mensonges

Des profs nous ont listé les pires excuses d’élèves qu’ils avaient entendues

Au cas où vous auriez oublié, les étudiants passent plus de temps à préparer leur alibi qu'à faire leurs devoirs.

Yasmin Jeffery

Quand ils ne peuvent pas rendre leurs devoirs dans les temps, les étudiants sont prêts à déployer beaucoup d'efforts pour blâmer n'importe qui d'autre qu'eux-mêmes. Malheureusement, prétendre que votre grand-mère est décédée pour éviter un examen est loin d'être aussi crédible que vous le pensez – vos professeurs ont déjà entendu ça des milliers de fois auparavant.

Je voulais entendre le pire du pire, alors j'ai demandé à des maîtres de conférences de me raconter les excuses les plus pourries qu'ils avaient dû faire semblant de croire. (J'ai essayé de garder un équilibre des sexes, mais il faut croire que les femmes profs sont plus occupées que leurs homologues masculins, car aucune d'entre elles n'a voulu me parler.)

L'INVASION D'ABEILLES
David Liddle*, maître de conférences à l'université de Swinburne

Lors de ma première année d'enseignement, une étudiante était censée me rendre son travail final pour un cours sur les méthodes de recherche. Tous ses camarades sont venus pour la présentation de groupe, sauf elle. Elle m'a envoyé un mail après coup, lequel disait : « Désolée de ne pas avoir pu être présente pour la présentation, mais ma maison était entourée par un essaim d'abeilles géant et je n'ai pas pu en sortir ». Je lui ai répondu : « Des photos, sinon, c'est que ce n'est pas arrivé ! » Bien entendu, elle n'avait pas de preuve photographique, puisque ce n'était pas arrivé. Il s'agissait de son projet final et sa réussite en dépendait, c'est pour ça que son excuse m'a vraiment fait rire. Finalement, j'ai laissé passer et elle a pu repasser l'examen la semaine suivante, même si je ne suis pas censé accepter ça – mais il faut dire que son excuse était vraiment drôle.

Je suis plutôt cool pour ce qui est des excuses. Dès le début du semestre, je dis même à mes étudiants que s'ils ont du retard pour un devoir, il leur suffit de me fournir une excuse. C'est la seule condition pour que je leur accorde un délai supplémentaire. S'ils n'ont pas d'excuse, alors je ne peux rien faire pour eux.

Je ne me rappelle pas si la fille-abeille a eu une bonne note pour ce devoir, mais je me souviens qu'elle n'était pas particulièrement bonne élève. Mais ce qui est sûr, c'est qu'elle avait beaucoup d'imagination.

LE MAUVAIS BUS
Richard Burton, ma
ître de conférences à la City University de Londres

Il y a très longtemps, une de mes étudiantes n'est pas venue en cours et son amie s'est excusée pour elle. Elle est venue me dire que son amie s'était trompée de bus et qu'elle était vraiment désolée. Elle disait qu'elle était tête en l'air et qu'elle s'était rendu compte trop tard qu'elle allait dans la mauvaise direction. J'ai dit à son amie: « C'est vraiment marrant ça, parce que moi aussi j'étais dans le mauvais bus – celui qui m'a déposé juste devant la fac ». L'étudiante n'avait même pas remarqué qu'elle était assise juste en face de moi tout le long du trajet. J'ai dit quelque chose comme : « Il ne fait aucun doute que nous allons tous deux monter dans le bon bus de retour et que nous allons arriver au mauvais endroit encore une fois ». J'ai fait grand cas de cette histoire la semaine suivante et lui ai donc rendu la monnaie de sa pièce.

LA SERINGUE MYSTÉRIEUSE
Richard Burton
, encore lui

Une autre fois, un mec m'a dit qu'il s'était réveillé quelques heures avant le cours, en plein milieu d'une route, à côté d'une seringue. Il a dit ne pas savoir à qui elle appartenait ni comment elle s'était retrouvée là, mais il fallait absolument qu'il aille faire des analyses. Pour être honnête, je ne sais pas quoi en penser.

L'OVERDOSE DE RED BULL
Edmundo Bracho
, maître de conférences à l'université de Westminster

Une fois, un étudiant m'a dit qu'il n'avait pas pu faire son devoir parce qu'il avait fait une overdose de Red Bull, alors même qu'il travaillait dessus pendant le week-end. Je lui ai demandé s'il avait été à l'hôpital et il a répondu : « Vous savez, j'ai juste eu l'impression de faire une crise cardiaque parce que j'avais bu trop de Red Bull et je me suis évanoui ». Je lui ai demandé de me fournir une preuve, de me présenter des témoins qui l'auraient vu faire sa crise, ou n'importe quoi d'autre, mais il n'avait rien de tout cela.

Environ trois jours après, j'étais dans la bibliothèque de la fac et j'ai entendu des amis à lui parler de sa réputation d'organisateur de raves, donc j'étais assez certain qu'il avait fait la fête. À la fin de la journée, il devait enfin me rendre son devoir. J'essaie toujours d'aider les étudiants, même les menteurs compulsifs. Le devoir était vraiment important ; je crois qu'il comptait pour 60 ou 70 % du module. Si vous rendez un devoir en retard, vous êtes pénalisé – donc il ne pouvait valider que 40 %. S'il avait vraiment fait une overdose de Red Bull, qu'il avait été à l'hôpital, ou que quelqu'un l'avait aidé, ça aurait été une autre histoire. Mais je savais qu'il mentait, je le voyais à ses yeux quand il me parlait. Et surtout, il avait toujours l'air d'être sous l'influence de ce qu'il avait pris pendant le week-end – et ça n'avait clairement rien à voir avec les boissons énergisantes.

*Les noms ont été changés.

Plus de VICE
Chaînes de VICE