Oubliez les théories du complot, une étude prouve qu’Hitler est mort en 1945

Il ne s’est pas caché en Amérique latine, finalement.

De récents travaux menés par des chercheurs français confirment qu’Hitler est bel et bien mort en 1945, ce qui pourrait dissiper les doutes quant à l’authenticité de son décès.

Les circonstances de sa mort ont en effet été maintes fois remises en question par une gang d’adeptes de théories du complot. Ceux-ci rejettent le consensus selon lequel Hitler, caché dans son bunker, s’est suicidé le 30 avril 1945 en compagnie de sa maîtresse, Eva Braun, pour « échapper à la honte de la déposition ou de la capitulation », selon son testament. Hitler a ordonné qu’on brûle ensuite leurs cadavres.

Publicité

Selon ces conspirationnistes, rien de tout cela n’est vrai; le Führer ne se serait pas donné la mort, son corps n’aurait pas été ensuite incinéré.

¿Dónde es Hitler? Selon différentes théories, Hitler aurait pris la poudre d’escampette pour rejoindre l’Amérique latine. Traversant l’Atlantique en avion, puis en sous-marin, il aurait rejoint l’Argentine, pour passer 17 ans dans la clandestinité avec Eva Braun, avec qui il aurait eu deux filles, avant de mourir à l’âge de 73 ans, en 1962.

Ou encore, il aurait passé une dizaine d’années en Argentine, pour ensuite se rendre au Paraguay, avant de s’éteindre à 82 ans, en 1971.

Ou bien il serait allé en Argentine, puis au Paraguay, pour ensuite mourir au Brésil, à l’âge vénérable de 95 ans, en 1984.

Ou il se serait enfui sur une base nazie secrète en Antarctique.

Ces théories ne tiennent officiellement plus la route aujourd’hui – si l’on admet qu’elles ont déjà eu une quelconque adhérence au chemin de la vérité.

Pour la première fois depuis 1946, les services secrets russes ont donné un accès complet aux restes allégués d’Hitler – un morceau de crâne et un morceau de mâchoire – à des chercheurs qui les ont analysés sous toutes leurs coutures. L’étude montre d’abord qu’il s’agit bien d’Hitler et ensuite qu’il a probablement ingéré du cyanure, pour ensuite se tirer une balle dans la tête.

« On peut arrêter toutes les théories conspirationnistes et “survivantistes” sur Hitler. Il n'a pas fui en Argentine dans un sous-marin, il n'est pas dans une base cachée en Antarctique ou sur la face cachée de la Lune », a assuré le professeur Philippe Charlier, en entrevue avec l'AFP.

Publicité

« Les dents sont authentiques, il n'y a aucun doute possible. Notre étude prouve bien que Hitler est mort en 1945 », tranche le professeur Charlier.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

L’analyse montre que les restes de dents et de prothèses portent les marques d’une vie antérieure : tartre dentaire, micro-usure, micro-égratignures, micro-cassures… On ne dénote d’ailleurs aucune trace de fibres musculaires dans le tartre dentaire, ce qui concorde avec le fait qu’Hitler était végétarien.

En entrevue avec l’AFP, le professeur Charlier a ajouté que, morphologiquement, les restes étaient « absolument comparables » à des radiographies prises un an avant la mort du dictateur.

L’étude conclut que tous les indices en place concordent – soit les éléments de la mâchoire (os, dents et prothèses), la comparaison avec les données d'autopsie officielles contenues dans les archives russes, les radiographies officielles d'Adolf Hitler conservées dans les archives américaines ainsi que des données historiques supplémentaires des deux côtés. Tout cela « fournit suffisamment de preuves dans l'identification définitive des restes de l'ancien leader nazi Adolf Hitler ».

Les résultats ont été publiés la semaine dernière dans l’European Journal of Internal Medicine.

Justine de l'Église est sur Twitter.