FYI.

This story is over 5 years old.

Sports

Jean-Luc Vasseur est le nouveau vainqueur du prix du gros beauf de la Ligue 2

L'entraîneur du Paris FC a fait dans la misogynie ordinaire à l'encontre de Corinne Diacre à la fin du match Paris FC-Clermont Foot lundi soir.

On commençait tout juste à se dire que ça se passait finalement plutôt bien pour Corinne Diacre, première femme à entraîner une équipe professionnelle masculine en France, du côté de Clermont en Ligue 2, depuis l'été 2014.

Jusqu'à lundi soir, et la fin de match d'un Paris FC-Clermont Foot vierge de buts dans un Charléty déserté comme à son habitude. Un accrochage verbal éclate entre les bancs des deux équipes à la suite de décisions arbitrales qu'ils considèrent contestables. Jean-Luc Vasseur lance un « Qu'est-ce qui va se passer ? Ouais, t'as raison… » à l'entraîneur-adjoint clermontois avant de lui dire « Vas-y, c'est ça, cache-toi derrière une gonzesse ». La « gonzesse » visée étant évidemment Corinne Diacre. En attendant, le Paris FC est toujours 20e, alors que Clermont remonte à la 5e place.

Ce n'est pas la première fois que la Ligue 2 est confrontée à des remarques sexistes cette saison : il y a trois mois, l'ancien entraîneur de Valenciennes David Le Frapper avait également lâché des propos bien beaufs en conférence de presse sur l'arbitre centrale Stéphanie Frappart, disant : « Concernant le penalty (non sifflé, ndlr), il était bien là mais l'arbitre ne l'a pas vu, elle faisait du patinage peut-être. Quand on est une femme et qu'on vient arbitrer un sport d'hommes, c'est compliqué. » Cela avait valu à l'entraîneur de Valenciennes quatre matches de suspension dont deux avec sursis.

Alors que la Ligue 2 tente de faire changer les moeurs en introduisant plus de femmes dans un sport à la réputation machiste, on dirait que ça ne passe toujours pas chez certains.