caractères japonais bouche qui parle
Collage : Hunter French | Images via Getty and Shutterstock 
Société

Parler japonais réduit-il le risque de coronavirus ?

Au-delà de la toux et des éternuements, ce que nous disons et comment nous le disons peut aussi avoir de l'importance.
08 juillet 2020, 7:28am

Lors de l'épidémie de SRAS de 2003, presque tous les cas suspects aux États-Unis étaient des personnes qui avaient récemment voyagé dans des régions du monde où le virus se propageait, comme la Chine. En juillet de cette année-là, Sakae Inouye, chercheur à l'Otsuma Women's University de Tokyo, a soulevé un fait surprenant : il y avait eu plus de touristes japonais que de touristes américains en Chine, et pourtant le Japon avait en quelque sorte échappé au SRAS, avec zéro cas officiellement signalé.

Dans une lettre adressée à la revue médicale The Lancet, il explique que le SRAS pourrait se transmettre plus facilement dans certaines langues, à savoir le chinois et l'anglais, en raison de la quantité d'air qu'il faut inspirer et expirer pour produire les sons communs de ces langues.

En chinois, « les consonnes p, t, k, q, ch et c, lorsqu'elles sont placées devant des voyelles, sont prononcées avec une forte expiration », écrit-il. En anglais, p, t et k sont également prononcés en expirant, mais pas en japonais. Il note également que le son « p » n'est pas souvent utilisé en japonais.

Il fait valoir qu'un Chinois s’adresserait principalement en anglais à un voyageur américain : « Par conséquent, je pense que les touristes américains seraient plus exposés aux gouttelettes infectieuses que les touristes japonais. »

L'idée que la transmission de la maladie pourrait changer en fonction de la langue a été de nouveau évoquée lors de l'actuelle pandémie mondiale de Covid-19.

Le 14 mai, le Japon a commencé à lever son état d'urgence, environ deux semaines plus tôt que prévu. Ses nouveaux cas de Covid-19 ont chuté à environ 0,5 pour 100 000 personnes, et ce sans qu'il y ait eu de stricte distanciation sociale ou de tests généralisés comme dans d'autres pays.
« Le Japon vient-il de vaincre le virus sans confinement ni tests de masse ? » s’interrogeait récemment Bloomberg. Même à Tokyo, la ville la plus peuplée du monde, le nombre de cas est tombé à un chiffre.

Des hypothèses ont circulé sur Internet quant aux raisons pour lesquelles le Japon s'est sorti si facilement de la crise. Hitoshi Oshitani, virologue et expert en santé publique à l'université de Tohoku, a déclaré au magazine Science qu'ils ont identifié des groupes d'infections pour prévenir leur propagation et ont exhorté les gens à éviter les espaces clos, les foules et les environnements de contact étroit où les gens parlent face à face. D'autres facteurs ont pu contribuer à stopper la propagation de l'infection au Japon : une culture du port du masque qui existait déjà et une grande réactivité pour retrouver les personnes infectées.

Mais la question de la langue a refait surface : peut-être que la langue japonaise produit moins de particules virales à transmettre aux autres. En mai, une vidéo de la télévision japonaise a commencé à circuler sur Twitter, récoltant plus de 40 000 réactions. Elle montre une femme disant « Ceci est un stylo », d'abord en japonais, puis en anglais, avec un tissu blanc accroché devant son visage. Lorsque la femme parle anglais, l'expression fait trembler le tissu avec l’air émis par sa bouche ; lorsqu'elle parle japonais, il reste presque entièrement immobile.

On pense que le coronavirus se transmet entre les personnes par le biais de gouttelettes respiratoires, qui peuvent tomber et atterrir sur des surfaces, puis être portées au visage des gens par le toucher. La toux et les éternuements sont les principales causes de transmission de ces particules, qui sont souvent assez grandes pour être vues à l'œil nu.

Mais la parole normale peut aussi produire des particules plus petites que nous ne pouvons pas voir, mais qui sont suffisamment grosses pour transporter des virus pathogènes. La question de savoir dans quelle mesure le Covid-19 peut se propager dans l'air via ces petites particules, ou aérosols, a fait l'objet d'un débat. Les rapports sur les cas de transmission dans les chorales, les restaurants et les centres d'appels suggèrent qu'il est possible que le SRAS-CoV-2 s'accroche à des particules d'aérosol et reste en suspension dans l'air.

Deux études récentes ont montré que la parole normale peut émettre des milliers de petites particules qui peuvent rester dans l'air pendant plus de dix minutes. Une autre étude récente a révélé que certains sons de la parole produisent plus de particules que d'autres. Par exemple, plus de particules sont émises lors de la prononciation de phrases comportant de nombreuses voyelles. « Dire iiii libère plus de particules que dire ahhh », a déclaré William Ristenpart, ingénieur chimiste et expert en phénomènes de transport à l'université de Californie, à Davis. Dans une étude publiée en janvier, Ristenpart et ses collègues ont découvert que le fait de dire « L'arc-en-ciel est une division du blanc » produit bien plus de particules que la phrase « Un signe des dieux pour prédire la guerre ».

Malgré cela, nous ne sommes pas encore en mesure d'identifier une langue particulière comme étant plus ou moins risquée pour la transmission. Selon Ristenpart, le volume de la langue parlée par une personne peut l'emporter sur les différences linguistiques individuelles. L'équipe a constaté que certaines personnes, malgré leur langue ou leur volume, semblent émettre beaucoup plus de particules que d'autres lorsqu'elles parlent. Selon plusieurs experts, les variations dans les différents types de discours, de respiration et de chant doivent être analysées et étudiées, d'autant plus que les recommandations de santé publique portent sur le port du masque, la distance et l'endroit où les gens peuvent se rassembler (et parler), et les types d'activités impliquant de parler ou de chanter qui peuvent être pratiquées à l'intérieur, quelle que soit la langue.

Une étude des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) publiée en mai a révélé que, dans une chorale de l'État de Washington, une personne a transmis le coronavirus à 52 autres personnes au cours d'une répétition de deux heures et demie. Deux patients infectés sont morts par la suite.

Ce n'est pas la première fois que le chant – l’équivalent d’une conversation bruyante et prolongée – est lié à la propagation d'une maladie. Dans les années 1960, des chercheurs ont étudié comment le chant pouvait contribuer à la propagation de la tuberculose. Ils ont constaté que le nombre de gouttelettes émises dans l’air par le chant était six fois plus élevé que celui produit par la parole, et à peu près identique à la toux.

Plus récemment, une étude publiée dans le Journal of Aerosol Science a révélé que le fait de compter de 1 à 100 libère six fois plus de particules que le fait de tousser une fois. En 2009, une étude a montré qu'une toux continue pendant 30 secondes libérait deux fois moins de particules que le fait de dire « ahhh » pendant 30 secondes.

On pense que ces particules proviennent de la couche muqueuse qui tapisse les voies respiratoires, et qu’elles sont très petites : environ 1 micron de diamètre (un micron est un millionième de mètre). Nous savons que ces minuscules particules peuvent transporter d'autres agents pathogènes. De même, des recherches menées en 2016 et 2018 ont révélé la présence de grippe infectieuse dans des particules émises par des personnes infectées par la grippe qui ne toussaient ou n'éternuaient pas, mais respiraient simplement naturellement.

Ces particules pourraient constituer un risque d'infection encore plus important, car elles restent plus longtemps dans l'air (car elles sont très légères) et pourraient pénétrer encore plus loin dans les voies respiratoires. Et comme la parole est plus courante que la toux ou les éternuements, elle a plus de chances de libérer des particules.

Une étude publiée en mai dans The Proceedings of the National Academy of Sciences a révélé que la parole peut propulser des milliers de minuscules gouttelettes d'aérosol dans l'air, qui peuvent échapper à la gravité et rester en suspension dans l'air pendant 8 à 14 minutes.

« Ristenpart et ses collègues ont écrit dans leur article que leurs recherches suggèrent que la transmission des agents pathogènes respiratoires en suspension dans l'air peut être modulée par les caractéristiques phonétiques de la langue parlée »

Les chercheurs ont demandé aux gens de dire l'expression « stay healthy » (« rester en bonne santé ») et ont ensuite mesuré les gouttelettes émises : environ 2 600 gouttelettes par seconde ont été produites. Bien que les sujets de l'étude ne soient pas malades, les chercheurs ont utilisé des informations provenant d'études précédentes et ont estimé qu'une minute de parole à haute voix pouvait produire 1 000 gouttelettes contenant le virus. « Pour les personnes asymptomatiques, les gouttelettes de salive créées en parlant simplement, sans éternuer ni tousser, représentent probablement la majorité des gouttelettes qu'une personne expulse, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer combien de particules virales sont présentes dans les gouttelettes générées par la parole », a déclaré Lisa Yuan, porte-parole de l'étude, à l'Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales.

Les différents types de conversation n'ont pas été examinés de si près, et encore moins les différentes langues. Dans le passé, la recherche s'est concentrée sur la comparaison entre la parole et la toux, selon Ristenpart, et non sur la comparaison de différents phonèmes, les composantes sonores de base de la parole.

En janvier, Ristenpart et ses collègues ont examiné comment différents phonèmes pouvaient affecter l'émission de particules. Ils ont demandé aux participants de prononcer des sons simples et des mots de deux syllabes (baba, papa, maman), puis de lire une section de texte appelée « Le passage de l'arc-en-ciel », couramment utilisée dans la recherche linguistique, d'où sont tirées les phrases susmentionnées : « L'arc-en-ciel est une division du blanc » et « Un signe des dieux pour prédire la guerre ».

Ils ont découvert que certains phonèmes ont une corrélation avec une production de particules plus élevée. La voyelle /I/ – qui est le son émis lorsque les mots « need » et « sea » (« besoin » et « mer ») sont prononcés – produit plus de particules que /ɑ/ – le son des mots « saw » et « hot » (« scie » et « chaud »). Les voyelles ont tendance à être prononcées plus fort, et le son est émis sans aucune obstruction dans le conduit vocal, ce qui signifie qu'il n'y a pas de barrière à l'émission de particules.

Toutes les langues ont des phonèmes différents qui sont utilisés le plus fréquemment, ainsi que des vitesses de parole différentes. Ristenpart et ses collègues ont écrit dans leur article que leurs recherches suggèrent que la transmission des agents pathogènes respiratoires en suspension dans l'air peut être modulée par les caractéristiques phonétiques de la langue parlée.

Les différences entre les phonèmes de la langue japonaise ne sont pas suffisantes pour expliquer pleinement pourquoi les cas de Covid-19 dans le pays ont diminué si rapidement. Ristenpart a souligné que de nombreux facteurs déterminent la transmission, et pas seulement la parole. Cela ne dépend pas seulement du nombre de particules libérées, mais aussi de l’endroit, du débit d'air dans l'environnement, de la durée d’exposition aux particules infectieuses et de la réaction du système immunitaire de l’individu si ces particules pénètrent dans son corps. « Il y a tellement de choses à prendre en compte, dit Ristenpart. Peut-être que le choix de la langue parlée joue un rôle, ou peut-être que les Japonais ont naturellement tendance à se tenir un peu plus à l'écart, à parler plus calmement, ou peut-être qu'ils parlent tout simplement moins. »

« Certaines personnes parlent très souvent à un volume assez élevé, donc elles vont émettre plus de particules. Mais d’autres personnes, pour des raisons que nous ne comprenons pas, émettent beaucoup plus de particules que les autres » – William Ristenpart, ingénieur chimiste

Même Inouye, qui a été le premier à publier un article disant que les Japonais pourraient émettre moins de particules, a émis une hypothèse différente un an plus tard, dans une lettre adressée à Improbable Research : « Ma nouvelle hypothèse est la suivante : les Japonais ne se serrent pas la main lorsqu'ils saluent ; ils s'inclinent », a-t-il écrit.

La propagation de l'agent pathogène peut être légèrement influencée par le langage, mais certaines personnes produisent tout simplement plus de particules lorsqu'elles parlent. L'étude de 2019 a également révélé qu'un petit nombre de personnes étaient des « super-émetteurs », qui produisaient régulièrement beaucoup plus de particules que les autres, malgré le langage qu'ils utilisaient ou le niveau sonore avec lequel ils parlaient. « Nous appelons cela l'hypothèse de la grande gueule, dit Ristenpart. Certaines personnes parlent très souvent à un volume assez élevé, donc elles vont émettre plus de particules. Mais d’autres personnes, pour des raisons que nous ne comprenons pas, émettent beaucoup plus de particules que les autres. »

Il pourrait y avoir des raisons physiologiques inconnues qui font de quelqu'un un « super-émetteur » de parole, et nous avons besoin de plus de recherches pour les comprendre. Néanmoins, Ristenpart estime que le langage – les sons qui sont produits et le volume auquel ils sont émis – devrait être une considération épidémiologique, en particulier lorsqu'on examine pourquoi un pays donné a des taux d'infection élevés ou faibles.

Dans un récent éditorial paru dans Science, des scientifiques de l'Université nationale Sun Yat-sen de Taiwan et de l'Université de Californie à San Diego ont écrit qu'ils pensaient qu'une grande partie des infections de Covid-19 « semble se produire par transmission d'aérosols produits par des individus asymptomatiques pendant la respiration et la parole ».

Ils ont fait valoir que pour que la société puisse rouvrir, des mesures doivent être prises pour reconnaître et traiter cette transmission d'aérosols, comme par exemple demander aux gens de porter des masques. Les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé concernant le lavage des mains et la distance de 1,5 mètre sont basées sur des études des années 1930, qui ont montré que les grosses gouttelettes provenant de la toux et des éternuements tombent rapidement. « Mais lorsque ces études ont été menées, la technologie permettant de détecter les aérosols mesurant 1 micron ou moins n'existait pas, écrivent les auteurs. Étant donné le peu de connaissances que nous avons sur la production et le comportement dans l’air des gouttelettes respiratoires infectieuses, il est difficile de définir une distance de sécurité pour la distanciation sociale. »

En fin de compte, il est beaucoup moins risqué de se rencontrer à l'extérieur, à une distance d'au moins 1,5 mètre, car « lorsque nous sommes à l'extérieur, les gouttelettes produites par la parole sont rapidement dispersées dans l'espace qui nous entoure, donc chaque fois que nous pratiquons la distanciation physique, la probabilité de transmission devient automatiquement plus faible », explique Yuan. « Il serait sage d'éviter les longues conversations en face à face avec d'autres personnes, à moins d'être loin d’elles et dans un espace bien aéré, même à l'extérieur », a déclaré au New York Times Linsey Marr, professeure de génie civil et environnemental à Virginia Tech.

Pourtant, en mai, le gouvernement Trump a publié des directives pour la réouverture des églises et autres lieux de culte. Il a supprimé les avertissements sur le chant qui recommandaient à l'origine de « suspendre ou du moins de diminuer le recours aux chœurs/ensembles musicaux pendant les offices ».

C'est inquiétant, surtout quand on connaît la raison évoquée par les CDC pour expliquer pourquoi les membres de la chorale de Washington étaient si vulnérables à l’infection : « Les membres ont été exposés de manière intense et prolongée, alors qu’ils chantaient tout en étant assis à seulement vingt centimètres de distance les uns des autres, émettant peut-être des aérosols. »

Ce fait révèle une autre différence avec le Japon qui a plus à voir avec la politique de santé publique qu’avec ce qui est dit. Même au Tokyo Disney Resort et aux studios Universal Japon, les nouvelles mesures de sécurité recommandent aux visiteurs de ne pas crier sur les montagnes russes.

Nous ne savons toujours pas avec certitude quelles activités où nous expirons – que ce soit respirer, parler, tousser, crier, chanter ou éternuer – sont les plus risquées en matière de transmission de maladies, qu'il s'agisse du Covid-19 ou de futures épidémies. Ristenpart a cependant une idée : « Voici une mesure de santé publique qui serait facile à mettre en œuvre : encourager chacun à parler comme s'il était dans une bibliothèque. »

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard__.