FYI.

This story is over 5 years old.

reportage

Une journée dans un centre de rééducation pour animaux

Le centre Alforme soigne chiens, chats et perroquets à grand renfort de tapis de course, de ballons et de piscines.
26 mars 2015, 6:00am

Gibson, récemment opéré d'une hernie discale, vient faire sa troisième séance de tapis de course aquatique. Toutes les photos sont de Paul Villard

En 2013, le centre de rééducation pour animaux Alforme ouvrait ses portes. Aujourd'hui, il accueille entre 15 et 20 patients par jour. Cet endroit situé dans la commune de Maisons-Alfort a été créé par le vétérinaire Artem Rogalev, qui a fait ses armes à l'Unité de médecine de l'élevage et du sport – laquelle utilise la physiothérapie pour animaux depuis 1996. Au départ, cette pratique était uniquement réservée aux animaux de « travail », comme les chiens-sauveteurs et les chevaux. Petit à petit, des animaux « ordinaires » ont également pu profiter de ces différents traitements pour tenter de soigner leurs maux.

Mais contrairement aux pays anglo-saxons où la pratique est répandue depuis les années 1980, la physiothérapie animale reste relativement confidentielle en France. Quand on y pense, il semble assez logique que les animaux, comme les humains, puissent être soignés grâce aux mêmes techniques. Pourtant, même les assurances animales commencent tout juste à prendre en charge les soins prodigués chez Alforme. La physiothérapie animale s'inspire de la médecine humaine avec des machines, comme les ultrasons ou les ondes de choc, qui sont les mêmes que celles utilisées pour les hommes. Comme chez les humains aussi, les animaux doivent faire plusieurs séances pour obtenir des résultats.

Spok, le chien du vétérinaire, travaille son équilibre sur un ballon

Chez Alforme, tout commence par une consultation avec le vétérinaire pour déceler les maux qui touchent l'animal, afin de mettre en place un protocole pour les atténuer ou les faire disparaître. Il peut se voir prescrire des séances de tapis roulant sec, de travail d'équilibre avec des ballons, d'applications de chaud et de froid, d'étirements, d'électrostimulation, d'ondes de choc, de laser, d'ultrasons, de piscine, de tapis roulant aquatique et même de bain bouillonnant – même si ce dernier sert aussi pour les chiens qui veulent venir faire une séance de bien-être.

Environ 60 % des patients viennent se faire soigner pour de l'arthrose, une paralysie ou une rupture des ligaments croisés. Il peut aussi s'agir d'une cure de remise en forme pour des animaux en surpoids ou âgés. Il s'agit à 95 % de chiens et à 5% de chats même si à de rares occasions un lapin, un furet ou même un perroquet – qui s'était coincé une aile entre deux barreaux de sa cage –, sont venus suivre une rééducation chez Alforme. Une fois le protocole établi et les techniques choisies, l'animal fera en moyenne dix séances avant qu'un bilan ne soit effectué pour voir les améliorations.

L'auxiliaire vétérinaire tente de faire sortir First de l'eau

Le premier patient de la journée est un Leonberg de cinq ans baptisé First. Cet imposant patient de 72 kg a un déficit de musculature au niveau des pattes arrière. Pour préparer ses vieux jours, sa maîtresse l'emmène une fois par semaine chez Alforme pour qu'il puisse se muscler. Aujourd'hui, c'est sa huitième séance. La dernière fois, First a essayé le tapis roulant aquatique, mais il n'a pas bien compris le mode de fonctionnement de l'engin et a presque failli le casser. Du coup, pour cette séance, ça sera douze minutes de piscine. Même si le monte-charge est assez robuste, l'auxiliaire vétérinaire a un peu du mal à faire entrer First dans la piscine. Une fois immergé, on lui met un harnais pour le maintenir. C'est alors que commence la séance d'exercice pour le chien, qui se met instinctivement à nager au lieu de se laisser flotter.

Au bout de quelques minutes, First commence à en avoir un peu marre de barboter et un hamburger en plastique qui couine n'est pas de trop pour tenter de le maintenir dans la piscine. Après douze minutes d'efforts intenses, la manipulation pour extirper le chien de l'eau s'avère encore plus difficile que pour l'entrée dans le bassin. Le chien glisse sur le monte-charge, met de l'eau un peu partout et se secoue dans tous les sens pour sécher son poil. Après un bon shampoing, il n'a qu'une envie – sortir au plus vite du centre pour aller dormir.

Ina pendant une séance d'ultrasons

Dans un registre plus petit, Ina, une sharpei d'un an et demi, vient pour sa septième séance d'ultrasons. Elle souffre d'une luxation de la rotule congénitale et boîte en marchant. Les ultrasons ont une action chauffante qui permettent de détendre l'articulation. La petite chienne tremble comme une feuille pendant la séance et n'a pas l'air très à l'aise. Elle passe ensuite au tapis roulant aquatique, où elle semble dans son élément. La vitesse du tapis est réglée en fonction des capacités de l'animal et est augmentée au fur et à mesure de la séance. À cause de l'eau, le chien doit fournir un effort supplémentaire pour pouvoir avancer tout en faisant des mouvements plus doux. Au bout de quinze minutes d'efforts, la petite patiente commence à fatiguer et il est l'heure de la laisser vaquer à ses occupations de chien.

Ensuite le vétérinaire Artem Rogalev utilise ses deux chiens personnels, Spok et Bémol, pour nous faire des démonstrations de travail d'équilibre. Très vite, ils se jettent sur les ballons et le tapis de course. Ils nous offrent une magnifique prestation de « figures » sur ballon sur lequel ils arrivent à tenir avec leurs quatre pattes assez facilement. Toujours aussi à l'aise, ils enchaînent les slaloms et les sauts de petits obstacles avec toujours autant d'aisance et de dextérité. Ces deux chiens sont en pleine forme, et Artem leur fait faire les ateliers pour tester de nouveaux exercices. Toujours est-il que les deux chiens s'exécutent sans broncher – mais uniquement quand ils obtiennent une petite friandise pour les encourager.

Felindra pendant sa séance d'électrostimulation

Vient ensuite le tour de Félindra, une petite chatte de six mois qui a chuté du 3 ème étage. Elle souffre de trois fractures différentes et est paralysée du bas de la colonne vertébrale jusqu'aux pattes arrière. C'est sa quatrième séance d'électrostimulation ; le but est de conserver la masse musculaire de sa moelle épinière afin qu'elle puisse remarcher correctement lorsque ses fractures seront guéries. Pendant la séance, ses muscles se contractent sans qu'elle ne sente rien, seuls ses réflexes font bouger ses pattes.

Une fois les quinze minutes écoulées, le vétérinaire décide de la faire marcher. Félindra rampe tant bien que mal sur ses deux pattes avant et il faut bien l'avouer, c'est d'une tristesse absolue. Artem décide quand même de la mettre à l'essai sur le tapis roulant sec. Au bout de dix minutes, le miracle se produit : à intervalles irréguliers, la chatte arrive à s'appuyer sur ses pattes arrière et esquisse quelques pas.

Benji, opéré récemment d'une hernie discale, vient faire sa séance d'ultrasons

L'après-midi, d'autres petits patients ont défilé pour venir faire leur séance hebdomadaire de physiothérapie. Tous les animaux que nous avons vus étaient motivés et coopératifs. Il faut savoir que ce n'est pas toujours le cas – certains se laissent vulgairement flotter dans la piscine, d'autres se laissent emporter par le tapis roulant aquatique ou refusent carrément de courir sur le tapis sec.

De plus, la rééducation animale ne peut se faire que si le maître est décidé à tout faire pour aider son animal car le vétérinaire donne également des exercices à faire à la maison. Comme chez les humains, les résultats de la physiothérapie sont variables selon les individus et les pathologies. Pourtant, sur tous les patients que nous avons pu suivre, chacun avait fait des progrès à son rythme. Tous les maîtres s'accordent à dire que la physiothérapie est une alternative certes onéreuse mais qui fait ses preuves. Pour ma part, voir des chiens barboter dans l'eau pendant toute une journée fut l'une des choses les plus mignonnes qu'il m'ait été donnée de voir.

Cliquez ci-dessous pour découvrir le reste des photos

Spok monte de lui-même sur le tapis de course sec – selon son maître, « il adore ça »

First se muscle pendant sa séance dans la piscine

Le vétérinaire essaye de faire marcher Felindra mais elle n'arrive pas à se reposer sur ses pattes arrière