Interviews

L'Adolescent qui aide Donald Trump à conquérir le monde

Edward Bourke, 15 ans, gère un site Internet et un compte Twitter – mais son activité préférée est de promouvoir la politique de Trump en classe.

par Julian Morgans; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
23 Mars 2016, 6:00am

Il y a quelques mois, Edward Bourke, 15 ans, a regardé un reportage sur les présidentielles américaines à la télévision. « J'ai toujours eu du respect pour Donald Trump », a déclaré Ed. « Mais la vidéo diffusée le faisait passer pour un raciste. En faisant des recherches, j'ai réalisé que la vidéo avait été montée de façon mensongère. »

Ed a expliqué que Trump avait parlé de l'immigration, mais que la partie la plus représentative de ses opinions avait été coupée. Ce fut une révélation. En regardant la télévision, Edward a réalisé que le reste du monde n'entendait que la moitié des propos de Donald Trump, et que personne ne comprenait vraiment ses points de vue politiques. Il s'est dit que la situation devait changer, et que c'était à lui de faire bouger les lignes.

Ed est le P.-D.G. de sa propre association caritative pour la préservation des lions, savingthelion.org.

On pourrait penser que c'est un drôle de coup de tête, mais Ed s'implique déjà beaucoup dans les causes qui lui tiennent à cœur : le changement climatique, la préservation des lions et la généalogie. Lancer une campagne de plus semblait donc être la bonne chose à faire.

Edward a d'abord lancé @TrumpTriumph sur Twitter, qui compte 584 followers à l'heure où j'écris ces lignes. Il a ensuite créé un site, thetrumpcampaign.com, qui présente les politiques et les qualifications de Trump. Si les deux pages visent à fournir des informations équilibrées sur la campagne de Trump, Edward pense que sa meilleure tactique est d'impliquer ses camarades de classe dans le débat. « Après quoi, ils rentrent chez eux et en parlent à leurs parents, leurs amis, etc. »


Edward vit avec ses parents dans une ferme de 10 hectares (avec deux-trois moutons et quelques poulets) dans le village de Mount Macedon, à une heure de Melbourne. Je lui ai demandé à quel endroit il voulait que l'on se rencontre, ce à quoi il a répondu « au Sofitel ». C'est donc au Sofitel que j'ai retrouvé Ed et son père, tous deux en costume devant un verre d'eau minérale. « Papa devait conduire », m'a expliqué Ed, pas gêné pour un sou.

J'ai commencé par lui demander pourquoi. D'après Edward, les prouesses de Trump en matière de gestion du bilan économique font de lui le meilleur candidat pour l'Amérique. Il voit la dette nationale américaine (environ 19 mille milliards de dollars) comme une menace pour la stabilité mondiale et estime que les États-Unis ont besoin d'un conservateur fiscal pour régler d'autres problèmes tels que le changement climatique. Car oui, Ed se sent très concerné par le changement climatique, et d'après lui, Trump s'y intéresse également. « Si vous lisez certains propos de Donald Trump », déclare Ed, « vous verrez que son avis sur la science climatique a beaucoup changé ces dernières années. Il n'est plus contre, contrairement à ce que tout le monde pense ».


Ed présente donc un curieux mélange d'idées néoconservatrices, de préoccupations environnementales, additionnées d'une foi inébranlable en la monarchie britannique. « Un jour, mon professeur m'a fait sortir de classe parce que j'ai dit qu'il ne fallait pas que l'Australie devienne une république. Je pense que la reine est la meilleure dirigeante que l'on puisse espérer avoir. Ed m'a ensuite montré sa pince à cravate en or, en forme de lion – le « symbole de l'empire britannique ».

J'ai interrogé Ed sur les côtés moins tolérables de la mégalomanie de Trump, comme son penchant pour le racisme, le chauvinisme et la discrimination en général. Ed était d'accord pour dire que Trump racontait beaucoup d'idioties, mais il a insisté sur le fait que ses propos étaient souvent déformés pour exciter la droite américaine. « Ils aiment ce genre de discours », a-t-il déclaré.

Pour éviter toute confusion, Ed soutient certaines causes qui peuvent être considérées comme progressistes, telles que le mariage pour tous. Malgré cela, il se range du côté de Trump pour ce qui est de l'immigration. « Regardez l'Allemagne », explique-t-il. « Angela Merkel a laissé entrer tout le monde et maintenant les Allemands ont une vision très négative de l'immigration. Ils en sont venus à associer l'Islam avec les réfugiés, ce qui n'aide ni les musulmans ni les réfugiés ». Il croit justement que la politique de frontières solides de Trump encouragera les Américains à offrir l'asile ou l'aide étrangère.


Ed ajoute qu'à l'école, la plupart de ses camarades respectent ses idées. Quand ce n'est pas le cas, soit il les ignore, soit il essaie de les impliquer dans le débat , « et leur parle un peu de Trump ». Pour ce qui est de faire la fête et boire de l'alcool, Ed affirme que ça ne l'intéresse pas du tout. « Pour moi, une bonne soirée, c'est vendre des actions et gérer mes sites », m'a-t-il raconté. « Je préfère commencer par mettre ma vie en place et faire la fête plus tard ». Pour ce qui est des histoires de cœur, ce n'est pas une priorité non plus.

Pendant que Ed parlait, Mick, son père, mangeait tranquillement ses rouleaux de printemps. Il ne nous a pas interrompu et n'a pas essayé de clarifier quoique ce soit. Il a juste laissé parler son fils, partagé entre la fierté et l'amusement. « Ed a toujours eu ses intérêts et ses opinions », déclare Mick en souriant. « Parfois, il peut vraiment être emmerdant ».



Ed aime beaucoup la généalogie et a passé des heures à retracer l'histoire de sa famille.

Pour finir, nous avons fait quelques photos et nous avons parlé des centres d'intérêt de Ed, en dehors de Trump et du rationalisme économique. Pendant que je prenais les photos, Ed a ouvert un tableur qui retraçait la généalogie de sa famille des 1 000 dernières années. « J'ai toujours été très intéressé par la généalogie », explique-t-il. « J'ai même découvert que Guillaume le Conquérant était mon ancêtre ».

« Si vous connaissiez Ed, vous sauriez qu'il a raison à 100 % », a déclaré Mick, impassible.

Suivez Julian sur Twitter.