Culture

Sobre, il vend ses données Facebook sur eBay

« Je me suis rendu compte que je cédais mes données gratuitement, alors j'ai décidé qu'il était temps de les rentabiliser. »
6.6.18
Oli Frost montrant comment utiliser le crochet à chemise (shirt hook/"shook").

On le sait, la majorité des revenus de Google et Facebook proviennent de la publicité. Aux États-Unis, ces géants de la Silicon Valley contrôlent d'ailleurs les trois quarts du marché publicitaire. Une situation de quasi-monopole, explicable par la présence des données utilisateurs, qui permettent de cibler parfaitement l'audience des pubs. Bizarrement, même après l'utilisation abusive de ces données - dont témoigne le récent scandale Cambridge Analytica - la valeur nette de Facebook n’a pas été affectée.

Publicité

Facebook et Google se remplissent donc les poches avec nos données personnelles, et ne parviennent même pas à garantir la sécurité de ces données. Franchement, ne serait-il pas temps de se tailler une part du gâteau ? C'est en tout cas ce que pense Oli Frost, 26 ans, l'homme qui a décidé de vendre ses données Facebook sur eBay. « Au moment du RGPD (règlement général pour la protection des données), j'ai reçu beaucoup de mails d'entreprises m’expliquant à quel point mes données étaient précieuses et importantes à leurs yeux », raconte Frost. « Je me suis rendu compte que je cédais gratuitement mes données, alors j’ai décidé qu’il était temps de les rentabiliser. »

Dans une liste publiée sur eBay samedi, Frost a mis aux enchères toutes ses données personnelles Facebook pour la somme de départ de 1 euro, Oli n'ayant aucune idée de la valeur de ses données. Il a récupéré ses données grâce à l’outil proposé par Facebook qui permet à quiconque de télécharger un dossier complet de son activité Facebook. D’après Frost, les données comprennent « tous les likes, commentaires et posts qu'il a publiés depuis ses 16 ans », « des photos datant de quand j'avais une frange et que j’écoutais Billy Talent » et « plein d’autres choses : pour qui je vote, le nom de mon patron, où vit ma famille. »

Frost n'est un pas un novice des entourloupes sur internet– il est notamment aux commandes de Lifefaker, l'application qui fait tout pour que votre vie ait l’air parfaite sur les réseaux sociaux, et de Flopstarter, une plateforme de crowdfunding pour les mauvaises idées.

Frost ne s'inquiète pas de la façon dont ses données pourraient être utilisées. Il a inclus une clause interdisant au futur acheteur de « voler son identité et d’ouvrir un atelier clandestin », mais il n'avait pas pensé au fait que ses données pourraient être utilisées pour le faire chanter. « Je suis presque sûr que derrière chaque enchérisseur se cache en réalité ma mère qui cherche à me donner une leçon de vie », déclare Frost.

Une capture d'écran de la vente - 29 Mai 2018.

Au moment où nous écrivons ces lignes, les données d'Oli avaient déjà attiré 43 acheteurs potentiels pour la somme de 400 euros. Frost a l'intention de reverser l'argent à l'Electronic Frontier Foundation, une organisation à but non lucratif luttant pour les droits numériques et la vie privée sur Internet.