaincue que son mari la trompait. Elle devait se lever très tôt pour aller travailler et était certaine que dès qu'elle quittait la maison, d'autres femmes arrivaient, mais elle ne l’avait jamais pris sur le fait. Pas encore, en tout cas. Cela semblait être un cas assez ordinaire, alors nous avons commencé par suivre le mari. Il ne faisait rien d'anormal. Sa femme a refusé de nous croire, elle s'est même mise en colère et a commencé à nous bombarder d'appels. À un moment donné, elle nous a implorés de la rejoindre pour examiner une légère éraflure dans la cour. Selon elle, c'était la preuve que l'une des amantes de son mari avait utilisé une échelle pour pénétrer dans la chambre conjugale. 

Publicité

Après des semaines de cours incessants, nous avons été contraints de cesser toute communication avec elle. C'en était trop. Nous avons su par la suite que les convictions inébranlables de l'épouse avaient provoqué la fin du mariage.

Jouer sur les deux tableaux

Outre les trahisons imaginaires, il existe bien entendu des trahisons réelles. En fait, elles sont plus fréquentes que les trahisons inventées et apparaissent souvent dans les situations les plus improbables.

Une fois de plus, nous avions été engagés par une femme pour enquêter sur un mari infidèle – ce type était vraiment doué pour dissimuler toute trace d’adultère. Il était évident qu'il avait une liaison, mais il était si doué pour brouiller les pistes que nous n'avons pas pu le coincer au départ. Après quelques semaines de travail acharné, nous avons réussi à le coincer. Nous avons remis à sa femme les preuves que nous avions rassemblées et elle a demandé la séparation.

Puis les choses ont pris une tournure inhabituelle. Le mari a pris contact avec nous ! Il avait été tellement impressionné par le travail que nous avions effectué qu'il nous a demandé de travailler pour lui. Il voulait que nous enquêtions sur l'ex-femme pour savoir si elle avait fait quelque chose qui lui permettrait de payer moins de pension alimentaire lors du divorce. Nous avons refusé ; nous ne travaillons pas comme ça.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.