Publicité
Drogue

Lassés par le trafic des migrants, les cartels mexicains se recentrent sur la drogue

« Les cartels transportent d'énormes quantités de drogue et ne veulent pas être dérangés par les gens, surtout pas par les pauvres réfugiés d'Amérique centrale. »

par Deborah Bonello; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
19 Juillet 2019, 7:38am

La US Border Patrol patrouille à la frontière près de la ville rurale américaine de Campo, à l'est de Tecate. Image : David McNew/Getty Images

Ishmael se souvient de la première fois qu'il a fait passer clandestinement un groupe de personnes à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, près de la ville mexicaine de Tecate, il y a environ trois ans.

Malgré la gueule de bois et la fatigue, il a réussi à faire passer ses six pollos (littéralement « poulets », « gens » dans l’argot des contrebandiers) sans se faire prendre. En tant que passeur local, il ne recevait que 300 dollars pour chaque groupe qu'il faisait traverser.

Mais il y a de moins en moins de travail de nos jours. Les trafiquants d'êtres humains comme lui ont de moins en moins de possibilités d'emploi, parce que les cartels mexicains se tournent de plus en plus vers les routes du trafic de drogue vers les États-Unis.

Ishmael est né et a grandi à Tecate. Il a accepté de me rencontrer dans un petit parc. Nous avons trouvé un coin tranquille à l’ombre dans les gradins d'un terrain de sport voisin après que la police locale s’est arrêtée et a fouillé Ishmael parce qu’il attendait.

Avec son t-shirt ample des Raiders, ses chaussettes blanches tirées jusqu’aux genoux, son crâne rasé et ses tatouages, Ishmael est immédiatement identifiable comme un cholo. La seule personne qui nous dérange ici est un sans-abri qui inspecte une poubelle à proximité. Tecate paraît calme, presque endormie, comparé à la ville voisine de Tijuana. Le soleil est brûlant.

La frontière avec les États-Unis est à deux minutes en voiture de là où nous sommes assis. Le coût d’un déménagement dans la ville américaine de votre choix est d'environ 7 000 dollars, me dit Ishmael. Mais les services de contrebande à grande échelle, qui étaient très en demande il y a quelques années, sont de moins en moins utilisés. À mesure que le besoin de services de contrebande coûteux diminue dans cette partie de la région, les revenus des organisations criminelles diminuent également. Cela signifie que la drogue est à nouveau la priorité des cartels dans cette partie de la région.

Le fait que les cartels réorientent leurs activités vers le trafic de drogue ne semble pas être un changement radical ; les cartels ont toujours tiré profit du trafic de drogue. Mais la tendance actuelle est d'autant plus préoccupante que les cartels produisent de plus en plus de fentanyl, un opioïde synthétique qui tue plus d'Américains que toute autre drogue.

Le passage de clandestins d'Amérique centrale par le Mexique demeure une industrie criminelle prospère. Mais selon les experts de l'immigration, au lieu de passer par les services de contrebande coûteux qui les emmènent de l'autre côté de la frontière jusque dans les villes pour commencer une nouvelle vie, les migrants ne paient plus que 300 dollars chacun pour être guidés vers d'autres sites frontaliers poreux, puis attendent que le Bureau of Customs and Border Protection (CBP) américain les arrête et traite leurs demandes d'asile.

Cette tendance a été confirmée par des experts tant au Mexique qu'aux États-Unis.

« Les migrants ne cherchent plus à échapper aux autorités. Au contraire, ils veulent être appréhendés pour pouvoir déposer une demande d'asile, comme le prévoit la loi américaine », explique Douglas S. Massey, codirecteur du Mexican Migration Project de l'université de Princeton.

Un nombre important de sans-papiers continuent d'arriver à la frontière internationale entre le Mexique et les États-Unis, tandis que de nombreux groupes et familles cherchent asile dans des pays comme le Salvador et le Honduras pour échapper à la violence et à la pauvreté qui règnent dans leur pays. Le nombre de personnes atteignant la ligne internationale est « sans précédent », selon Randy Howe, directeur des opérations sur le terrain du CBP.

« Près de 64 pour cent de nos arrestations en mai 2019 étaient des unités familiales provenant principalement des pays du Triangle du Nord comme le Salvador et le Honduras, déclare Brian Hastings, chef des opérations des patrouilles frontalières du CBP. Le message reste le même : amenez un enfant et vous serez libéré. » Selon les experts locaux, ce phénomène a affecté l'industrie du trafic illicite aux anciens points les plus occupés de la frontière.

« Beaucoup de polleros que je connais sont au chômage parce que de moins en moins de migrants passent par Tijuana, dit Victor Clark Alfaro, professeur à l'université d'État de San Diego et fondateur du Centre binational pour les droits humains à Tijuana. « Pour les polleros, Tijuana n'est plus le paradis qu’elle était autrefois. »

À une heure de route de Tijuana, la petite ville de Tecate se trouve de l'autre côté de la frontière de la ville américaine du même nom. C'est dans cette partie de la frontière que le New Generation Jalisco Cartel (CJNG), en pleine expansion, exerce un contrôle territorial et transfère une partie de ses activités de trafic de drogue aux États-Unis.

1561478995643-GettyImages-1075814892
La frontière entre les États-Unis et le Mexique à Tecate. Les États-Unis à gauche. APU GOMES/AFP/Getty Images

Pour ces puissants syndicats du crime, la drogue a plus de valeur que les gens. Mais ce n'est qu'une des raisons pour lesquelles elle devient de plus en plus une priorité. L'autre ? Avec la présence accrue du CBP à la frontière à la recherche de migrants, il est plus facile de se concentrer uniquement sur la drogue.

« Vous ne pouvez pas faire passer différents produits sur un même trajet. Il y a des routes pour la drogue et d'autres pour les pollos », dit Ishmael. Les cartels ne veulent pas prendre le risque de se faire saisir leurs précieuses cargaisons de drogue par les autorités américaines, c'est pourquoi ils ne font pas passer la drogue au même endroit qu’ils font passer les gens.

Un kilogramme de cocaïne est estimé à 28 000 dollars en gros une fois qu'il a franchi la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Selon les chiffres de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, le prix de vente au détail dans les rues des États-Unis passe à 165 000 dollars.

« Le trafic de drogue est beaucoup plus rentable que le trafic de migrants, qui en plus entraîne toutes sortes de complications, dit Massey. Les cartels transportent d'énormes quantités de drogue par des moyens de haute technologie (tunnels, avions, bateaux, drones) et ne veulent pas être dérangés par les gens, surtout pas par les pauvres réfugiés d'Amérique centrale. »

Au cours de sa campagne, le président américain Donald Trump a promis une surveillance accrue de la frontière et un mur plus grand. La création et la mise en œuvre de mesures et de politiques en matière d'immigration et de contrôle des frontières sont une caractéristique quotidienne de sa présidence. Il affirme qu'une vigilance accrue empêchera les migrants et les drogues d'entrer aux États-Unis. Mais ce n'est pas Trump, mais les cartels, qui sont les vrais shérifs ici. « Ils se fichent de ce que fait Trump ou de la façon dont ils doivent travailler ; ils le font, tout simplement », dit Ishmael.

Ismaël parle d'une voix si basse et discrète que je dois faire des efforts pour l'entendre, et il regarde autour de lui avec méfiance. Son téléphone sonne toutes les 10 minutes à l'heure où nous parlons. « Il y a deux sortes d'organisations ici à Tecate. L'une se consacre au trafic de migrants et l'autre au trafic de drogue. Elles sont séparées et différentes, mais tout est lié », dit-il.

« Nous avons tous le même patron, ajoute-t-il. Ici, à Tecate, il y a un mec qui nous laisse travailler, mais nous devons le payer. J'ai cru comprendre que c'est Jalisco qui contrôle cet endroit. »

Les chiffres les plus récents du CBP sur les saisies de drogues – ainsi que les données sur l'usage, les prix et la pureté montrant que les États-Unis disposent d'un approvisionnement suffisant de drogues telles que la cocaïne, la méthamphétamine et le fentanyl – révèlent que malgré les allégations de Trump selon lesquelles une frontière plus contrôlée mettrait un terme aux drogues, le flux des substances illicites entre les États-Unis et le Mexique a continué à augmenter régulièrement ces dernières années, sauf pour la marijuana. (La légalisation dans de nombreux États américains l’a rendue moins lucrative pour les cartels mexicains.) Cette année, les saisies devraient égaler, voire dépasser, celles des années précédentes.

Le CBP et la Drug Enforcement Administration (DEA) des États-Unis maintiennent que la grande majorité des drogues entrant aux États-Unis passent par leurs points d'entrée officiels, et non par la frontière sans personnel, et les chiffres des saisies en témoignent. Cette année, seulement 8 % des saisies de fentanyl et 12 % des saisies d'héroïne ont été effectuées aux points d'entrée officiels. Selon Mike Vigil, ancien chef des opérations internationales de la DEA, qui a passé près de deux décennies à travailler au Mexique, ainsi que d'autres experts de la police, les saisies représentent environ 10 % de ce qui fait l'objet de trafic. Si les saisies augmentent, la quantité de drogues qui traversent la frontière augmente aussi.

Alors pourquoi Trump continue-t-il d'insister pour qu'une application plus stricte de la loi aux frontières et un mur plus large mettent fin à « l'invasion des drogues et des criminels » ? « Parce que l'amélioration de la détection aux points d'entrée n'est tout simplement pas aussi attrayante que l'augmentation du nombre d'agents de police des frontières », estime Adam Isacson, directeur du service de la défense du bureau de Washington pour l'Amérique latine (WOLA).

« Les points d'entrée sont un désastre. Ils manquent cruellement de personnel et ont des besoins d'infrastructure de plusieurs milliards de dollars qui n'ont pas été comblés », explique Isacson. Pour sa part, Howe a récemment déclaré que les installations et les ressources de l'agence « ont dépassé le point de rupture », en raison de la demande générée par l'arrivée accrue des migrants.

1561479740007-Screen-Shot-2019-06-25-at-122148-PM
Ishmael à Tecate. Photo : Deborah Bonello

A

Et la situation va empirer, disent les observateurs, à mesure que le trafic et la production de drogue continueront de prospérer, peu importe ce que Trump décide de faire à la frontière. Le fentanyl, qui tue plus d'Américains par overdose que toute autre drogue, a connu un boom récent et les cartels s’en sont aussitôt emparés. Contrairement à la cargaison humaine d'Ishmael, les cartels doivent faire passer en contrebande de petites quantités de stupéfiants pour générer des millions de dollars de profits.

Les cartels mexicains sont actuellement des petits fournisseurs de fentanyl de rue, mais « une fois qu'ils se lanceront dans la production de masse de fentanyl, si vous pensez qu’en ce moment nous avons une crise des opioïdes, alors nous aurons l'équivalent de la peste bubonique », dit Vigil.

Bien qu'il n'existe aucune estimation de la quantité de fentanyl que l'offre mexicaine représente, il semble que les syndicats du crime ne font que commencer à s'échauffer. Leur production de fentanyl devrait augmenter dans les années à venir, à mesure qu'ils passeront de la production de pavot et d'héroïne à son équivalent synthétique. Les saisies de fentanyl effectuées par le CBP au cours du présent exercice semblent dépasser celles de l'an dernier.

Pour des gens comme Ishmael et d'autres trafiquants sans emploi dans cette partie de la frontière, la logique voudrait que les cartels commencent à les recruter. Mais les experts disent le contraire.

« La division du travail dans le monde criminel est clairement définie, explique Clark Alfaro. Les polleros sont des polleros, les narcos sont des narcos, et il est rare que les trafiquants d'êtres humains migrent vers le trafic de drogue, bien qu'il puisse y avoir des exceptions. »

Pour Ishmael, l'avenir est incertain. Il dit qu'il en a fini avec sa vie criminelle et confirme la sagesse locale selon laquelle les polleros ne se tournent pas vers le commerce de la drogue. Il dit qu'il veut se concentrer sur ses jeunes enfants. Mais alors que nous parlons de la suite, il caresse son pendentif en métal à l’effigie de la Santa Muerte, vierge des narcotrafiquants. C’est son porte-bonheur.

« Elle m'a aidé dans le passé. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
VICE News
Trump
migrants
fentanyl
cartels de la drogue