Etats-Unis

Le fondateur du catastrophique Fyre Festival aurait menti à ses investisseurs

Billy McFarland laissait entendre que des artistes reconnus comme Drake, Kendrick Lamar et Chance the Rapper généraient de l'argent pour l'entreprise.
03 juillet 2017, 10:39am

Le fondateur du Fyre Festival, Billy McFarland, a été arrêté vendredi dernier et accusé de fraude électronique pour avoir apparemment menti à des investisseurs dans le but de récupérer leur argent. Une des méthodes employées par McFarland était de laisser entendre que des artistes reconnus comme Drake, Kendrick Lamar et Chance the Rapper généraient de l'argent pour l'entreprise.

McFarland est le principal organisateur du désastreux Fyre Festival, qui était censé être un festival de musique luxueux, organisé sur une île des Bahamas. Mais rien ne s'est passé comme prévu. Les festivaliers ont été accueillis dans des tentes généralement utilisées pour accueillir les déplacés en cas de catastrophes naturelles. Le fiasco a été rapidement relayé sur les réseaux sociaux, et les festivaliers ont finalement été rapatriés.

À lire : Comment un luxueux festival de musique a tourné au cauchemar ?

Si McFarland doit énormément d'argent aux festivaliers, à ses employés et à ses fournisseurs, la plainte se concentre sur les supposés mensonges de McFarland utilisés pour attirer des investisseurs quelques semaines avant le festival. D'anciens employés disent qu'il manquait d'argent et avait besoin d'investissements pour garder en vie le festival.

« Pour obtenir ces investissements, McFarland a fourni de fausses informations. Par exemple, McFarland a dit aux investisseurs que Fyre Media avait engrangé des millions de dollars grâce à des bookings de milliers d'artistes, entre juillet 2016 et avril 2017. En réalité, pendant cette période, Fyre Media a récupéré moins de 60 000 dollars en bookant une soixantaine d'artistes, » a indiqué vendredi dernier, Joon Kim, le procureur des États-Unis pour le District sud de New York.

La plainte ne nomme pas les investisseurs concernés, mais des sources proches de l'enquête disent que la « Victime 1 » est Oleg Itkin, qui a prêté 700 000 dollars du festival, et a attaqué en justice McFarland suite au fiasco.

D'après la plainte, la « Victime 1 », qui se demandait encore s'il fallait ou non investir dans l'affaire de McFarland, avait demandé à avoir accès à un dossier de booking d'un artiste pour vérifier que l'entreprise avait bien gagné 44 millions de dollars en mars et s'apprêtait à empocher 50 millions en avril – comme le disait McFarland.

« N'importe quel détail peut me servir. Par artiste, ou un truc du genre. C'est un chiffre hallucinant que tu me donnes, et tu n'as même pas commencé à faire de la pub ! Je suis vraiment curieux de comprendre ce qui se passe, » avait demandé Itkin à McFarland, qui avait répondu en fournissant une liste d'artistes qui auraient été bookés via Fyre Media.

La liste indique que Drake, Kendrick Lamar, Lil Wayne, J Cole, Future, Big Sean, Chance the Rapper, ASAP Rocky, 2 Chainz et Rae Sremmurd ont été bookés via l'application de McFarland.

Un ancien employé de Fyre Media au courant des bookings d'artistes indique que certains de ces artistes ont été « demandés » par des utilisateurs de l'application, mais aucun d'entre eux n'a jamais été booké, ni rapporté de l'argent à l'entreprise. Difficile même de savoir si l'entreprise avait la capacité de booker ces artistes. Cependant, le dossier de booking indiquait que les frais de réservations d'artistes avaient rapporté plus de 13 millions de dollars à Fyre Media.

Un représentant de Drake, Kendrick Lamar, et Chance the Rapper n'a pas pu être joint avant la publication de cet article. Les représentants de Lil Wayne, J Cole, Future, Big Sean, ASAP Rocky, 2 Chainz, et Rae Sremmurd n'ont pas répondu à nos demandes d'interviews.

On apprend aussi dans la plainte que McFarland aurait utilisé un faux document estimant qu'il possédait plus de 2,5 millions de dollars en actions pour sécuriser le prêt. En réalité, les procureurs estiment qu'il avait moins de 1 500 dollars.

McFarland a été arrêté vendredi dernier dans sa maison du Meatpacking District de Manhattan et a été placé en détention. Difficile de savoir pour le moment qui s'occupe de sa défense.

McFarland a été libéré de prison samedi après-midi après avoir payé une caution de 300 000 dollars. Il n'a pas le droit de quitter les districts est et sud de New York ou du New Jersey, et peut être sujet à des contrôles antidrogue.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR