Publicité
Drogue

Le Canada facilite la production de weed médicale

Cette mesure pourrait motiver des centaines d’entreprises à entrer sur le marché, avant la légalisation de la weed à usage récréatif, prévue pour l’année prochaine.

par Rachel Browne
30 Mai 2017, 9:14am

Le Canada vient de faciliter l'accès aux permis nécessaires aux entreprises pour produire de la marijuana médicinale. Selon des experts, cette mesure va stimuler l'offre en matière de cannabis dans le pays, et pourrait motiver des centaines d'entreprises à entrer sur le marché, avant la légalisation de la weed récréative, prévue pour l'année prochaine.

Il y a actuellement 428 entreprises qui patientent pour obtenir un permis de producteurs de cannabis et devenir un « LP » (pour « Licensed Producer »).

Vendredi dernier, le ministère de la Santé canadien a annoncé dans un communiqué que le tortueux processus de candidature pour devenir un LP a été grandement simplifié. Les nouvelles mesures vont permettre « d'augmenter la production », assure le ministère. Depuis le début du système des permis en 2013, 45 ont été attribués – dont le dernier a été remis la semaine passée.

« Pour moi, c'est une mesure qui change la donne. Ce développement d'envergure va avoir un effet sur tout le secteur du cannabis, » explique David Hyde, un consultant en sécurité qui a travaillé avec 155 candidats, dont 18 ont reçu un permis pour devenir LP.

Les procédures d'approbation se sont quelque peu accélérées cette année, au rythme d'un ou deux permis délivrés chaque mois. Actuellement, seulement les patients avec une ordonnance peuvent légalement acheter du cannabis auprès d'un LP – qui envoie la weed par courrier. Ils peuvent aussi faire une demande pour faire pousser la marijuana chez eux.

Parmi les nouvelles mesures annoncées par le ministère de la Santé canadien, on peut citer : l'embauche de personnel pour accélérer le processus de candidature (qui peut prendre une année), la fin du quota imposé aux LPs (sur la quantité de weed qu'ils peuvent faire pousser) dès l'instant où ils peuvent la stocker dans leurs coffres. Les entreprises ont désormais plus de liberté pour modifier et étendre leurs infrastructures.

De nombreux LPs se plaignaient des nombreuses conditions à remplir pour obtenir un permis, comme l'examen en profondeur des antécédents judiciaires des personnes en charge, ou encore la nécessité d'installer de coûteuses infrastructures pour assurer la sécurité du lieu de production.

Hyde estime qu'un nombre significatif de candidats vont obtenir un permis dans un court délai grâce à la simplification des procédures. S'il s'agit uniquement de permis pour de la marijuana médicinale, Hyde prédit que ces changements vont permettre à l'industrie de se préparer à l'importante demande de weed à usage récréatif à venir. Un rapport de Deloitte estime que le marché canadien du cannabis pourrait se chiffrer en milliards de dollars.

Dès que la loi légalisant l'usage récréatif de la weed prendra effet l'année prochaine, ces entreprises seront à la tête de la chaine d'approvisionnement, mais il reviendra aux provinces et territoires de décider comment le cannabis est vendu.

« Le Canada est le marché mondial de référence pour la production de cannabis. Donc l'export va aussi se développer. Je pense qu'on va avoir besoin de plusieurs centaines de producteurs disséminés de partout dans le pays, afin de pouvoir répondre à la demande, » explique Hyde.

« Le monde va exploser en termes d'opportunités. »

Mais cette nouvelle croissance s'accompagne de plusieurs sujets d'inquiétudes, comme le fait que l'industrie devienne homogène. Vendredi dernier, des experts du marché du cannabis ont alerté la salle de conférences de la Lift Cannabis Expo de Toronto sur la « lassitude massive des investisseurs. »

« Fondamentalement, ces entreprises sont contraintes d'être quasi-identiques puisqu'elles évoluent dans un secteur extrêmement réglementé, » s'est inquiété Aaron Salz, le patron de Stoica Advisory. « Les gens ne peuvent désormais plus faire la différence entre les différents LPs. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR