Des détenus palestiniens font passer du sperme à leur femme dans les prisons israéliennes
LE NUMÉRO TOUT CE QU'IL Y A DE PLUS PERSONNEL

Des détenus palestiniens font passer du sperme à leur femme dans les prisons israéliennes

Pour les Palestiniennes, le fait de tomber enceinte est devenu une véritable forme de résistance.
1.7.16

Hana El Zanen, 27 ans, est la mère de Hassan. Son enfant d'un an est né par FIV. Son mari Tarner, 29 ans, a été condamné six fois à perpétuité. Il a été arrêté dans cette pièce. Gaza, Palestine.

Cet article est extrait du numéro « Tout ce qu'il y a de plus personnel »

On estime qu'entre 6 000 et 7 000 Palestiniens – catégorisés en tant que « détenus de sécurité » – purgent leur peine dans une prison israélienne. L'État d'Israël choisit de les détenir si leurs crimes, présumés ou avérés, sont considérés comme des menaces potentielles pour la sécurité nationale. Privés de visites conjugales, ces prisonniers ne peuvent pas voir leur famille plus de 45 minutes, à raison d'une fois toutes les deux semaines. Si les Palestiniens sont physiquement tenus à distance de leur conjoint(e) ou de tout adulte qui vient les voir, ils ont néanmoins l'autorisation de jouer avec leurs enfants pendant dix minutes à la fin de chaque visite. Là, certains des hommes font passer du sperme à leur femme afin qu'elles puissent concevoir des enfants par fécondation in vitro (FIV).

Publicité

Il a fallu attendre avril 2013 pour que les autorités religieuses de Palestine prennent position sur la FIV. Depuis, cette procédure est acceptée dans des circonstances spécifiques. Dans un décret religieux, le Conseil suprême palestinien a détaillé ces contraintes ; cette technique est ainsi limitée aux hommes purgeant une peine de longue durée, dont le mariage a été consommé avant leur emprisonnement, et qui n'ont aucun autre moyen de concevoir. Le couple doit également remplir des papiers, et leur famille doit être à même de confirmer que l'échantillon de sperme appartient bien à l'homme.

Les centres de fertilité des territoires occupés proposent de plus en plus de FIV gratuites aux femmes de détenus. La clinique de Razan, à Naplouse, et celle d'al-Basma, à Gaza, ont congelé un nombre considérable d'échantillons de sperme issu de prisonniers. Ces quatre dernières années, on estime que quarante bébés de femmes de détenus palestiniens seraient nés par FIV.

Lydia Rimawi m'a expliqué qu'elle et d'autres femmes de détenus pensaient que leurs maris finiraient par être libérés, et qu'ils auraient une famille pour les accueillir. C'est cet espoir qui les encourage à tout faire pour tomber enceintes. Rimawi pense également que c'est une manière de perpétuer la résistance palestinienne.

Des jumeaux nés par FIV, dans l’hôpital principal de Gaza. Cette technique de procréation mène fréquemment à la naissance de jumeaux. Gaza, Palestine.

Les prisonniers stockent du liquide séminal dans des tubes ou de vieux stylos, qu’ils cachent et font ensuite passer à leur famille. Bethléem, Palestine.

Au centre médical Razan, un technicien isole le sperme d’un échantillon pour le congeler. Naplouse, Palestine.

Lydia Rimawi et son fils de 2 ans, Majd, né par FIV. Le village de Rimawi est situé entre Ramallah et Naplouse. Elle quitte sa maison à 5 heures du matin, prend un taxi pour aller jusqu’à la route principale, où elle attend le bus pour Ramallah. Elle prend ensuite un deuxième bus – mobilisé par la Croix-Rouge – vers la frontière israélienne, qu’elle traverse à pied. Elle embarque finalement dans un dernier bus pour se rendre à la prison. Son mari a été arrêté en 2001 et condamné à vingt-cinq ans de prison. Rima, Palestine.

Dans la maison d’Iman Barghouti, dont le mari a écopé d’une peine de prison à perpétuité. Elle garde ses effets personnels et range sa maison comme s’il allait rentrer d’un jour à l’autre. Ramallah, Palestine.

Fateh, 54 ans, est grand-mère de jumeaux nés par FIV. Bethléem, Palestine.

Un portrait d’Atta Abdelgami, 45 ans, qui a écopé de trois condamnations à perpétuité. Il est marié à Rula Ali Ahmed Abdelgami, 32 ans. Ils ont deux enfants nés par FIV. Tulkarem, Palestine.

Une femme rend visite à son mari dans la prison d’Ofer où sont enfermés de nombreux Palestiniens, à proximité de Ramallah. Cisjordanie, Palestine.